Evaluer l’art: commissions, subventionnements, mécénats, le 19 décembre au Centre Pompidou

Le temps où avait cours l’idée que c’est l’artiste qui fait l’art est bel et bien révolu. Du commissaire d’exposition au médiateur de musée, figures qui n’existaient pas il y a quarante ans, en passant par le conservateur de musée, le programmateur, l’expert, le critique d’art, le collectionneur ou les « agences de notation » de l’art (Artprice, Artnet), l’œuvre d’art n’est plus simplement le produit de l’artiste, mais celui d’une action collective impliquant des chaînes de valorisation et d’intermédiaires toujours plus étendues dans l’écosystème artistique. Le pouvoir de ces intermédiaires tient en grande partie au rôle qu’ils jouent dans les processus d’évaluation par lesquels œuvre ou artiste se voient attribuer une valeur, imposant ainsi une normativité qui peut être jugée étrangère ou aliénante relativement à l’acte créateur (Jeanpierre et Roueff 2014). Ces médiations sont le lieu de négociations et de rapports de forces entre intermédiaires, commanditaires, institutions et artistes, qui reformulent d’une certaine manière la question de l’autonomie de l’art, dans la mesure où l’évaluation d’une œuvre dépend non d’une logique interne au champ artistique mais de régimes de valeurs hétérogènes (Buch 2014).

Du fait même qu’elle se définit à partir d’un concept aussi vague que celui d’art l’institution artistique est fondamentalement soumise à une incertitude évaluative (Menger 2009) et à une contestation de ses valeurs. L’incertitude sur la valeur dans le monde de l’art est telle qu’on y trouve une exposition des conflits de valeur ou d’évaluation beaucoup plus nette qu’ailleurs. L’art contemporain, « de par sa logique propre consistant à expérimenter les limites, à transgresser les frontières, y compris et surtout à transgresser les frontières de sens commun entre art et non-art », constitue un vivier d’objets-frontières qui se situent « à l’intersection de domaines d’activité et de systèmes axiologiques hétérogènes – ce pourquoi de tels objets sont des observatoires privilégiés pour des conflits de registres de valeurs » (Heinich 2017).

Cette journée d’études partira de l’idée que l’évaluation artistique représente un échantillon de ce en quoi consiste le système évaluatif. Elle interrogera la façon dont l’évaluation de l’art introduit dans celui-ci des pratiques qui relèvent de régimes de valeurs distincts en cherchant à désinvisibiliser ce qui reste opaque dans ces pratiques, en vue de mieux comprendre ce qui se joue dans nos manières d’attribuer de la valeur. Selon une approche pragmatique et micrologique qui s’attachera à l’observation des pratiques effectives, artistes, chercheurs et acteurs du domaine s’interrogeront sur la façon dont sont évalués les œuvres et les projets artistiques dans le cadre des politiques de financement de l’art, sur la pertinence des méthodes de sélection, et sur les alternatives à une évaluation de l’art soumise aux logiques du marché.

Ce qui opposait l’avant-garde artistique à l’autonomisation de l’art en le projetant vers la vie et en tentant de lui donner les moyens de subvertir la valeur par l’introduction du non art dans l’art (Bürger, 2013) a-t-il encore une possibilité d’exister dans la culture globalisé qui est la nôtre ? Qu’en est-il du rapport de l’institution art avec des pratiques d’évaluation qui touchent aujourd’hui tous les domaines de la vie ? Dans quelle mesure les pratiques d’évaluations ayant cours dans le monde de l’art, qui en déterminent la valeur, la visibilité et les orientations, sont-elles spécifiques à ce domaine ? Y a-t-il une spécificité de l’art qui s’accompagnerait d’une spécifité de l’évaluation propre à l’art et en ferait un domaine où la valeur aurait un cours indépendant du reste des affaires du monde, contribuant à façonner sa valeur somptuaire et à le nimber d’une « nouvelle aura », ou bien au contraire cette valeur somptuaire de l’art est-elle gouvernée par des pratiques d’évaluation communément inspirées du modèle managérial qui domine nos sociétés néolibérale (Cometti 2016) ?  Si, comme le suggère Olivier Quintyn, une réinterrogation des valences du concept d’avant-garde permet d’esquisser « un modèle de critique ou d’analyse transinstitutionnelle où l’art sort délibérément de sa nature instituée pour devenir un laboratoire de formes de critique sociale réinstituante » (Quintyn 2015), l’art ne pourrait-il être ce lieu d’un questionnement de nos pratiques d’évaluation reconduisant vers la vie ?

Cette journée d’étude se propose d’explorer deux pistes distinctes dont on pourra se demander dans quelle mesure elles pourraient se rejoindre :

  1. L’exploration de la valeur dans l’art

Les régimes d’évaluation existent dans plusieurs mondes sociaux, mais le régime d’évaluation de l’art a ceci de particulier qu’étant beaucoup plus pluriel, incertain, conflictuel que d’autres, puisque la rationalisation de l’évaluation y est moins claire, il se prête mieux que d’autres à un travail de désinvisibilisation des pratiques d’évaluation. La sanction du marché par le prix n’y étant pas suffisante, pour produire une évaluation fiable, le recours à l’expertise, y est par exemple, plus qu’ailleurs nécessaire pour « juger, hiérarchiser, reconnaître, récompenser, promouvoir, subventionner, acquérir… » (Heinich 2017). Une analyse micrologique de contextes spécifiques comme ceux des plateformes de cotation du marché de l’art, des commissions d’attribution de subventions, de bourses, de prix ou de dotations privées impliquant fréquemment des acteurs issus de mondes sociaux différents, à travers une observation des opérations de négociation par lesquelles la valeur est attribuée à un artiste, une œuvre ou un projet artistique, permettrait une meilleure compréhension des actes d’évaluation et une clarification ponctuelle des tensions qui règnent dans les discours de valorisation de l’art souvent forgés de croyances institutionnelles implicites et antagonistes.

  • L’exploration de la valeur par l’art

On pourra également se demander si l’art lui-même, au moyen des dispositifs qui lui sont propres, ne peut, par la position même qu’il occupe dans le champ de la critique institutionnelle, se faire le spectacle de nos pratiques d’évaluation généralisées. Il y a dans la structure même du concept d’art contemporain et dans les institutions d’art contemporain un intérêt pour une forme de réflexivité ou pour l’autocritique, sans doute hérité de la critique institutionnelle, qui en font des lieux privilégiés pour la critique et l’analyse des régimes d’évaluation. Différents projets artistiques mettent aujourd’hui en question à divers degrés les régimes de valeurs, de valorisation et d’évaluation de l’art. Qu’il s’agisse de la critique du capitalisme artiste et de l’esthétisation du monde, à travers des entreprises-artistes proposant un art prestataire comme Ouest-Lumière de Yann Toma (www.ouestlumiere.fr), Ikhéa©Services de Jean-Baptiste Farkas, ou Ludovic Chemarin© (Poirson, in Multitudes 2014 ; Toma et al. 2012 ), d’une réflexion sur les écologies de l’œuvre d’art chez Franck Leibovici, d’une remise en question des flux de production, de diffusion et d’échange des œuvres d’art qui alimentent les systèmes d’accumulation du capital chez Eva Barto, de l’interrogation des mécanismes de légitimation de la valeur et des rapport entre l’art et l’éco-finance par Antoine Dufeu, ou encore des évaluations publiques du fonctionnement du Centre Pompidou d’Agence de notation par Christophe Hanna au Festival Extra !, on pourra s’interroger sur l’agentivité de ces formes de questionnement de nos pratiques d’évaluation.

Programme à venir


Une réflexion sur « Evaluer l’art: commissions, subventionnements, mécénats, le 19 décembre au Centre Pompidou »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.