Programme Du séminaire « Évaluation générale. Comprendre et désinvisibiliser les pratiques d’évaluation dans l’art et par l’art » 2019-2020 Semestre 1

Master ArTec – Master 2 PCAI – Master 2 Création littéraire

Nancy Murzilli

Semestre 1 – Mardi 14h00-18h00 – Année 2019/2020

du 5 novembre au 10 décembre 2019 (+Journée d’études 19/12)

ARGUMENTAIRE

Ce séminaire/atelier de recherche-création s’inscrit dans le cadre du projet de recherche-création soutenu par l’EUR ArTeC « Évaluation générale. L’Agence de notation comme dispositif artistique » (https://evalge.hypotheses.org).

Sous l’effet du néolibéralisme et de la révolution numérique, les activités d’évaluation s’emballent, se généralisent deviennent frénétiques et paradoxales. Ce séminaire a pour but d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève la généralisation de l’évaluation. Son objectif n’est pas de faire simplement communiquer les produits de la recherche théorique et de la pratique artistique, mais de faire en sorte que leurs processus s’interpénètrent dans une pratique expérimentale qui les met en acte. Pour ce faire, seront analysés et mis en place des dispositifs artistiques et d’enquête appelés à intervenir en situations institutionnelles réelles afin de désinvisibiliser non seulement ce qu’est l’activité d’évaluation-notation mais aussi ses effets concrets immédiats.

Il s’agira, avec l’intervention de poètes et d’artistes  (Christophe Hanna, Franck Leibovici, Eva Barto, Antoine Dufeu et Natacha Guiller), de se munir d’outils d’évaluation alternatifs à ceux que nous offrent les modèles institutionnels et économiques dominants.

Des activités d’évaluation non orthodoxes seront proposées à toutes les étapes du séminaire.

Le séminaire se conclura par une journée d’études au Centre Pompidou intitulée « Évaluer l’art : commissions, subventionnements, mécénats », qui mettra en perspective les réflexions menées dans les ateliers, où artistes, chercheurs et acteurs du domaine s’interrogeront sur la façon dont sont évalués les œuvres et les projets artistiques dans le cadre des politiques de financement de l’art, sur la pertinence des méthodes de sélection, et sur les alternatives à une évaluation de l’art soumise aux logiques du marché.

SYLLABUS

Séance 1 (mardi 5 novembre) : « … »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202

Intervenant : Christophe Hanna

Contenu : « Tous évalués ! », c’est à cette injonction, qui nous vise (presque) tous aujourd’hui, que se propose de répondre Agence de notation. Cette agence de notation alternative conçue par Christophe Hanna, se déploie dans le projet de recherche-création « Évaluation générale » dirigé par Nancy Murzilli. Son action consiste à investir des espaces protégés de l’évaluation où n’existe encore aucune forme d’expertise instituée, et de les soumettre à une évaluation d’un autre genre, de façon spectaculaire, sous la forme de performances en public, avec des évaluateurs libres de toute influence et jouant cartes sur table. Durant cet atelier introductif, seront explorées les relations entre écriture et institution à travers l’exemple de l’Agence de notation, dont Christophe Hanna racontera l’histoire. On réfléchira aussi en direct sur ce que peut signifier la notion d’écriture évaluative.

Christophe Hanna est enseignant de littérature et écrivain. Au sein du groupe informel « La Rédaction », il rédige des « rapports » informatifs en inventant des formes procédurielles. Il les publie dans diverses revues (Nioques, Musica falsa, Axolotl, Éc/arts…) ou sous la forme de livres (Valérie par Valérie, Al Dante, 2008 ; Les Berthier. Portraits statistiques, Questions Théoriques, 2012). Christophe Hanna dirige par ailleurs la collection de théorie littéraire « Forbidden Beach » aux éditions Questions théoriques.

Séance 2 (mardi 12 novembre) : « L’addition, s’il vous plaît? »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202

Intervenant : Antoine Dufeu

Contenu : Derrière une question aussi triviale, l’entité économique qui émet l’addition est légalement tenue de rendre des comptes, essentiellement un compte de résultat et un bilan. En s’intéressant aux grandes masses qui les déterminent, on se demandera comment il serait possible de les faire évoluer.

Ancien contrôleur de gestion et journaliste auto, Antoine Dufeu est poète, écrivain et dramaturge, professeur, éditeur et revuiste. Depuis 2009, il collabore régulièrement avec Valentina Traïanova sous l’entité Lubovda. Il a fondé la plateforme de recherche Lic en 2012. Il a fondé en 2015 et dirige avec Frank Smith la revue RIP. Il est membre du comité rédactionnel de la revue Multitudes depuis 2015. Il a co-fondé et co-dirigé IKKO (2002-2009) et la revue MIR (deux numéros en 2007 et en 2009). Il est responsable du pôle « écrit » et de l’édition de l’école de design Strate. Avec Fabien Vallos, il a co-dirigé les éditions Mix de 2015 à 2018.

Séance 3 (mardi 19 novembre) : « Art without property,(un)valued art? »

Rendez-vous : DOC ! (sous réserve)

Intervenant : Eva Barto

Contenu : “(…) avoiding description, our character deals with ambivalences stemming from property issues, such as broad definitions of what owning could mean (a legal loophole mastery, a misleading language apparatus, an ambiguous philanthropist posture), on what authorship could reclaim (see plagiarism studies), on how power can leak and decrease (unmanaged time, undisplayed images, unexpected downturns) (…)”

Langue de l’intervention : français

Eva Barto remet en cause les enjeux qu’impliquent la propriété en déstabilisant le statut de l’auteur ainsi que l’économie de production et de diffusion des œuvres. Elle constitue des environnements ambigus, des contextes de négociations apparemment dénués de particularités dans lesquels il est difficile de saisir ce qu’il faut considérer ou laisser pour compte. Les objets qu’elle conçoit sont des emprunts au réel qu’elle copie ou modifie pour leur donner une valeur d’imposture. Le pouvoir revient ici aux parieurs, aux falsificateurs et aux coupables de plagiat. Son travail à fait l’objet de plusieurs expositions personnelles à l’IFAL (Mexico,2013), à La BF15 (Lyon,2014), à Primo Piano (Paris, 2015) et plus récemment à la galerie gb agency (Paris, 2016), au Centre d’Art de la Villa Arson (Nice 2016), au Kunstverein Freiburg (2019) et prochainement au Kunstverein Nuremberg, au LVH Pavillion (Berlin) ainsi qu’à la Galerie Max Mayer (Düsseldorf). Depuis 2018 elle mène une série de réflexions et actions sur le milieu de l’art en tant que monde du travail au sein du groupe La Buse ainsi qu’avec Estelle Nabeyrat sous le format de l’émission ForTune, diffusée par la radio Duuu*.

Séance 4 (mardi 26 novembre) : « « J’ai été sous-diagnostiquée ». Révision chronique des protocoles d’examen clinique »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202

Intervenant : Natacha Guiller

Contenu :  Il sera proposé aux participant-es de revisiter et de détourner des formes de récit et de notation, ainsi que des dispositifs d’évaluation procédant du monde de la santé, dans un souci de recyclage, de réappropriation et d’exploitation poétique, publique et immodérée de données personnelles et intimes, sur l’exemple de multiples formes de hacking exercées sur mon propre dossier patient.

Artiste, poète, performeuse, Natacha Guiller (SNG) explore le monde et l’existence à travers des dispositifs artistiques et de communication protéiformes, autobiographiques et parallèles qui génèrent la rencontre, la transmission et une création-témoignage arborescente basée sur le recyclage, la collecte d’archives, le détournement et la transformation des matériaux, l’hybridation d’univers a priori incompatibles ou paradoxaux et la culture du mélange des genres.

Séance 5 (mardi 3 décembre) : « un dessin pour mieux voir »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202

Intervenant : Franck Leibovici

Contenu : l’évaluation ne peut être réduite à un effet du néo-libéralisme, de la révolution digitale, ou du contrôle institutionnel. elle est une activité partagée, et routinisée dans nos activités quotidiennes. ainsi, face à une œuvre d’art, pour rendre compte et partager l’œuvre en question avec des amis, nous produisons bien souvent une évaluation en lieu et place d’une description littérale : “j’aime / je n’aime pas”, “cela m’intéresse, cela m’ennuie”. ces moments comptent alors parmi les propriétés de l’œuvre, et sont constitutifs de sa présence au monde, au même titre que ses dimensions, son medium, ou son année de création. rendre visible cette propriété, c’est alors non plus partir des intentions de l’artiste, ni du “projet artistique”, mais des usages réels des œuvres. mais comment la rendre visible ?

franck leibovici est poète et artiste. il a tenté de rendre compte des conflits dits «de basse intensité», sous la forme d’expositions, de performances et de publications, à l’aide de partitions graphiques et de systèmes de notation issus de la musique expérimentale, de la danse, de la linguistique – un mini-opéra pour non musiciens (mf, 2018). il a également publié des correspondances de spams et des discours de 70 heures (lettres de jérusalem, 2012 ; filibuster, jeu de paume, 2013). son travail sur les écologies de l’œuvre d’art a pu prendre la forme d’albums panini, de transcriptions de conversations ordinaires comme de dessins de visualisation – des récits ordinaires (les presses du réel / villa arson, 2014, avec grégory castéra et yaël kreplak) – ou d’installations – the training, an artwork for later and after, biennale de venise, 2017. depuis 2014, franck leibovici travaille avec julien seroussi, à un cycle d’expositions intitulé «law intensity conflicts» et de publications (bogoro, questions théoriques, 2016) autour de l’invention de la justice internationale contemporaine et du premier procès de la cour pénale internationale (cpi) de la haye.

Séance 6 (lundi 9 décembre) : « De la finance algorithmique aux circuits opaques de la finance offshore (séance commune avec le séminaire ARTS & CRISE. L’ÉCONOMIE À L’ŒUVRE. Production, représentation et réception de l’économie dans les arts PCAI animé par Martial Poirson)

Rendez-vous : INHA

Intervenants : Collectif RYBN, rencontre animée par Marie Lecher

Ressources : http://rybn.org/

Sur les paradis fiscaux

http://www.espacemultimediagantner.cg90.net/exposition/the-great-offshore/

https://www.flickr.com/photos/krybn/sets/72157689495391644
Sur l’initiative Moneylab de l’Institute for network culture :

 https://networkcultures.org/moneylab/events/
Spectacle : Forums, Vieux-Colombier : Forums, écriture collective, mise en scène Jeanne Herry.

Séance 7 (mardi 10 décembre) : « Rendu public des ateliers »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202

Séance consacrée au rendu public des ateliers au moyen d’une création personnelle ou de groupe  (performance, lecture, présentation d’une création plastique, d’une mini-exposition, etc) qui sera filmée et mise en ligne sur le site (https://evalge.hypotheses.org)

Séance 8 (jeudi 19 décembre) : Journée d’études « Évaluer l’art : commissions, subventionnements, mécénats »

Rendez-vous : Centre Pompidou Petite salle (14h-19h45)

LES COMPÉTENCES À ATTEINDRE

À la fin de ce MIP, les étudiants auront les compétences suivantes :

– connaître et s’initier à des formes d’« écriture  sociale » exploratoires.

– Se sensibiliser à une logique de l’enquête et à une dimension « valuative » de l’art.

– analyser et construire un dispositif poétique/ artistique en étant attentif à ses effets pragmatiques.

– développer, par la pratique littéraire et artistique, une réflexion critique sur les pratiques d’évaluation institutionnalisées et proposer des techniques d’évaluation alternatives.

– Mobiliser des outils théoriques et esthétiques pour en faire des instruments d’action sociale.

MODALITÉS D’ÉVALUATION

Un espace de publication sera dédié à ce séminaire sur le site https://evalge.hypotheses.org/. Les étudiants y auront accès à de nombreux matériaux en ligne. La dernière séance sera consacrée à un rendu public des ateliers au moyen d’une création personnelle ou de groupe  (performance, lecture, présentation d’une création plastique, d’une mini-exposition, etc) qui sera filmée et mise en ligne sur le site. La journée d’études fera l’objet d’une évaluation de la part des étudiants sous forme de SWOT, ces SWOT seront publiés sur le site.

PROFIL ATTENDU

Etre intéressé par les enjeux de la création dans les pratiques littéraires et artistiques contemporaines et par les manières de rendre ces pratiques agentives au regard du tout évaluation.

INFORMATIONS PRATIQUES SUR LE MIP

Cet atelier a lieu au S1.

Détail volume horaire : 6 ateliers de 4h (5 novembre-10 décembre, le mardi de 14h à 18h), une rencontre de 3h à l’INHA avec le collectif RYBN (le 9/12 17h-20h), une journée d’études au Centre Pompidou le 19/12 (8h) : 35h. Présence bienvenue aux performances d’Agence de notation Festival Extra ! 11-15/09 Centre Pompidou.

Lieux de réalisation du MIP : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202 (extension 2e étage), INHA, DOC !, Centre Pompidou.

Nb de places : 25 places pour les étudiants inscrits dans le master ArTeC. Ce MIP est également ouvert à tous les étudiants de M2 du Master de création littéraire et du Master PCAI.

Parcours ArTeC de rattachement : La Création comme activité de recherche

Type de MIP : Petit Format

CONTACT – DEMANDE D’INFORMATIONS

Responsable du MIP :  Nancy MURZILLI, Université Paris 8 (nancy.murzilli@univ-paris8.fr)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

captations vidéo de la journée d’études #1 du 25 mars 2019

 

Christophe Hanna, L’Agence de notation comme dispositif artistique

 

Michel Feher, Tous notables ! De la recherche du profit à la quête du crédit

 

Valérie Pihet, Valuation Studies : état de l’art

 

Sabrina Alioui, Le rôle des agences de notation du point de vue des gestionnaires

Le fichier audio de cette conférence sera bientôt disponible en ligne.

 

Notes et propositions A partir de la Journée d’études #1 du 25 mars 2019

Natacha Guiller

Je souhaitais rassembler mes notes depuis la journée d’étude de l’Agence de Notation, mais tout cela reste un chaos que je peine à synthétiser. Déjà, tapuscrire…

Je commence par de la parenthèse (racontersavie), quelques évaluations vécues, à venir proches, comme des clins d’œil à ce qui potentiellement attendrait l’Agence :

Les 6-7 avril prochains, je vais faire des tests d’intelligence (rires), c’est une démarche tout à fait absurde, je le conçois, ces tests coûtent une fortune, je ne sais si ma mutuelle fera un geste. En parallèle, je m’entretiens avec divers et innombrables interlocuteurs de la Salpêtrière pour me faire diagnostiquer,  également très à la mode, mais je pense que je suis un brin autiste, mon cerveau s’agitant plus bizarrement que la moyenne, m’entraîne dans des conduites autodestructrices. Des résultats positifs ou l’inverse n’apporteront aucune solution, toutefois je disposerai de nouveaux mots-étiquettes pour des proches (lointains) porteurs de gènes dégénérationnels en commun. Tout ça pour dire que je m’enlise dans ces tests aussi/surtout pour nourrir ma curiosité personnelle et réutiliser ces protocoles ensuite, j’imagine ; je fais un test de QI, parce que je suis en mesure (semble-t-il) d’examiner l’analysant-e me diagnostiquant.

Convier l’Agence de Notation à ce genre d’évaluations, sinon très mystérieuses, aurait pu être amusant.

Idem pour la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), j’en bénéficie depuis quelques temps et j’ai reçu, par erreur de leur part, une épaisse liasse qui détaille les critères d’administration de cette invalidation (!). Je m’amuse à colorier le pourcentage de mon taux estimé de handicap (ils jaugent à partir d’un dossier papier), sur certaines parties de ma silhouette préalablement dessinée.

Tout autre univers, je viens de faire fermer (pour « travaux ») il y a quelques temp un U Express (très fréquenté, A-J. Chaton semblait y faire ses courses) après avoir évalué (via photographies amateures) l’état de leur étals (rayon bébé) par la DDPP. J’ai éprouvé un (rare) sentiment de pouvoir, en donnant l’alerte, immédiatement entendue, l’urgence d’application de la sentence… Je suis experte dans la traque aux périmés, la constatation d’insalubrité des lieux, mais cela ne m’a pas valu de reconnaissance remarquable pour l’instant, ou de potentielle carrière. La piste reste à creuser.

J’ai par ailleurs rédigé plusieurs lettres ouvertes à Monoprix, pour témoigner de l’applicabilité de leurs coupons réductions en caisses des magasins et de chéquiers maladressés. J’espère les lire dans les queues des caisses, justement.

J’ai aussi pas mal de contacts du réseau AP-HP, je connais un bon pourcentage des services hospitaliers parisiens en tant qu’usagère, et du secteur privé, aussi à Nantes et à la Roche sur Yon, si l’Agence veut prendre un peu l’air.

Vous l’aurez peut-être compris, mon dossier médical est en ligne, en open data, enfin, un fragment de la partie dont je dispose (ainsi que quelques pièces auto-hackées, son volume total est juste anti-écologique), je suis probable fichée dans le réseau, mais je peux peut-être servir d’entremetteuse pour l’Agence.

Je suis malgré tout un poil « universitaire » également, en octobre dernier, je passais une soutenance (après le mémoire fake et soutenance canular de l’année précédente) en arts sur le thème du dégoût. Contexte invraisemblable au centre Saint-Charles (École des Arts de la Sorbonne, « lol ») où le jury n’est autre que nos propres profs. Ces diplômes-emblème sont une belle supercherie, et le dossier a fini sur Dumas. J’ai aussi assisté mes profs en écoles d’arts appliqués quand ils constituaient les promotions suivantes, du grand n’importe quoi, la méthode.

Dernièrement, sur les scènes slam, pendant des sélections pour représenter la France, une jury était assise sur ma chaise. Je le lui ai dit, ce qui a de toute évidence orienté mes notes. Après coup, on m’a dit que la sélection était naturellement truquée d’avance, mais que ma prestation était très cool. Le volume d’applaudissement fait partie des critères, le timing, l’ancienneté aussi, à mon avis, bref, des protocoles inspirants.

Qu’est-ce qu’on fait au juste quand on note ?[1]

Des trucs qu’on pourrait penser noter :

  • Peut-on imaginer évaluer des objets désuets, disparus, des personnes mortes, ou qui viennent juste de mourir, des choses/individus en péril ?
  • Peut-on imaginer évaluer des projets fictifs, en cours de création, ou pas encore concrétisés ?

Quel-s bénéfice-s pour les instituions qui accueillent l’Agence de Notation ?

  • Faire valoir le 1% artistique ? Une approche de leur structure sous l’angle du monde de l’art, soit une ouverture du réseau sur ce champ, et de la visibilité. Une valorisation, en étant associé à la poésie, la sensibilité au beau.

Sinon, sur l’évaluation, j’ai pensé à Acide sulfurique, d’Amélie Nothomb (résumé wikipédia) :

« Le cadre de ce roman d’anticipation est un camp de concentration qui sert de décor à une émission de télé-réalité. On y filme des prisonniers, choisis au hasard parmi la population et enlevés par rafles. Les médias s’offusquent de l’horreur de l’émission, ce qui incite de plus en plus de gens à la regarder. “Concentration” arrive au paroxysme du scandale quand les producteurs décident d’accorder le choix des prisonniers tués au public. Les téléspectateurs votent en masse, de plus en plus de personnes regardent l’émission. »

 

Ensuite, beaucoup d’idées de lieux ont jailli, je ne sais toutefois pas distinguer vraiment ce qui relève du domaine public ou privé pour ces différentes institutions, donc je vais trier d’une manière tout à fait subjective, car en fait, selon ce qu’on évalue, les institutions changent de rubrique.

PISTES DE TERRAINS D’INTERVENTION

CULTURE

  • Critères de sélection à des coupes de slam
  • Critères de refus des maisons d’édition
  • Sélection du Prix Poésie RATP
  • Les lieux des expositions du Musée de l’Invisible : http://lemuseedelinvisible.org/language/fr/
  • Le Musée de cire
  • L’absence de trace/signature des œuvres de Tino Sehgal
  • L’école d’écriture Les Mots, Paris 5e: https://lesmots.co/
  • La Morgue (visite)
  • Les Catacombes (évaluation pendant la visite guidée)
  • Musée des Égouts de Paris
  • Le Pavillon de l’Eau
  • Le Muséum d’Histoire Naturelle et ses animaux empaillés
  • La Maison Deyrolle : https://www.deyrolle.com/
  • Le Jardin des Plantes
  • La salle d’attente de Fernand Laredo, rhumatologue (le mien) et collectionneur d’art

SANTE

  • Les algues vertes
  • Critères de la MDPH (reconnaissance de qualité de travailleur handicapé) : https://www.paris.fr/mdph
  • Statut du pair-aidant au sein d’une unité hospitalière
  • Le service téléphonique de prise de RDV/orientation, à Rothschild/La Salpêtrière, etc.
  • Le service de blanchisserie de la Clinique du Château de Garches
  • La surface de rédaction (A5) dans le cadre des Directives Anticipées (j’en ai un exemple personnel)
  • La durée d’éclairage automatique dans les toilettes d’une institution
  • Critères et méthode d’évaluation du test de QI,
  • Critères et méthodes d’évaluation du spectre autistique
  • Centre du Sommeil et de la Vigilance, Paris : http://www.sommeil-vigilance.fr/
  • Tests neuropsychologiques (mémoire, dépistage Alzheimer)
  • Questionnaires de satisfaction post-hospitalisation (j’en ai de nombreux exemples)
  • Fiabilité et coût des tests d’intolérances alimentaires du laboratoire Zamaria :

https://www.biogroup-lcd.fr/laboratoire-paris/laboratoire-zamaria

  • Services de soin pratiquant la transplantation microbiotique (clandestinement ou non)

EDUCATION

  • Modalités d’admission en écoles d’arts appliqués publiques, sur dossier
  • Les cours municipaux d’adultes : https://cma.paris.fr/
  • La validation (valeur) des diplôme à l’École des Arts de la Sorbonne
  • L’Arche, centre de formation d’hypnose, cours en accès libre :

http://www.arche-hypnose.com/recherche-et-developpement-hypnologie/

CITOYENNETE

  • Les cimetières pour animaux, à l’heure de l’extinction accélérée des espèces
  • L’Initiation aux gestes qui sauvent, post-attentats :

https://www.paris.fr/actualites/apprenez-les-gestes-qui-sauvent-avec-les-pompiers-de-paris-3266

  • Le service de contrôle de l’insalubrité, la DDPP :

http://www.leparisien.fr/espace-premium/essonne-91/un-restaurant-ferme-pour-insalubrite-01-09-2012-2145344.php

VIRTUEL

  • Eurêkoi, l’application, qui répond à toutes vos questions gratuitement en moins de 72 heures : https://www.eurekoi.org/
  • Évaluation de l’application/reconnaissance de chansons, en les chantant : https://www.midomi.com/
  • La mise en page du site web de la Maison des Artistes Paris
  • La mise en page du site web du Centre Geroges Pompidou
  • La navigation sur le darknet
  • Le principe de dossier médical partagé (DMP) : https://www.dmp.fr/
  • Grippe.net, l’évaluation en ligne de nos symptômes grippaux : https://www.grippenet.fr/
  • Les Sims, jeu de gestion PC

PRODUITS

  • Évaluation d’une œuvre ou d’un artiste étiqueté-e comme dépendant de l’Art Brut
  • Les coupons/programmes fidélité envoyés par la poste par l’enseigne Monoprix
  • Les sextoys
  • Les emballages des produits en magasin bio
  • La composition des collants pour femmes
  • L’Ami Louis, le restaurant le plus cher de Paris

[1]    Christophe Hanna

 

Lundi 25 mars 2019. Évaluation générale. L’Agence de Notation comme dispositif artistique # 1

Programme 

Lundi 25 mars  – Université Paris 8

Matin 9h-13h, Salle des thèses, Espace Deleuze, 1er étage bâtiment A

9h30
Présentation du projet Évaluation générale et de l’Agence de Notation
Nancy Murzilli et Christophe Hanna
10h
Tous notables ! De la recherche du profit à la quête du crédit
Michel Feher, discutant Yves Citton
11h30
Valuations Studies : état de l’art
Valérie Pihet, discutant Olivier Quintyn
12h15
Le rôle des agences de notation du point de vue des gestionnaires
Sabrina Alioui, discutante Bérengère Voisin

Après-midi 14-18h, Salle G1, bâtiment G

14h-17h
Atelier de travail
Construction d’une boîte à outils en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève l’accroissement sensible du marché de l’évaluation, à travers des lectures, dont on extraira des thèses, hypothèses ou propositions.

Voir les lectures proposées 

17h-18h
Recherche de terrains et réflexion sur les dispositifs à mettre en œuvre pour mener une recherche-création sur l’évaluation générale.

Télécharger le programme

Le projet

Présentation du projet 

Les organisations publiques et privées s’appuient toujours plus sur des acteurs extérieurs pour éclairer leurs décisions. L’externalisation de l’expertise dans des agences de notation en fait aujourd’hui la forme privilégiée de l’expertise et un mode de gouvernance spécifique au sein des politiques publiques et des entreprises. Le projet « Évaluation générale: l’agence de notation comme dispositif artistique » mise sur l’association d’artistes et de chercheurs dans le but d’enquêter et de fabriquer des outils alternatifs pour répondre à nos besoins sociaux d’évaluation*. Il s’efforcera ainsi de répondre à des problèmes publics, en contribuant à la mise en place de socialités alternatives à celles dont le format est imposé aujourd’hui par l’institutionnalisation de chaînes d’interaction normées à l’échelle mondiale. Cela suppose un renversement de perspective qui replace le travail artistique et le pluralisme du travail scientifique, avec leurs acteurs spécifiques, dans des chaînes d’action et des réseaux de pratiques sociales qui se trouvent aujourd’hui accaparées, sur-simplifiées et mutilées par les seules disciplines économiques, gestionnaires et managériales.

Les activités d’évaluation se répandent aujourd’hui « en métastase sur nos organisations et dans l’ordinaire de nos vies » (Martucelli). Cela touche aussi bien le travail des salariés que les entreprises, les institutions, la recherche, les compétences, les risques professionnels, clients, sanitaires, environnementaux. Or l’évaluation ne se contente pas d’appliquer des valeurs, elle participe activement à la formation de ces valeurs. Elle représente à la fois «ce à quoi nous tenons» et «ce qui nous tient» (Latour, Hache), d’où un effet de tension interne, qui se renforce en temps de crise économique, politique, environnementale. Les pratiques d’évaluation relèvent d’un processus de rationalisation de nos sociétés, dans lequel les savoirs universitaires jouent souvent un rôle prépondérant. Depuis quelques décennies, elles se systématisent, se professionnalisent et tendent à se soumettre aux logiques instrumentalistes du néo-management, appliquées indifféremment aux entreprises, aux services d’État, aux universités, aux institutions culturelles, aux associations, etc.

Pour que l’évaluation puisse être envisagée comme constructive, et non seulement agitée comme une sanction ex post, il faut la resituer dans sa dimension expérientielle, que les pratiques artistiques peuvent souvent aborder plus finement que les disciplines scientifiques prévalant à l’université. Il importe de tenir compte de tout ce qui la constitue d’un point de vue pragmatique, sans en réduire la teneur aux moments institués, mais en l’envisageant dans tous les moments d’interactions entre les protagonistes impliqués dans les expériences collectives observées (Dewey). C’est ce que se proposent de faire les artistes et chercheurs associés à ce projet en confrontant leurs outils, leurs méthodes et leurs formes d’expression autour d’un enjeu commun, en inventant des dispositifs, des exercices, des technologies intellectuelles permettant une expérimentation réelle de certains problèmes publics qui jusqu’alors étaient sans formulation ni représentation. Ce projet fait le pari que c’est en testant, en activant, en corrélant des agirs sociaux au sein de dispositifs artistiques qui font entrer en collision des espaces sociaux et institutionnels hétérogènes, que pourront émerger de de nouveaux savoirs, nouveaux moyens d’interagir, de nouvelles formes de collaboration institutionnelles, de nouveaux milieux d’action, de nouveaux publics, des socialités inédites et alternatives.

La question de l’évaluation prend la dimension d’un véritable problème social dans le domaine du travail, où elle se heurte à la question de la reconnaissance (Honneth, Dejours), mais aussi à notre rapport avec la matérialité (Latour), touchant des domaines aussi variés que la sociologie du travail, le management, la psychologie, la pédagogie, la sociologie des objets. Les pratiques mises en place au nom de l’évaluation, sous l’hégémonie d’une conception néolibérale et écocidaire de la production sociale, (re)configurent activement et profondément les structures et les formes de nos médiations humaines. Ce sont tous nos rapports à nos milieux (naturels, sociaux, techniques, communicationnels) qui s’y trouvent redéfinis et réagencés.

Ces travaux sur l’évaluation auront bien entendu une résonance particulière dans le cadre d’institutions d’enseignement attribuant des «notes» à leurs étudiants. Les dispositifs pédagogiques seront l’occasion d’observer et de réfléchir aux proximités et aux divergences entre les évaluations/notations scolaires et les évaluations/notations financières.

L’Agence de Notation

“Agence de Notation” désigne un dispositif de performances destiné à évaluer de façon spectaculaire et critique ce qui dans la réalité sociale ne s’évalue pas (encore).

Ce dispositif tire son énergie et son intérêt du fait qu’il entre en résonance avec un syndrome bien contemporain, propre à toute société dont la dynamique repose sur le principe de la mise en concurrence : l’accroissement sensible du marché de l’évaluation, son extension à des zones inattendues, la grande variété des pratiques évaluatives auxquelles n’importe quel citoyen se trouve soumis ou invité à devenir l’acteur et le promoteur.

Cependant, et ce point a été un élément déterminant pour l’élaboration de ce dispositif et l’orientation des enquêtes qu’il peut amorcer, dans nos démocraties tout le monde n’est pas exposé pareillement à l’évaluation : certains jouent leur carrière sur des notes qu’ils reçoivent continuellement, d’autres ne sont jamais notés ou rarement, et les notes qu’on leur met n’ont que peu d’effet sur leur devenir. L’évaluation-notation est donc non seulement un élément du système de valorisation, mais aussi un indicateur de la manière dont peuvent se mettre en place divers régimes d’inégalité.

Le protocole d’”Agence de Notation” ne consiste ni à introduire dans les galeries, les musées, les lieux de poésie, des fictions d’évaluations telles qu’elles se mènent dans la vie sociale, comme des bilans annuels de performances ou des entretiens d’embauches, en les parodiant ou en les scénarisant, ni à essayer d’esthétiser ou d’artifier la réalité des pratiques évaluatives existantes sur leurs terrains propres. Son ambition spécifique vise plutôt à exploiter des pulsions voire des “compétences” notationnelles et évaluatives devenues monnaie courante afin de traquer et d’investir des espaces protégés de l’évaluation, des zones d’ombres qu’aucune note n’éclaire, des cibles pour lesquelles n’existe encore aucune forme d’expertise instituée, et de les soumettre à une évaluation qui sera donc par nature d’un autre genre.

À partir des matériaux rassemblés, il s’agira d’inventer un dispositif de traitement qui permettra une redescription, une reformulation et une nouvelle représentation du problème exploré, instituant (désinstituant/réinstituant) ainsi de nouveaux usages. De tels dispositifs prendront appui sur des situations et des normes d’évaluation existantes pour imaginer d’autres formes d’évaluation, d’autres systèmes de notation, y mettre en évidence ou en détourner les jeux de langage, en déplacer le sens, les court-circuiter et en inventer de nouveaux en vue d’expérimenter d’autres formes de socialité à même de trouver des solutions inédites aux problèmes publics que soulève l’évaluation. La dimension poétique de ce travail prendra pour pivot la notion de « notation », à la fois saisie sélective de fragments de réalité, dispositif d’écriture-transcription et attribution de valeur au sein d’une échelle graduée.

Dans la phase 2019 du projet, l’objectif de l’ «Agence de notation» sera, entre autres, d’enquêter sur le Centre Pompidou en investissant ses lieux pour en fournir une évaluation. Les travaux seront menés dans une démarche de formation par la recherche-création, dans laquelle seront impliqués les doctorants et masterants des équipes partenaires et de l’EUR ArTeC.

 

*Une première version de l’Agence de notation a été présentée par Christophe Hanna en 2018 au Festival PAN! de Limoges.

Eléments bibliographiques

Évaluation et agences de notation

Balandier G. (dir.), Ce qu’évaluer voudrait dire, Cahiers internationaux de sociologie, 2010, n° 128-129.

Boltanski Luc, Thévenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, 1991.

Boltanski Luc, Esquerre Arnaud, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Gallimard, 2017.

Brenneis Don, « Reforming Promise », in Documents. Artifacts of Modern Knowledge, Annelise Riles (dir.), The University of Michigan Press, 2006.

Bruno I., et al., Statactivisme, Comment lutter avec des nombres, La Découverte, 2014.

Bruno I., Didier E., Benchmarking : l’État sous pression statistique, La Découverte, 2013.

Bonacci L., Fourt X., Bureau d’études (collectif), URL : http//:bureaudetudes.org.

Cassin Barbara (dir.), Derrière les grilles. Sortons du tout-évaluation, Mille et une nuits, 2014.

Citton Yves et Querrien Anne, “Art et valuation. Fabrication, diffusion et mesure de la valeur”, Multitudes,  2014/3 (n°57), M57-Citton-Querrien-ArtEtValuation

Degos Jean-Guy, Ben Hmiden Oussama, Henchiri Jamel E., « Les agences de notation financières. Naissance et évolution d’un oligopole controversé », Revue française de gestion 2012/8 (N° 227), pages 45 à 65, https://www.cairn.info/revue-francaise-de-gestion-2012-8-page-45.htm

Dejours Christophe, L’Évaluation du travail à l’épreuve du réel. Critique des fondements de l’évaluation, INRA, 2003, https://www.cairn.info/l-evaluation-du-travail-a-l-epreuve-du-reel–9782759224609.htm

Dewey John, La Formation des valeurs, La Découverte, 2011.

Didier E., En quoi consiste l’Amérique ? Les statistiques, le New Deal et la Démocratie, Paris, La Découverte, 2009.

Didier Samuel, Weill Nicolas, Les dessous du triple A: agences de notation : récit de l’intérieur, Omniscience, 2012.

Feher, Michel, Le temps des investis. Essai sur la nouvelle question sociale, La Découverte, 2017.

Gadrey Jean et Jany-Catrice Florence, Les nouveaux indicateurs de richesse, La Découverte, 2016, https://www.cairn.info/les-nouveaux-indicateurs-de-richesse–9782707190635-page-9.htm

Gaillard Norbert, Les Agences de notation, La Découverte, 2010, https://www.cairn.info/les-agences-de-notation–9782707158307.htm#  

Gardella E., Levergne C., « Problèmes publics, évaluation et militantisme », Tracés, n° 9, 2009.

Hanna, Christophe, Argent, Ed. Amsterdam, 2018.

Heinich, Nathalie, Des valeurs. Une approche sociologique, Gallimard, 2017.

Honneth A., La société du mépris, La Découverte, 2008.

Honneth A., La Lutte pour la reconnaissance, folio Gallimard 2013.

Jacob S., Génard J.-L., Expertise et action publique, Université de Bruxelles, 2004.

Jany-Catrice Florence, “Quand mesurer devient maladif”, Revue Projet 2012/6 (n° 331), https://www.cairn.info/revue-projet-2012-6-page-6.htm

Kjelberg H., et al., « Valuation Studies? Our Collective Two Cents », Valuation Studies, 1(1), 2013.

Koller T., Goedhart M., Wessels D., Valuation: Measuring and Managing the Value of Companies, McKinsey & Company Inc., 2010.

Krippner Greta R. , “Bearing risks and being watched”, Public Books,  26 février 2019, http://research.gold.ac.uk/25906/

Lamont Michèle, Mallard G., Peer Evaluation in the Social Sciences and Humanities Compared : The United States, the United Kingdom, and France, rapport réalisé pour le Social Sciences and Humanities Research Council of Canada, Ottawa, 2005.

Lamont Michèle, The Evaluation of Systematic Qualitative Research in the Social Sciences, National Science Foundation, 2008.

Lamont Michèle, How Professors Think. Inside the Curious World of Academic Judgment, Harvard University Press, 2009.

Lamont Michèle, « Toward a Comparative Sociology of Valuation and Evaluation », Annual Review of Sociology 38 (21), 2012.

Latour Bruno, Enquête sur les modes d’existence : Une anthropologie des modernes, La Découverte, 2012.

Martin Randy, “La logique sociale de la dérivation financière”, Multitudes, 2018/2 (n° 71), MARTIN-LogiqueSocialeDerivationsFinancieres-M71-2018

Massumi Brian, « Réévaluer la valeur pour sortir du capitalisme », in Multitudes 2018/2 (n° 71).

Ouroussoff Alexandra, Triple A. Une anthropologue dans les agences de notation, Paris, Belin, 2013.

Moulin R., De la valeur de l’art, Flammarion, 1995.

Perret B., L’Évaluation des politiques publiques, La Découverte, 2014.

Renault Emmanuel, Mépris social, Le Passant, 2001.

Rosamond Emily,  “Le capital de tempérament : les Actions à impact social et la financiarisation du comportement”. Mouvements, n°97, 2019, https://www.publicbooks.org/bearing-risks-and-being-watched/

Simonet, François, « L’évaluation : objet de standardisation des pratiques sociales », Cités, 2009/1 (n° 37), https://www.cairn.info/revue-cites-2009-1-page-91.htm#

Strathern M., Audit Cultures: Anthropological Studies in Accountability, Ethics, and the Academy, Routledge, 2000.

Strathern M., « Bullet-proofing : A Tale from the United Kingdom », in Documents. Artifacts of Modern Knowledge, Annelise Riles (dir.), The University of Michigan Press, 2006.

Zarka Yves (dir.), L’idéologie de l’évaluation, Cités,  2009/1 (n° 37), https://www.cairn.info/revue-cites-2009-1.htm

Gouvernement et gouvernance

Alioui, Sabrina, L’impact de la gouvernance sur le niveau de divulgation d’information des grandes sociétés cotées françaises, thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Védrine et de Robert Teller, 2011.

Baschet Jérôme, Adieux au capitalisme. Autonomie, société du bien vivre et multiplicité des mondes, La Découverte, 2014, 
http://widget.editis.com/ladecouverte/9782707177230/#page/41/mode/1up

Chamayou Grégoire, La société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire, La fabrique, 2018.

Dardot P., Laval C., La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, La découverte, 2010.

Dewey John, Le public et ses problèmes, Éditions Farrago/Université de Pau, 2003.

Lascoumes P., Le Gales P., Gouverner par les instruments, Sciences Po, 2005.

Latour Bruno, Où atterrir ? Comment s’orienter en politique, La Découverte, 2017.

Zask Joëlle, Participer : Essai sur les formes démocratiques de la participation, Ed. Le Bord de l’eau, 2011.

Art, politique, action

Citton, Yves, Médiarchie, Seuil, 2017.

Collectif, Toi aussi tu as des armes. Poésie & politique, La fabrique, 2011.

Cometti J.-P., Art, modes d’emploi. Esquisse d’une philosophie de l’usage, La lettre volée, 2000.

Cometti Jean-Pierre, Matteucci G. dir., Après l’art comme expérience. Esthétique et politique aujourd’hui à la lumière de John Dewey, Questions théoriques, 2017.

Dewey John, L’art comme expérience, Farrago/Publications de l’université de Pau, 2005.

Gell Alfred, L’Art et ses agents, une théorie anthropologique, Presses du réel, 2009.

Goodman Nelson [1984], L’art en théorie et en action, L’éclat, 1996.

Hanna, Christophe, Poésie action directe, Ed. Al Dante, 2003.

Hanna, Christophe, Nos dispositifs poétiques, Questions théoriques, 2010.

Imhoff A., Quiros K., de Toledo C., Les Potentiels du temps. Art et politique, Manuela, 2016.

Jeanpierre Laurent, Florian Nicodème et Pierre Saint-Germier, «Possibilités réelles», Tracés. Revue de Sciences humaines, 24 | 2013, http://journals.openedition.org/traces/5614

Joas Hans, La créativité de l’agir, Cerf, 1999.

Leibovici Franck, des documents poétiques, Questions théoriques, 2007.

Leibovici Franck, (des formes de vie) une écologie des pratiques artistiques, Questions théoriques, 2007.

Lemoine, S., Ouardi, S., Artivisme : art, action politique et résistance culturelle, Alternatives, 2010.

Quintyn O., Dispositifs/Dislocations, Ed. Al Dante/Questions théoriques, 2007.

Quintyn Olivier, Implémentations/Implantations : pragmatisme et théorie critique. Essais sur l’art et la philosophie de l’art, Questions théoriques, 2017.

Rosenthal, Olivia, Ruffel, Lionel (dir), La Littérature exposée 2. Littérature. vol. II, n° 192, 2018.

Ruffel, L., Brouhaha, les mondes du contemporain, Verdier, 2016.

Shusterman R., Pragmatic Aesthetics. Living beauty, Rethinking art, Blackwell, 1992.

Recherche-création

Becker Howard, Comment parler de la société ? Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, La Découverte, 2009.

ChapmanOwen  & Sawchuk Kim, “Research-Creation: Intervention, Analysis and “Family Resemblances”, Canadian Journal of Communication Vol 37 (2012) 5-26, https://www.cjc-online.ca/index.php/journal/article/view/2489/2766

Delacourt S., Schneller K., Théodoropoulou V., Le chercheur et ses doubles, B42, 2016.

Dewey John, Logique : la théorie de l’enquête, PUF, 1967.

Gilbert, A. dir., Publishing as Artistic Practice, Sternberg Press, 2016.

Goodman Nelson [1968], Manière de faire des mondes, Jacqueline Chambon, 1992.

Huyghe Pierre-Damien , Contre-temps. De la recherche et de ses enjeux : arts, architecture, design, B42, 2017, https://journals.openedition.org/critiquedart/27382

Landy Joshua, How to do things with fictions, Oxford University Press, 2012.

Manning Erin, Massumi Brian, Pensée en acte. Vingt propositions pour la recherche-création, Yves Citton (éd.), Presses du réel, 2018.

LECTURES POUR L’ATELIER DE TRAVAIL DU 25 MARS 2019

Lectures proposées 

par Yves Citton :

par Michel Feher :

par Christophe Hanna :

par Nancy Murzilli :

par Magali Nachtergael :

  • Éric Loret, Petit manuel critique, Les Prairies Ordinaires , 2015, loret

 

Évaluation générale

Sous l’effet du néolibéralisme et de la révolution numérique, les activités d’évaluation s’emballent, se généralisent, s’érotisent, deviennent frénétiques et paradoxales. Le projet de recherche « Evaluation générale : l’Agence de Notation comme dispositif artistique », financé par l’EUR ArTeC (ComUE UPL), réunit un groupe d’artistes, éditeurs, théoriciens des arts, critiques littéraires, philosophes, sociologues, politologues et spécialistes en sciences de gestion, en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève la généralisation de l’évaluation. Il se constitue autour de l’« Agence de Notation », dispositif artistique et d’enquête appelé à intervenir en situations institutionnelles réelles afin de désinvisibiliser non seulement ce qu’est l’activité d’évaluation-notation mais aussi ses effets concrets immédiats. Ce carnet collaboratif se veut un espace d’échange, de ressources et une vitrine des actions de ce groupe de recherche-création.

L'Agence de Notation comme dispositif artistique