Évaluation d’un projet de création dans le cadre du master de création littéraire de l’Université Paris 8, travaux issus du séminaire 2019-2020

Par Toto Bast et Nicolas G.

[1]

Les modalités d’évaluation d’un master de création, qu’il soit littéraire ou artistique en général, posent problème par définition. Une pratique de création existe en tant qu’elle est reconnue par les élites du milieu qui la composent au même titre que l’art survit par la contestation de sa propre évaluation. Une telle contradiction persiste dans la situationde sélection à l’entrée du master, comme au moment des évaluations produites par ceucelles qui occupent une place à la fois dans le milieu académique et littéraire (la grandes majorité des enseignant.e.s ont fait carrière dans l’université après avoir été diplomées de grandes écoles du type ENS et sont pour la plupart des écrivain.e.s publiées et  reconnus avec obtention de prix littéraires). Les critères de sélection et d’évaluation sont produits et appliquées par des individus reconnus dans leurs domaines et c’est bien évidemment ce qui est « vendu » par la formation : LA RECONNAISSANCE et LA VALIDATION.

Le master de création littéraire n’échappe donc pas à cette règle passablement paradoxale : celle de vouloir produire des marginau.les sublimes (dont on se souviendrait) et, en même temps, de devoir asseoir sa propre légitimité en assurant la continuité du pouvoir en place au sein de l’institution éditoriale et universitaire.

Le travail d’écriture produit dans un contexte académique peut-il faire l’économie d’être perçu en dehors de sa valeur potentielle sur le marché du livre ? Les évaluateur.rices sont-elles enclins à œuvrer pour une émancipation anticapitaliste du travail de l’écrivain.e et de l’éditeurice ?

Tout porte à croire que malgré les bonnes intentions du master, le statu quo demeure la posture permettant la survivance d’une telle formation.

Première phase : admission 

  1. Du côté du candidat : choix de l’écriture comme activité prioritaire.
  2. Du côté du jury d’admission, il s’agit de déterminer la  qualité du projet d’écriture.

La première phase d’évaluation se fait sur le seuil du master, au moment de l’évaluation du dossier de candidature. Celui-ci contient a) un exposé du projet d’écriture et b) un échantillon de dix pages. Ces deux documents sont censés exposer les critères mis en œuvre par l’auteur autant sur le plan théorique (a) que pratique (b). Le critère principal, qui se manifeste par le simple fait de soumettre un tel dossier, est le choix de l’écriture comme activité prioritaire. Cette activité est à son tour parcourue par un ensemble hétéroclite de critères d’ordre esthétique, politique, éthique et économique propres à l’auteur. Or, l’évaluation du dossier correspond à une opposition active de cet ensemble de critères, leur exposition théorique (a) et leur mise en pratique (b) :

Afin d’être admis dans le Master, le jury, composé d’enseignants-écrivains, doit trouver une certaine correspondance entre le projet ainsi présenté et ses propres critères qui portent sur les mêmes sphères (esthétique, éthique, politique, économique). Le rapport du jury à ces sphères diffère nécessairement de celui du candidat, de par leur position dans l’économie littéraire. Il faut nommer explicitement le critère de “publiabilité”, déterminé par des modes, des effets de domination sociale (pas nécessairement – consciemment –  incarnés par le jury) qui influencent à son tour le jury plus ou moins de l’extérieur. Pour le candidat, on peut supposer que ce critère se range plutôt du côté du désir de publier.

L’admission se fait s’il y a un équilibre entre les deux pôles ainsi opposés. On peut ici avancer le critère d’utilité. Le jury estime que donner un cadre à la réalisation du projet est utile, puisqu’il a été évalué positivement autant sur le plan intrinsèque (activité prioritaire du candidat en harmonie avec les critères évalués par le jury) qu’extrinsèque (correspondant à ce qu’attend le jury d’un “bon projet”).

Il semblerait que l’évaluation du candidat se fasse au coup de cœur ou à l’instinct, l’ensemble des professeurs ne rencontrant pas toustes les candidat.e.s. Finalement, les critères de la bonne histoire à raconter (dans l’air du temps) ainsi que la potentielle fabrication d’une figure publique vendable (atout physique, personnalité hors du commun, facilité d’expression à l’oral..) paraissent prévaloir. Il n’existe aucun retour sur les sélections, sinon le pourcentage, environ 10 pour cent des candidat.e.s sont retenues, qui est annoncée en début de formation et les petites phrases proférées par les enseignants tout au long de la formation, «  si tu es là, c’est parce que tu le vaux bien ! ». Ces critères peuvent cependant être implicitement inférés des échanges qui ont lieu ensuite avec les enseignants tout au long de la formation.

Deuxième phase : suivi de projet 

  1. du côté de l’étudiant : l’écriture comme activité individuelle persiste en s’inscrivant dans le cadre d’un programme d’études : obligation de six participations au suivi de projet (trois fois en tant qu’auteur, trois fois en tant que lecteur du projet d’un pair ( ?)).
  2. l’évaluation par un enseignant encadrant (critères “esthétiques”, vision d’un ensemble “cohérent” selon une conception de la littérature nécessairement idiosyncrasique, mais aussi informée par une certaine éducation/culture littéraire commune propre à un certain « milieu » littéraire.)
  • l’évaluation par des pairs inscrivant leur propre activité d’écriture dans le même cadre.

La deuxième phase représente une mutation qualitative de l’activité d’écriture. On passe d’une situation de confrontation entre un travail “accompli” de façon autonome et des critères extérieurs, à une dynamique de triple bind. Ce triple bind correspond aux pôles suivants : l’activité individuelle de l’auteur admis en Master, l’enseignant assurant l’encadrement pédagogique, et les pairs de l’auteur. Est ainsi créé un feedback loop permanent, sans que l’un des trois pôles ne soit résorbé dans l’activité. La position de l’auteur devient nécessairement paradoxale : son activité autonome se produit dans un cadre qui lui impose deux instances hétéronomes. Concrètement, ignorer les retours faits lors d’une séance du suivi revient à un échec face à ce cadre. Il est donc clair que l’activité ne peut se faire que sous tension. De fait, le triple bind établit un champ conflictuel permanent qui exige de l’auteur de se positionner à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de son projet – Nous pouvons alors nous demander si ce schéma ne reproduit pas de façon artificielle, dans le cadre de la formation, celui d’un auteur qui soumet son manuscrit à ses amis-écrivains-publiant/pairs-dans-le-master et à son éditeur/enseignant-dans-le-master ?- Idéalement, cette dynamique donne lieu à une espèce de re-entry (pour nous approprier un concept de Niklas Luhmann)[2] constant de la part de l’auteur : il se montre en mesure de recevoir les retours des autres, de les comprendre en prenant une posture pseudo-extérieure, et de les intégrer (ou non) à ses propres critères. Il existe le risque de la disparition du champ conflictuel selon deux scénarios possibles : a) l’auteur se montre incapable de reconnaître les deux pôles extérieures, ou b) son activité autonome se trouve écrasée par ceux-là.

Il est important de souligner que le cadre ne peut pas fonctionner autrement. Même si le projet concret, tel qu’il existe dans la réalité, change de qualité, e jeu de langage qu’est le suivi de projet n’a, en soi, pas de fin autre que sa performance. Contrairement au seuil entre la première et la deuxième phase, le passage entre la deuxième et la troisième phase se fait par conséquent en fonction de critères qui ne sont pas qualitativement liés à l’activité de l’écriture dans le cadre du suivi. C’est l’année scolaire qui détermine la date de la soutenance. (D’où aussi la possibilité d’un redoublement, si jamais l’étudiant – ou l’équipe pédagogique –  estime que la dynamique du suivi n’a pas – encore – permis d’arriver à un stade de développement satisfaisant du projet). Il y a néanmoins également la possibilité d’une sortie actée de la part de l’auteur, sans qu’il ne renonce pour autant au cadre institutionnel. Ultimement, c’est lui qui décide quand son texte est terminé et si les retours extérieurs lui sont encore utiles. 

NB : à cette dynamique de base s’ajoute une boucle parallèle, à savoir le travail de chaque auteur avec son tuteur, idéalement choisi par ses soins parmi les membres de l’équipe pédagogique. On peut ainsi espérer une plus grande convergence entre leurs critères esthétiques et politiques respectifs, mais en fin de compte cette boucle s’ajoute à la dynamique du triple bind décrit plus haut. La logique de re-entry, bien qu’idéalement avec un contraste moins fort, s’applique de la même façon.

Troisième phase : soutenance 

  1. Évaluation du degré d’accomplissement du projet à l’aune de l’ensemble des critères avancés lors des deux premières phases.
  2. Évaluation de la compatibilité du projet avec le champ littéraire en-dehors du master (les maisons d’éditions, et, dans un second temps, le public ; la critique littéraire)

Cette troisième et ultime phase d’évaluation de l’activité de création littéraire consiste en l’adéquation entre le déroulement de celle-ci au sein du master et son extérieur. Ainsi, elle représente le retour à une forme d’opposition comme celle propre à la première phase. Cette fois-ci, les critères (esthétiques, politiques, etc.) de l’auteur, “raffinés” ou bien “enrichis” grâce au triple bind du suivi de projet et la boucle tutorielle se trouvent opposés à nouveau aux attentes d’une partie de l’équipe pédagogique, mais aussi au champ littéraire et ses institutions.

Comme dit plus haut, le passage de la deuxième à la troisième phase est induit par le calendrier universitaire. L’accomplissement du texte, selon des critères formels élaborés et mis en œuvre lors  deux étapes précédentes, n’est donc pas un critère rédhibitoire. Néanmoins, un net avancement dans la réalisation des critères doit être perceptible pour que le texte puisse être considéré comme “réussi”. Le critère principal de cette « réussite » finalement est celui d’avoir un texte achevé et ainsi présentable à des maisons d’éditions.

 Pour le dire autrement, l’état du texte au moment de la soutenance doit permettre de l’évaluer selon un ensemble de critères cohérents en adéquation suffisante avec ceux du jury, même si ces critères-là ne sont pas encore tous remplis.

Le jury de soutenance se constitue autrement que le jury d’admission qui consistait exclusivement en membres de l’équipe pédagogique du master. Des membres du jury de soutenance viennent de différents secteurs du champ littéraire (critique, édition etc.) On peut supposer que leur choix par les membres de l’équipe pédagogique induit un rapport co-dépendant quant à leurs critères d’évaluation (un grand nombre des enseignants sont eux-mêmes auteurs ou éditeurs). Celui-ci garantit une stabilité suffisante de critères (esthétiques, politiques, économiques etc.).

On peut donc partir du principe d’une forme de boucle évaluative qui comprendrait le master comme tout, de l’admission à la soutenance, en passant par la performance constante du suivi de projet. En raison de notre participation au programme ainsi que de l’acceptation tacite des règles universitaires (évaluation – performance – compétition), il est difficile de juger du système d’’évaluation d’une telle formation. En effet, comment évaluer son impact sur notre travail (effet sur l’inspiration, la motivation, l’impact sur ce que cela produira dans l’avenir) et sur nous-même en tant qu’individu prenant la direction d’un parcours de création ?  Nul doute que la confrontation aux sachants et notants pousse à embrasser le désir d’être le maître de sa propre évaluation, voire de passe outre le concept même de valeur et des catégories qui y sont immédiatement associées (travail, marchandise, argent). Nous finirons par cette citation qui nous semble très à propos :

« La poésie est de plus en plus nettement, en tant que place vide, l’anti-matière de la société de consommation, parce qu’elle n’est pas une matière consommable (selon les critères modernes de l’objet consommable : équivalent pour une masse passive de consommateurs isolés). La poésie n’est rien quand elle est citée, elle ne peut être que détournée, remise en jeu. La connaissance de la poésie ancienne n’est autrement qu’exercice universitaire, relevant des fonctions d’ensemble de la pensée universitaire. L’histoire de la poésie n’est alors qu’une fuite devant la poésie de l’histoire, si nous entendons par ce terme non l’histoire spectaculaire des dirigeants, mais bien celle de la vie quotidienne, de son élargissement possible ; l’histoire de chaque vie individuelle, de sa réalisation. »[3]


[1] tableau confectionné dans le cadre du séminaire “Evaluation générale” pendant l’année universitaire 2019/20 à l’Université Paris 8.

[2] Vgl. Luhmann, Niklas. Einführung in die Systemtheorie, Heidelberg, 2004

[3] Debord, Kotanyi et Vaneigem, Internationale situationniste, 18 mars 1962 http://debordiana.chez.com/francais/is8.htm#all, cité le 09.05.2020 à 15h52.

“ J’ai fait fermer U Express ”

“J’ai fait fermer U express”
Réinjecter de l’évaluation dans la manutention ordinaire
Archives augmentées de la présentation du lundi 13 mai 2019 : Évaluation générale. Effets de l’évaluation #2
L’Agence de Notation, ArTeC, Université Paris 8

natacha guiller (sng), Tickets d’ ins[is]tance sur les chiottes, 2018-2019

Il m’arrive de faire mes courses sur le chemin de mes errances, quand celles-ci s’inscrivent dans des rues à supérettes. Je traîne pas mal dans le XXe, puisque j’y vis depuis 2 ans. La rue des Pyrénées est assaisonnée de cafés et de commerçants poissonniers, primeurs et autres sculpteurs de gluten. Elle grouille souvent de gens porteurs de cabas chargés.

13 mars 2019 : Je suis rentrée dans U express, par la rue Orfila. Je zone dans les rayons, je m’y perds régulièrement. Ce magasin est très bizarrement agencé, avec deux entrées depuis deux rues différentes (Orfila/Pyrénées). Je m’oriente par voie d’élimination jusqu’au rayon d’alimentation pour bébé. Je souhaite acheter ce genre de denrées, qui constitue mes repas officiels depuis quelques années.

Avis consommateurs #1

natacha guiller (sng), Le barouf des boîtes Lactalis, 2018

Je fais une première parenthèse à ce propos :
après avoir écumé (sic) 16 années de coexistence avec des problèmes de bouffe, je dispose d’un tube digestif défaillant. Ce qu’il digère est limité, très limité, c’est assez facile à résumer :
– de l’eau (tiède), de la compote, de la purée (composée à bon pourcentage d’eau et de la bouillie de légumes, certains légumes seulement : haricots verts et carottes), du soja. 

  • En 2015, J’effectue un test d’intolérances alimentaires sur les quais de Versailles, plus de 200 aliments testés (environ 6 pages) pour plus de 100 euros, sur prise de sang one shot.(doc.)
  • En 2016, Je passe un an chez KUATÉ (laboratoire), à me faire scratcher les fesses pour mener l’enquête d’hôtes suspectés, aussi à rapporter des pots de confiture réinvestis, en dehors des périodes de fêtes. (visuel, éventuellement)
  • Mes diverses analyses sont expédiées via le Dr. Berthelot en Suisse ou en Belgique à l’étude, conditionnées dans des kits réfrigérés, via la fameuse Peugeot Cloacae B29 que je lui dessine (au Dr. Berthelot). 
natacha guiller (sng), Peugeot B29, 2016
  • Tous mes diagnostics liés au tube sont doublement conservés dans les archives du duo artistique ART ORIENTÉ OBJET.

Parenthèse encore plus inutile (à supprimer)
Je réalise en 2016 un panneau d’autocollants panini des étiquettes de remboursement destinées aux personnes cœliaques pour l’AFDIAG, en espérant ainsi faire valoir le 1% artistique de l’association des personnes allergiques au gluten, sans succès.

natacha guiller (sng), Tableau AFDIAG : aliments sans gluten, ≥ 3500 g < 5800 g, en France, LPPR, tarif responsabilité : (en chair ou enchère) €, 2017-2019, 89 x 59 cm
  • En 2017, je propose un dispositif inédit et validé par l’institution pour une énième hospit’, où je ne m’alimente plus autrement que par un tube sng1, soit une période un peu plus « j’étais tranquille, j’étais pénarde » à Montsouris, avec ma sonde et mes permissions quotidiennes in the city, je quitte l’établissement avec un TDAH, l’aîné de Renaud acolyte de cellule quitte définitivement ce monde un peu plus tard2.

Memorandum / fin de parenthèse)
Certaines personnes ici présentes, douées d’une mémoire des repas sous forme de buffet collectif (la cène de l’Agence), feront peut-être le lien, à ce moment précis de mon exposé – aussi si elles y étaient conviées et manifestement assistantes – à la journée d’Évaluation Générale originelle, ainsi qu’à cette fameuse scène où les intervenants sont mêlés aux écoutants autour de tables rassemblées pour créer le banquet-break de demi-journée, commandé et composé d’amuse-gueules sur le pouce, également à une personne se sustentant en retrait, assise sur l’une des tables laissées libres de droit d’y siéger le temps du déjeuner, autonome en termes de nourritures, a priori en provenance d’autre-s source-s que le butin de victuailles collectif, (cf. sac à dos), fin de la parenthèse.

Je manipule et inspecte les produits du rayon bébé du U express, quand soudain, horrifiée, je m’aperçois que la pellicule de carton qui enrobe classiquement par paire deux coupelles en plastique ou en verre, par transparence hyper-pigmentées, de couleur vive (légumes chromatiquement louches), ne profite pas de sa surface intégrale. Un angle de contour du packaging est manquant. À y regarder de plus près, l’encart est rongé, grignoté – une ligne ondulée qui pourrait évoquer celle des dents de quelqu’un-e ou d’un objet dessinant cette même onde à vagues – marque l’asymétrie de l’empaquetage. Quelqu’un-e a de toute évidence mangé le carton imprimé, laissant le produit originalement voué à être mangé, intact. Je repose le produit dans le rayon pour chercher un duplicata plus en profondeur, non mutilé par l’inconnu-e. J’en diagnostique un second, visiblement victime du même traitement, atteint toutefois à un autre angle de sa structure globale. J’examine comme cela de longues minutes les packaging Blédina© du rayon bébé du U express, pour constater, le ventre acquiesçant, un saccage généralisé du-dit rayon, par un-e malotru-e non intimidé-e par le carton comme met de fortune. Vous imaginez bien que le ou les coupable-s n’aur-a-ont pas payé les frais de ses/leurs accès d’angle cartonneux. Je dégaine un appareil téléphonique doté d’une application photographique pour immortaliser de quelques clichés témoins cette étrange fringale sans signature.

J’émets quand même déjà quelques hypothèses quant au/à la potentiel-le grignotant-e. Le détail des étals sur quoi reposent les petits pots pour nourrisson offre en effet quelques indices traduits par des grains de riz brun, déplacés de leur rayon d’origine, des féculents. Mer… fichtre alors ! c’est bien de cela dont il s’agit. Les bestioles à longues dents ont profité de la pause repas pour semer, tel le Petit Poucet, leur itinéraire d’entre les rayonnages d’alimentation premier âge. Je glane au compte-goutte quelques denrées décentes pour bébé, sinon dans des rayons plus secure, avant de me diriger en caisse, livide et nauséeuse. Coup de théâtre de la caissière qui m’offre » – inédit – en plus de mes courses un lot de deux petits pots pour progéniture. Je passe de blanche à rouge, et, voyant ma tête, elle s’interroge, moi aussi : pourquoi ce don ? Soit-disant une sur-commande et des briquettes à liquider. Le carton d’offrande est sale, abîmé, je murmure un poil sidérée que « ce qui trafique là dedans » n’est pas très normal et quitte le magasin en furie.

Avis consommateurs #2

En rentrant chez moi, je décide de passer par Facebook pour questionner la communauté sur quoi faire en pareille situation. Je dépose donc les photos prises juste avant en ligne et décris ma découverte. Un membre de mon réseau, lequel réagit normalement au quart de tour à ce genre d’enquête, flirtant avec la loi, la fraude, le scandale public, m’indique immédiatement la ddpp3.



Je renchéris que leurs services n’ont jamais donné grand chose dans le cadre de mes lancements d’alerte, mais je rédige toutefois un mail avec les photos à leur adresse électronique, sans grand espoir, et que j’envoie dans l’après-midi même.


Je fais ici une deuxième parenthèse pour préciser que l’an dernier, en 2018, j’ai alerté la ddpp d’une supérette indienne insalubre : Votre Marché, qui avait élu son domicile mafieux à deux pas de chez moi. Une illustration personnelle décrit l’état des produits mis en vente, notamment ceux rangés dans des congélateurs et frigos à portes ouvertes.


Le Marché en question n’a pas donné lieu à sa propre fermeture, il continue ses activités insalubres de vente de denrées avariées, à fort taux de glace sous le plastique d’emballage surgelé. L’encens y crame en permanence, et des effets personnels reposent et obstruent l’accès aux produits en vente, fin de la parenthèse seconde.
Le lendemain, je reçois à mi-journée un coup de téléphone « appel masqué », je réponds, c’est Nicolas Barco, au bout du fil. Un mec qui bosse à la ddpp et qui reçoit ce genre de notifications pour ensuite aller faire ses rondes d’inspection aux adresses sollicitées dans les messages reçus. Il m’annonce qu’il est passé à U express à la réception de mon mail, qu’il a constaté l’état du rayon alimentaire des bébés et que le magasin va fermer sur le champ pour se remettre à niveau en termes d’hygiène : « Vous devrez aller faire vos courses ailleurs, le temps qu’il faut. » J’évoque au passage le cas de l’épicerie indienne, il me raconte qu’il a longtemps vécu dans le quartier, ne se souvient pas avoir reçu mon message d’alerte l’an passé, et me conseille de lui renvoyer à son adresse mail personnelle de boulot, qu’il ira y jeter un œil, puis faire l’état des lieux quand il aura le temps.

Drôle de sentiment en raccrochant le téléphone. J’ai l’impression d’avoir fait une connerie, de dénoncer les autres, était-ce bien nécessaire ? Est-ce que je ne mets pas des gens dans l’embarras ? Je ressens toutefois une forme de pouvoir sur autrui, dans un domaine auquel je ne m’attendais pas. J’envoie dans la foulée le mail pour la supérette indienne à l’adresse cible de Nicolas Bardo.

natacha guiller (sng), SNG lanceuse d’alerte, 2019

Quelques temps plus tard, je passe devant U express et découvre cette affichette sur la vitre du magasin (lequel est allumé de l’intérieur, mais fermé au public) :
« Le magasin est fermé pour travaux jusqu’au lundi 18 mars ».

Deux jours de fermeture ont été préconisés pour purger l’établissement.
Sur Facebook, on me conseille de la mettre en veilleuse, de ne pas revenir dès lundi inspecter la fin des travaux. Je laisse ainsi l’affaire dans un coin de ma tête. La ddpp ne réagit pas non plus pour l’autre supérette.

 

29 mars 2019 : Un jour où il fait bon se déplacer à pied, je passe par la rue des Pyrénées, avant de rejoindre le centre de la ville, je m’arrête à U express car j’ai de l’avance et pas mon dîner en poche. Je me ballade pour atterrir au rayon bébé que j’explore minutieusement. À première vue, rien ne me choque. J’inspecte les lots de compotes et de légumes bouillis à l’eau. Je décèle néanmoins très vite des cartons grignotés, bien plus au fond du rayon, les lots ont simplement été déplacés comme des pions.

Les déjections semblent passées à l’éponge, mais les produits atteints à l’emballage diminué toujours en vente, malgré la menace de la ddpp. Je dégaine mon appareil téléphonique porteur d’une application photographique pour capturer la visite « post travaux » et illustrer « l’arnaque à l’étalage ». Je décide de pousser l’enquête vers d’autres rayons stratégiques, potentiellement attirants pour notre coupable masqué-e : les fruits secs, à tout hasard. Je tâtonne dans l’espace du magasin, au passage rangé sans aucune logique évidente. Je photographie le rayon des noix et fruits secs, bien garni en crottes de rongeurs, tandis qu’un membre du personnel m’observe en train d’examiner, d’inspecter leur magasin et de tirer des preuves numériques. Il ne dit rien, avant pour moi d’envisager quitter l’établissement, à nouveau, les mains vides.

Nous sommes alors au tout début du mois d’avril, en rentrant chez moi, j’envoie un nouveau mail à la ddpp, adjoint de photos témoins légendées « après les travaux », directement sur l’adresse électronique de Nicolas Bardo, pour accélérer le processus de constatation et d’action directe, aussi en lui signifiant qu’il semble que son intervention et ses directives ont été un peu prises à la légère par le personnel du U express. Je re-poste de récentes photos dans la continuité du fil de la discussion-enquête Facebook, lesquelles ne susciteront cette fois aucune réaction, pas même de l’intéressé de mon réseau, anciennement issu des « service secrets ».

Les jours passent à présent, sans retour ou signe de vie de la ddpp, d’appel de Nicolas Bardo pour m’annoncer qu’il s’est déplacé pour s’assurer des dégâts et qu’il va faire remédier à l’état de leur magasin ses responsables. Je passe parfois devant U express, rue des Pyrénées, dont les portes sont normalement ouvertes aux clients potentiels. Je renvoie un mail à la ddpp, sur l’adresse générale, sans retour. Le réflexe de traque m’habite partout dans d’autres supérettes, comme un rôle que j’incarne de manière systématique, je fais mon boulot quand je zone entre des rayons de supermarchés, établissements au sein desquels je commence à m’imaginer déambuler en poste, portant un badge justifiant mes investigations/inspections d’hygiène, pour le bien des consommateurs. Je mets tout en œuvre pour constituer une pièce d’identité factice afin de m’entraîner de manière de plus en plus crédible au cœur des lieux-dits de vente de marchandises alimentaires à surveiller au grain.

natacha guiller (sng), Traqueuse de périmés, 2019

29 avril 2019 : J’ai fait une ronde hier, passant par la rue des Pyrénées, à U express, faire un mini-état des lieux. Certains rayons sont vides (c’est plus simple), mais pas pour autant propres. Suivant les conseils des consommateurs sur Google, j’ai bifurqué vers Carrefour City, et là, au-delà de la propreté manifeste de l’établissement (par procédé de comparaison directe au magasin que je viens de quitter), je suis distraite par ou un tas de lumières clignotantes (hors périodes de fêtes religieuses, nous savons lesquelles), soit méchamment défaillantes, qui plus est vis à vis de mes propres propensions épileptiques. Par convulsion, je pense qu’il faudrait évaluer la chose, mais ne peux m’y engager sur le moment, sans témoin et complice pour me récupérer (la bave, l’atterrissage fracassé au sol, etc.). Mais bon, là je dérive vers une nouvelle évaluation qui m’éloigne de celle qui nous intéresse.


La situation stagne, sans issue.

natacha guiller (sng), Blédiland, 2018

Avis des consommateurs #3

 
Suite à la lecture de cette micro-nouvelle, je suis très inquiète, enfin une question me taraude quant à l’état de santé du bébé à naître (l’histoire a lieu en 2017). Je me demande comment a été nourri cet enfant et toutes les problématiques pouvant en découler. J’envisage de contacter Laure Nataf sur cet événement, qui a eu lieu – ou pas – à U express Pyrénées/Orfila, et surtout sur la suite des événements (l’enfant est-il né, toujours vivant, etc.). 

natacha guiller (sng), Élevage parasitaire en petits pots, 2016-2019

 

Tentative de schéma à propos du Mythe du carton*


Je tente un schéma d’analyse de l’attrait au carton, mais rien de très emballant ou de convaincant n’en ressort. Le mythe est laissé en suspens.

Je fais ici une dernière parenthèse pour évoquer des clichés pris chez Auchan, (énorme supermarché sur deux étages, à l’entrée de la ville de Bagnolet), sur lesquels on distingue des souris (vivant) dans les présentoirs d’amandes premier prix, ainsi que des moineaux (vivants) qui vadrouillent dans le rayon d’alimentation pour bébé, soit une ouverture sur la diversité de la faune supérette et grande surface, dépassée la frontière mégalople. 

10 juillet 2019Nicolas Bardo m’adresse par voie électronique une missive de signalement et d’intervention de la ddpp dans un Franprix au 3 boulevard Davout, Paris XXe, suite à mon signalement, lequel n’a jamais eu lieu. Je n’ai jamais signalé de Franprix pour les questions d’insalubrité, ce que je m’empresse de lui répondre par mail, sans retour de sa part. J’imprime ce document officiel et note d’aller visiter le magasin dénoncé.

dimanche 21 juillet 2019, 17h15 : Je décide d’aller visiter le magasin Franprix où la ddpp est intervenue quelques jours plus tôt, un dimanche après-midi. J’entre et fais le tour d’inspection de la supérette, quelques achats, je demande au caissier à mon passage s’il y a eu des travaux ici. Au vu de la queue, il contacte sa supérieure par téléphone, me la passe, elle finit par descendre et nous entamons une discussion dans les rayons du Franprix. Il y est question des travaux qui ont effectivement eu lieu il y a peu mais elle n’est pas trop au courant car ne bosse que le weekend. Pendant 6 jours, ils ont nettoyé à fond toute la surface du magasin, l’étage, même. Elle me parle d’un problème de souris dont tout le monde a connaissance (même les clients), aussi du licenciement d’une vendeuse pour vol, qui pourrait être à l’origine du signalement (elle avait menacé de se venger). Elle me parle de sa sœur, qui travaille dans un autre Franprix, de la mort d’une directrice là-bas, qui piquait aussi. Elle me montre les pièges à souris (carton englué de colle avec des fruits secs, probablement de la marque Franprix).

On ne sait pas bien qui a dénoncé quoi. Le directeur ou superviseur est en vacances mais revient dès lundi, elle me conseille vivement de le rencontrer car il m’expliquera mieux qu’elle. Je m’assois par terre et photographie les pièges. Le magasin est selon moi plutôt propre, mais ancien, la vendeuse m’explique que l’intégralité du sol doit être changée depuis des lustres, elle me montre et me lit ses SMS rédigés depuis des semaines, adressés au directeur, au superviseur, pour intervenir pour les souris, les éclairages du congélateur, le sol, etc. Des messages laissés sans réponse, idem pour les appels téléphoniques. Quand des professionnels débarquent, ils déclarent que tout va bien dans le magasin. Pourtant, la porte d’entrée coulissante semble poser problème, car toutes les souris du quartier peuvent aller-venir à leur guise. L’appartement au-dessus du magasin est aussi, semble-t-il à l’origine des fuites d’eau qui impactent directement Franprix. La salariée est un peu triste pour sa collègue qui a quand même passé 2 heures en garde à vue pour ces histoires de vols journaliers dans la supérette où elle bossait depuis 7 ans, elle continue de lui envoyer des message (la personne virée, à présent fichée chez Franprix), et mon interlocutrice me dit qu’elle est la personne la plus honnête qui soit, et qu’elle encourage ses collègues et même sa grande sœur à faire de même. Ne rien sortir du magasin sans payer, sinon manger directement entre les murs. J’écoute et enregistre ses dires, ses confidences, elle se livre à moi comme à une vieille amie. Je n’aurai à présenter aucun titre, ni même sortir la lettre de la ddpp pour obtenir toutes ces informations, j’ai simplement annoncé en amorce que je faisais des enquêtes poétiques. Le signalement aura dans tous les cas permis au magasin « en chantier » de se doter d’un four à poulet rôti et d’actualiser la machine à jus, ce dont l’employée se réjouit.

mercredi 14 août 2019
Je reçois un deuxième mail de Nicolas Bardo et une lettre officielle qui stipule que la ddpp est bien passée évaluer Votre Marché, au 166 rue de Bagnolet, cela dit, leur décision demeure très obscure.

 

 

mercredi 21 août 2019
Je renvoie un mail à Nicolas Bardo, force est de constater que Votre Marché est ouvert normalement, et que les conditions d’hygiène sont toujours aussi spectaculairement indécentes.

Monsieur Bardo,

Je vous remercie pour votre mail du 14 août 2019, justifiant d’une intervention de la ddpp dans le magasin « Votre Marché », situé au 166 rue de Bagnolet et que j’avais signalé à plusieurs reprises depuis 2018. Votre courrier en pièce jointe reste toutefois très obscur quant aux mesures et décisions prises par la ddpp face à l’état scandaleux de cette supérette située à quelques mètres de chez moi.
Je constate – quoi qu’il en soit – que la boutique fonctionne normalement.

J’insiste sur les risques sanitaires encourus par tout un client ou touriste mal informé, et devant la nonchalance des épiciers qui tiennent cette échoppe de fortune, sans même connaître – semble-t-il – les règles d’hygiène à respecter quand on décide de tenir un commerce de proximité. Pour moi-même travailler dans la recherche autour de l’alimentation et la grande consommation, les symptomatiques et maladies associées à ce que nous mangeons en 2019 (lesquelles vont crescendo vers le désastre), je ne peux demeurer neutre en constatant que de tels traitements des produits – notamment frais et surgelés, mais même les produits « secs » sont impactés par les variations extrêmes de température opérées dans ce local inadapté – et les multiples répercussions qu’ils auront, dans la mesure où ils sont en vente libre et donc prêts à être consommés par un tiers client.

D’autre part, je suis passée, suite à votre avant-dernier mail, à Franprix, au 3 boulevard Davout, pour observer l’état d’hygiène de ce magasin (dont je n’avais jamais visité les locaux), et j’ai pu récolter le témoignage des personnels sur leurs problématiques passées et actuelles, ainsi que les réelles mesures prises pour y remédier ; j’ai trouvé l’équipe plutôt saine et de bonne volonté, le magasin – si assez vieux – relativement propre.

Si la ddpp décide de ne pas prendre en charge le dossier remémoré plus haut, je me verrai dans l’obligation de trouver d’autres structures éclairées pour réagir face à cette indigeste situation.
Bien cordialement,

Natacha Guiller

samedi 7 septembre 2019

Monsieur Barco, bonjour,

Afin d’alimenter mon dernier message de vigilance, vis-à -vis d’une supérette de quartier affranchie des conditions d’hygiène de la mise en vente de ses marchandises, je vous transmets quelques clichés représentatifs de l’ambiance et organisation des produits et effets personnels des responsables du commerce.

Je tiens d’autant plus à sonner les cloches du scandale sanitaire à l’heure de la reprise scolaire, et la gravitation de tous ces petits adolescents qui, au-delà d’achats illicites de produits alcoolisés ou autre, se fournissent en confiseries et biscuits de première nécessité, probablement par là même perturbent leur microbiote sans même se comporter en dehors de la réglementation parentale ou de la législation adaptée à leur stature mineure, mais bien par l’ingestion de produits avariés ou détériorés par des conditions climatiques extrêmes et inadaptées, une négligence de l’entretien et de la conservation de ces denrées, malgré leur pellicule protectrice aux normes tout à fait défiée par les gérants de “Votre Marché”.

Dans l’attente de votre relais de surveillance.

Bien cordialement,
Natacha Guiller

samedi 26 octobre 2019
Courrier publicitaire du magasin U express (Pyrénées/Orfila), qui m’est adressé en tant que cliente fidélisée de l’enseigne.


mardi 29 octobre 2019
(des formes de vie cloaques)

1 Sonde naso-gastrique
2  La teinte grise du texte marque une dérive plus marquée vers l’autobiographie gratuite
3  Direction Départementale de la Protection des Populations

 

 

 

Programme Du séminaire « Évaluation générale. Comprendre et désinvisibiliser les pratiques d’évaluation dans l’art et par l’art », novembre-décembre 2019

Séminaire ouvert au public

Master ArTec (également ouvert au Master 2 PCAI, Master 2 Création littéraire et Masters associés)

Nancy Murzilli

Séances du 5 novembre au 10 décembre 2019. Le séminaire sera clôturé par une journée d’études le 19 décembre au Centre Pompidou (journée reportée au 14 février 2020)

ARGUMENTAIRE

Ce séminaire/atelier de recherche-création s’inscrit dans le cadre du projet de recherche-création soutenu par l’EUR ArTeC « Évaluation générale. L’Agence de notation comme dispositif artistique » (https://evalge.hypotheses.org).

Sous l’effet du néolibéralisme et de la révolution numérique, les activités d’évaluation s’emballent, se généralisent deviennent frénétiques et paradoxales. Ce séminaire a pour but d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève la généralisation de l’évaluation. Son objectif n’est pas de faire simplement communiquer les produits de la recherche théorique et de la pratique artistique, mais de faire en sorte que leurs processus s’interpénètrent dans une pratique expérimentale qui les met en acte. Pour ce faire, seront analysés et mis en place des dispositifs artistiques et d’enquête appelés à intervenir en situations institutionnelles réelles afin de désinvisibiliser non seulement ce qu’est l’activité d’évaluation-notation mais aussi ses effets concrets immédiats.

Il s’agira, avec l’intervention de poètes et d’artistes  (Christophe Hanna, Franck Leibovici, Eva Barto, Antoine Dufeu et Natacha Guiller), de se munir d’outils d’évaluation alternatifs à ceux que nous offrent les modèles institutionnels et économiques dominants.

Des activités d’évaluation non orthodoxes seront proposées à toutes les étapes du séminaire.

Le séminaire se conclura par une journée d’études au Centre Pompidou intitulée « Évaluer l’art : commissions, subventionnements, mécénats », qui mettra en perspective les réflexions menées dans les ateliers, où artistes, chercheurs et acteurs du domaine s’interrogeront sur la façon dont sont évalués les œuvres et les projets artistiques dans le cadre des politiques de financement de l’art, sur la pertinence des méthodes de sélection, et sur les alternatives à une évaluation de l’art soumise aux logiques du marché.

PROGRAMME

Séance 1 – mardi 5 novembre, 14h-18h

« Agence de notation »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202, 14h-18h.

Intervenant : Christophe Hanna

Contenu : « Tous évalués ! », c’est à cette injonction, qui nous vise (presque) tous aujourd’hui, que se propose de répondre Agence de notation. Cette agence de notation alternative conçue par Christophe Hanna, se déploie dans le projet de recherche-création « Évaluation générale » dirigé par Nancy Murzilli. Son action consiste à investir des espaces protégés de l’évaluation où n’existe encore aucune forme d’expertise instituée, et de les soumettre à une évaluation d’un autre genre, de façon spectaculaire, sous la forme de performances en public, avec des évaluateurs libres de toute influence et jouant cartes sur table. Durant cet atelier introductif, seront explorées les relations entre écriture et institution à travers l’exemple de l’Agence de notation, dont Christophe Hanna racontera l’histoire. On réfléchira aussi en direct sur ce que peut signifier la notion d’écriture évaluative.

Christophe Hanna est enseignant de littérature et écrivain. Au sein du groupe informel « La Rédaction », il rédige des « rapports » informatifs en inventant des formes procédurielles. Il les publie dans diverses revues (Nioques, Musica falsa, Axolotl, Éc/arts…) ou sous la forme de livres (Valérie par Valérie, Al Dante, 2008 ; Les Berthier. Portraits statistiques, Questions Théoriques, 2012). Christophe Hanna dirige par ailleurs la collection de théorie littéraire « Forbidden Beach » aux éditions Questions théoriques.

Séance 2 – mardi 12 novembre, 14h-18h

« L’addition, s’il vous plaît? »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202, 14h-18h.

Intervenant : Antoine Dufeu

Contenu : Derrière une question aussi triviale, l’entité économique qui émet l’addition est légalement tenue de rendre des comptes, essentiellement un compte de résultat et un bilan. En s’intéressant aux grandes masses qui les déterminent, on se demandera comment il serait possible de les faire évoluer.

Ancien contrôleur de gestion et journaliste auto, Antoine Dufeu est poète, écrivain et dramaturge, professeur, éditeur et revuiste. Depuis 2009, il collabore régulièrement avec Valentina Traïanova sous l’entité Lubovda. Il a fondé la plateforme de recherche Lic en 2012. Il a fondé en 2015 et dirige avec Frank Smith la revue RIP. Il est membre du comité rédactionnel de la revue Multitudes depuis 2015. Il a co-fondé et co-dirigé IKKO (2002-2009) et la revue MIR (deux numéros en 2007 et en 2009). Il est responsable du pôle « écrit » et de l’édition de l’école de design Strate. Avec Fabien Vallos, il a co-dirigé les éditions Mix de 2015 à 2018.

Séance 3 – mardi 19 novembre, 14h-18h

« Art without property,(un)valued art? »

Rendez-vous : au DOC ! dans l’atelier d’Eva Barto (26/26bis rue du docteur Potain 75019 Paris), 14h-18h.

Intervenant : Eva Barto

Contenu : “(…) avoiding description, our character deals with ambivalences stemming from property issues, such as broad definitions of what owning could mean (a legal loophole mastery, a misleading language apparatus, an ambiguous philanthropist posture), on what authorship could reclaim (see plagiarism studies), on how power can leak and decrease (unmanaged time, undisplayed images, unexpected downturns) (…)”

Langue de l’intervention : français

Eva Barto remet en cause les enjeux qu’impliquent la propriété en déstabilisant le statut de l’auteur ainsi que l’économie de production et de diffusion des œuvres. Elle constitue des environnements ambigus, des contextes de négociations apparemment dénués de particularités dans lesquels il est difficile de saisir ce qu’il faut considérer ou laisser pour compte. Les objets qu’elle conçoit sont des emprunts au réel qu’elle copie ou modifie pour leur donner une valeur d’imposture. Le pouvoir revient ici aux parieurs, aux falsificateurs et aux coupables de plagiat. Son travail a fait l’objet de plusieurs expositions personnelles à l’IFAL (Mexico,2013), à La BF15 (Lyon,2014), à Primo Piano (Paris, 2015) et plus récemment à la galerie gb agency (Paris, 2016), au Centre d’Art de la Villa Arson (Nice 2016), au Kunstverein Freiburg (2019) et prochainement au Kunstverein Nuremberg, au LVH Pavillion (Berlin) ainsi qu’à la Galerie Max Mayer (Düsseldorf). Depuis 2018 elle mène une série de réflexions et actions sur le milieu de l’art en tant que monde du travail au sein du groupe La Buse ainsi qu’avec Estelle Nabeyrat sous le format de l’émission ForTune, diffusée par la radio Duuu*.

Séance 4 – mardi 26 novembre, 14h-18h

« « J’ai été sous-diagnostiquée ». Révision chronique des protocoles d’examen clinique »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202, 14h-18h.

Intervenant : Natacha Guiller

Contenu :  Il sera proposé aux participant-es de revisiter et de détourner des formes de récit et de notation, ainsi que des dispositifs d’évaluation procédant du monde de la santé, dans un souci de recyclage, de réappropriation et d’exploitation poétique, publique et immodérée de données personnelles et intimes, sur l’exemple de multiples formes de hacking exercées sur mon propre dossier patient.

Artiste, poète, performeuse, Natacha Guiller (SNG) explore le monde et l’existence à travers des dispositifs artistiques et de communication protéiformes, autobiographiques et parallèles qui génèrent la rencontre, la transmission et une création-témoignage arborescente basée sur le recyclage, la collecte d’archives, le détournement et la transformation des matériaux, l’hybridation d’univers a priori incompatibles ou paradoxaux et la culture du mélange des genres.

Séance 5 – mardi 3 décembre, 14h-18h

« un dessin pour mieux voir »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202, 14h-18h.

Intervenant : Franck Leibovici

Contenu : l’évaluation ne peut être réduite à un effet du néo-libéralisme, de la révolution digitale, ou du contrôle institutionnel. elle est une activité partagée, et routinisée dans nos activités quotidiennes. ainsi, face à une œuvre d’art, pour rendre compte et partager l’œuvre en question avec des amis, nous produisons bien souvent une évaluation en lieu et place d’une description littérale : “j’aime / je n’aime pas”, “cela m’intéresse, cela m’ennuie”. ces moments comptent alors parmi les propriétés de l’œuvre, et sont constitutifs de sa présence au monde, au même titre que ses dimensions, son medium, ou son année de création. rendre visible cette propriété, c’est alors non plus partir des intentions de l’artiste, ni du “projet artistique”, mais des usages réels des œuvres. mais comment la rendre visible ?

franck leibovici est poète et artiste. il a tenté de rendre compte des conflits dits «de basse intensité», sous la forme d’expositions, de performances et de publications, à l’aide de partitions graphiques et de systèmes de notation issus de la musique expérimentale, de la danse, de la linguistique – un mini-opéra pour non musiciens (mf, 2018). il a également publié des correspondances de spams et des discours de 70 heures (lettres de jérusalem, 2012 ; filibuster, jeu de paume, 2013). son travail sur les écologies de l’œuvre d’art a pu prendre la forme d’albums panini, de transcriptions de conversations ordinaires comme de dessins de visualisation – des récits ordinaires (les presses du réel / villa arson, 2014, avec grégory castéra et yaël kreplak) – ou d’installations – the training, an artwork for later and after, biennale de venise, 2017. depuis 2014, franck leibovici travaille avec julien seroussi, à un cycle d’expositions intitulé «law intensity conflicts» et de publications (bogoro, questions théoriques, 2016) autour de l’invention de la justice internationale contemporaine et du premier procès de la cour pénale internationale (cpi) de la haye.

Séance 6 – lundi 9 décembre 17h

« De la finance algorithmique aux circuits opaques de la finance offshore »

séance commune avec le séminaire ARTS & CRISE. L’ÉCONOMIE À L’ŒUVRE. Production, représentation et réception de l’économie dans les arts, PCAI, animé par Martial Poirson.

Rendez-vous : INHA, salle Walter Benjamin, à partir de 17h

Intervenants : Collectif RYBN, rencontre animée par Marie Lecher (Gaîté Lyrique)

Séance 7 – mardi 10 décembre, 14h-18h

« Rendu public des ateliers »

Rendez-vous : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202, 14h-18h

Séance consacrée au rendu public des ateliers au moyen d’une création personnelle ou de groupe  (performance, lecture, présentation d’une création plastique, d’une mini-exposition, etc) qui sera filmée et mise en ligne sur le site (https://evalge.hypotheses.org)

Journée d’études – jeudi 19 décembre, 13h30-19h

« Évaluer l’art : commissions, subventionnements, mécénats »

Rendez-vous : Centre Pompidou Petite salle (13h30-19h00)

Présentation : https://evalge.hypotheses.org/1546 

CONTACT – DEMANDE D’INFORMATIONS

Responsable  :  Nancy MURZILLI, Université Paris 8 : nancy.murzilli@univ-paris8.fr

 

Partie destinée aux étudiants

LES COMPÉTENCES À ATTEINDRE

– connaître et s’initier à des formes d’« écriture  sociale » exploratoires.

– Se sensibiliser à une logique de l’enquête et à une dimension « valuative » de l’art.

– analyser et construire un dispositif poétique/ artistique en étant attentif à ses effets pragmatiques.

– développer, par la pratique littéraire et artistique, une réflexion critique sur les pratiques d’évaluation institutionnalisées et proposer des techniques d’évaluation alternatives.

– Mobiliser des outils théoriques et esthétiques pour en faire des instruments d’action sociale.

MODALITÉS D’ÉVALUATION

Un espace de publication sera dédié à ce séminaire sur le site https://evalge.hypotheses.org/. Les étudiants y auront accès à de nombreux matériaux en ligne. La dernière séance sera consacrée à un rendu public des ateliers au moyen d’une création personnelle ou de groupe  (performance, lecture, présentation d’une création plastique, d’une mini-exposition, etc) qui sera filmée et mise en ligne sur le site. La journée d’études fera l’objet d’une évaluation de la part des étudiants sous forme de SWOT, ces SWOT seront publiés sur le site.

PROFIL ATTENDU

Etre intéressé par les enjeux de la création dans les pratiques littéraires et artistiques contemporaines et par les manières de rendre ces pratiques agentives au regard du tout évaluation.

INFORMATIONS PRATIQUES

Cet atelier a lieu au S1.

Détail volume horaire : 6 ateliers de 4h (5 novembre-10 décembre, le mardi de 14h à 18h), une rencontre de 3h à l’INHA avec le collectif RYBN (le 9/12 17h-20h), une journée d’études au Centre Pompidou le 19/12 (8h) : 35h. Présence bienvenue aux performances d’Agence de notation Festival Extra ! 11-15/09 Centre Pompidou.

Lieux de réalisation du MIP : Université Paris 8 Maison de la Recherche salle A2 202 (extension 2e étage), INHA, DOC !, Centre Pompidou.

Nb de places : 25 places pour les étudiants inscrits dans le master ArTeC. Ce MIP est également ouvert à tous les étudiants de M2 du Master de création littéraire et du Master PCAI.

Parcours ArTeC de rattachement : La Création comme activité de recherche

Type de MIP : Petit Format

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MATÉRIEL DE PRÉPARATION AUX SÉANCEs DE SÉMINAIRE

Il est recommandé de prendre connaissance du matériel mis à disposition sur cette page avant les séances de séminaire.

Séance 1 (mardi 5 novembre) : Christophe Hanna, « Agence de notation »

Le projet Evaluation générale. L’Agence de notation comme dispositif artistique

Captations de l’Agence de notation à Paris 8 et au Centre Pompidou:

https://evalge.hypotheses.org/1255

https://evalge.hypotheses.org/604

Séance 2 (mardi 12 novembre) : Antoine Dufeu « L’addition, s’il vous plaît? »

Documents Antoine Dufeu :

Intervention dans le cadre du Colloque art & langages, conférence Lecture similaire, ENSP Arles, Fondation Luma, Arles, 7-8 février 2018

Critique du livre de B.-S. Johson, Christie Malry règle ses comptes : https://d-fiction.fr/2011/02/inedit-exit-christie

Deux extraits de livres d’Antoine Dufeu (Abonder, Nous, 2010 & AGO, Le Quartanier, 2012)

Abonder début (cliquer sur ce lien, puis sur l’image du texte)

AGO début (cliquer sur ce lien puis sur l’image du texte)

Une version gratuite au format pdf du livre Blancs, d’Antoine Dufeu (Cneai, 2014) dont deux autres versions avaient à l’époque également été éditées

version 2014-3-1-B-B (cliquer sur ce lien puis sur l’image du texte)

Deux états financiers (Renault et Société Générale pour l’année 2018)

groupe-renault_rapport-dactivite_2018 (cliquer sur ce lien puis sur l’image du texte)

société générale etats_financiers_2018 (cliquer sur ce lien puis sur l’image du texte)

Bibliographie

Chapitres de la chute. Saga des Lehman Brothers, Stefano Massini, trad.. Pietro Pizzuti, L’Arche, 2013

– Christie Malry règle ses comptes, B.-S. Johnson, trad.. Françoise Marel, Quidam, 2004

L’Engrenage, Jérôme Kerviel, Flammarion, 2010

– La politique du merveilleux, Une autre histoire du Système de Law, Arnaud Orain, Fayard, 2018

Principes d’économie, Pierre-Noël Giraud, La découverte, 2016

Séance 4 (mardi 26 novembre) : Natacha Guiller, « « J’ai été sous-diagnostiquée ». Révision chronique des protocoles d’examen clinique »

Documents Natacha Guiller :

Fragments sonores
Je n’aurai pas le temps
Sonder le quotidien

Dispositifs
Tickets d’ ins[is]tance sur les chiottes (notes continues)
Page facebook des tickets
J’ai fait fermer U express
(enquête sanitaire)
Escales liées au dégoût (mémoire en arts plastiques)
Le Chef d’oeuvre de l’irrecevable (faux mémoire en arts plastiques)
Le SAS du sommeil (SMS – diagrammes de sommeil croisés)

Banque d’images

Pour aller plus loin :
https://archives-sng.blogspot.fr/
https://essen-g.blogspot.com/
https://natachaguiller.blogspot.fr/
https://www.instagram.com/lestempsuspendule/

Séance 5 (mardi 3 décembre) : Franck Leibovici, « un dessin pour mieux voir »

Ressources : https://villa-arson.xyz/des-recits-ordinaires/

https://villa-arson.xyz/des-recits-ordinaires/introduction (télécharger la préface)

Séance 6 (lundi 9 décembre) : Collectif RYBN, « De la finance algorithmique aux circuits opaques de la finance offshore  »

Ressources : http://rybn.org/

Sur les paradis fiscaux

http://www.espacemultimediagantner.cg90.net/exposition/the-great-offshore/

https://www.flickr.com/photos/krybn/sets/72157689495391644
Sur l’initiative Moneylab de l’Institute for network culture :

https://networkcultures.org/moneylab/events/

Evaluer l’art: commissions, subventionnements, mécénats, le 19 décembre au Centre Pompidou

Le temps où avait cours l’idée que c’est l’artiste qui fait l’art est bel et bien révolu. Du commissaire d’exposition au médiateur de musée, figures qui n’existaient pas il y a quarante ans, en passant par le conservateur de musée, le programmateur, l’expert, le critique d’art, le collectionneur ou les « agences de notation » de l’art (Artprice, Artnet), l’œuvre d’art n’est plus simplement le produit de l’artiste, mais celui d’une action collective impliquant des chaînes de valorisation et d’intermédiaires toujours plus étendues dans l’écosystème artistique. Le pouvoir de ces intermédiaires tient en grande partie au rôle qu’ils jouent dans les processus d’évaluation par lesquels œuvre ou artiste se voient attribuer une valeur, imposant ainsi une normativité qui peut être jugée étrangère ou aliénante relativement à l’acte créateur (Jeanpierre et Roueff 2014). Ces médiations sont le lieu de négociations et de rapports de forces entre intermédiaires, commanditaires, institutions et artistes, qui reformulent d’une certaine manière la question de l’autonomie de l’art, dans la mesure où l’évaluation d’une œuvre dépend non d’une logique interne au champ artistique mais de régimes de valeurs hétérogènes (Buch 2014).

Du fait même qu’elle se définit à partir d’un concept aussi vague que celui d’art l’institution artistique est fondamentalement soumise à une incertitude évaluative (Menger 2009) et à une contestation de ses valeurs. L’incertitude sur la valeur dans le monde de l’art est telle qu’on y trouve une exposition des conflits de valeur ou d’évaluation beaucoup plus nette qu’ailleurs. L’art contemporain, « de par sa logique propre consistant à expérimenter les limites, à transgresser les frontières, y compris et surtout à transgresser les frontières de sens commun entre art et non-art », constitue un vivier d’objets-frontières qui se situent « à l’intersection de domaines d’activité et de systèmes axiologiques hétérogènes – ce pourquoi de tels objets sont des observatoires privilégiés pour des conflits de registres de valeurs » (Heinich 2017).

Cette journée d’études partira de l’idée que l’évaluation artistique représente un échantillon de ce en quoi consiste le système évaluatif. Elle interrogera la façon dont l’évaluation de l’art introduit dans celui-ci des pratiques qui relèvent de régimes de valeurs distincts en cherchant à désinvisibiliser ce qui reste opaque dans ces pratiques, en vue de mieux comprendre ce qui se joue dans nos manières d’attribuer de la valeur. Selon une approche pragmatique et micrologique qui s’attachera à l’observation des pratiques effectives, artistes, chercheurs et acteurs du domaine s’interrogeront sur la façon dont sont évalués les œuvres et les projets artistiques dans le cadre des politiques de financement de l’art, sur la pertinence des méthodes de sélection, et sur les alternatives à une évaluation de l’art soumise aux logiques du marché.

Ce qui opposait l’avant-garde artistique à l’autonomisation de l’art en le projetant vers la vie et en tentant de lui donner les moyens de subvertir la valeur par l’introduction du non art dans l’art (Bürger, 2013) a-t-il encore une possibilité d’exister dans la culture globalisé qui est la nôtre ? Qu’en est-il du rapport de l’institution art avec des pratiques d’évaluation qui touchent aujourd’hui tous les domaines de la vie ? Dans quelle mesure les pratiques d’évaluations ayant cours dans le monde de l’art, qui en déterminent la valeur, la visibilité et les orientations, sont-elles spécifiques à ce domaine ? Y a-t-il une spécificité de l’art qui s’accompagnerait d’une spécifité de l’évaluation propre à l’art et en ferait un domaine où la valeur aurait un cours indépendant du reste des affaires du monde, contribuant à façonner sa valeur somptuaire et à le nimber d’une « nouvelle aura », ou bien au contraire cette valeur somptuaire de l’art est-elle gouvernée par des pratiques d’évaluation communément inspirées du modèle managérial qui domine nos sociétés néolibérale (Cometti 2016) ?  Si, comme le suggère Olivier Quintyn, une réinterrogation des valences du concept d’avant-garde permet d’esquisser « un modèle de critique ou d’analyse transinstitutionnelle où l’art sort délibérément de sa nature instituée pour devenir un laboratoire de formes de critique sociale réinstituante » (Quintyn 2015), l’art ne pourrait-il être ce lieu d’un questionnement de nos pratiques d’évaluation reconduisant vers la vie ?

Cette journée d’étude se propose d’explorer deux pistes distinctes dont on pourra se demander dans quelle mesure elles pourraient se rejoindre :

  1. L’exploration de la valeur dans l’art

Les régimes d’évaluation existent dans plusieurs mondes sociaux, mais le régime d’évaluation de l’art a ceci de particulier qu’étant beaucoup plus pluriel, incertain, conflictuel que d’autres, puisque la rationalisation de l’évaluation y est moins claire, il se prête mieux que d’autres à un travail de désinvisibilisation des pratiques d’évaluation. La sanction du marché par le prix n’y étant pas suffisante, pour produire une évaluation fiable, le recours à l’expertise, y est par exemple, plus qu’ailleurs nécessaire pour « juger, hiérarchiser, reconnaître, récompenser, promouvoir, subventionner, acquérir… » (Heinich 2017). Une analyse micrologique de contextes spécifiques comme ceux des plateformes de cotation du marché de l’art, des commissions d’attribution de subventions, de bourses, de prix ou de dotations privées impliquant fréquemment des acteurs issus de mondes sociaux différents, à travers une observation des opérations de négociation par lesquelles la valeur est attribuée à un artiste, une œuvre ou un projet artistique, permettrait une meilleure compréhension des actes d’évaluation et une clarification ponctuelle des tensions qui règnent dans les discours de valorisation de l’art souvent forgés de croyances institutionnelles implicites et antagonistes.

  • L’exploration de la valeur par l’art

On pourra également se demander si l’art lui-même, au moyen des dispositifs qui lui sont propres, ne peut, par la position même qu’il occupe dans le champ de la critique institutionnelle, se faire le spectacle de nos pratiques d’évaluation généralisées. Il y a dans la structure même du concept d’art contemporain et dans les institutions d’art contemporain un intérêt pour une forme de réflexivité ou pour l’autocritique, sans doute hérité de la critique institutionnelle, qui en font des lieux privilégiés pour la critique et l’analyse des régimes d’évaluation. Différents projets artistiques mettent aujourd’hui en question à divers degrés les régimes de valeurs, de valorisation et d’évaluation de l’art. Qu’il s’agisse de la critique du capitalisme artiste et de l’esthétisation du monde, à travers des entreprises-artistes proposant un art prestataire comme Ouest-Lumière de Yann Toma (www.ouestlumiere.fr), Ikhéa©Services de Jean-Baptiste Farkas, ou Ludovic Chemarin© (Poirson, in Multitudes 2014 ; Toma et al. 2012 ), d’une réflexion sur les écologies de l’œuvre d’art chez Franck Leibovici, d’une remise en question des flux de production, de diffusion et d’échange des œuvres d’art qui alimentent les systèmes d’accumulation du capital chez Eva Barto, de l’interrogation des mécanismes de légitimation de la valeur et des rapport entre l’art et l’éco-finance par Antoine Dufeu, ou encore des évaluations publiques du fonctionnement du Centre Pompidou d’Agence de notation par Christophe Hanna au Festival Extra !, on pourra s’interroger sur l’agentivité de ces formes de questionnement de nos pratiques d’évaluation.

Programme à venir

Le Festival Extra! Accueille Agence de notation Au Centre Pompidou du 11 au 15 septembre 2019

« Tous évalués ! », c’est à cette injonction, qui nous vise (presque) tous aujourd’hui, que se propose de répondre Agence de notation, invitée quotidienne d’Extra! Cette agence de notation alternative conçue par l’écrivain Christophe Hanna, se déploie dans le projet de recherche-création « Évaluation générale » dirigé par l’universitaire Nancy Murzilli. Son action consiste à investir des espaces protégés de l’évaluation où n’existe encore aucune forme d’expertise instituée, et de les soumettre à une évaluation d’un autre genre, de façon spectaculaire, sous la forme de performances en public, avec des évaluateurs libres de toute influence et jouant cartes sur table. Ici, au Centre Pompidou, entre autres : le bureau du Président, le vernissage VIP de l’exposition « Bacon en toutes lettres » ou encore l’idée de « littérature vivante », sous-titre du festival Extra! 

Les jurys d’Agence de notation sont constitués de volontaires. Pour participer à l’un de ces jurys, il suffit de contacter l’Agence à l’adresse suivante :evaluationgenerale@gmail.com 

Le projet de recherche-création Évaluation générale : l’Agence de Notation comme dispositif artistique (evalge.hypotheses.org), soutenu par l’EUR ArTeC, réunit un groupe d’une vingtaine d’artistes, éditeurs, théoriciens des arts, critiques littéraires, philosophes, sociologues, juristes, politologues et spécialistes en sciences de gestion, en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève l’emballement du phénomène de l’évaluation dans nos sociétés néolibérales hyperconnectées. 

AGENCE DE NOTATION

Mercredi 11 septembre à 16h15

Jeudi 12 septembre à 16h15

Vendredi 13 septembre à 16h

Samedi 14 septembre à 15h15

Dimanche 15 septembre à 15h30

Forum -1 – Centre Pompidou, Paris
Entrée libre


Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme d’Investissements d’avenir portant la référence ANR-17-EURE-0008. 

En partenariat avec l’EUR ArTeC et le Centre Pompidou

programme

Page facebook de l’événement

captations vidéo de la journée d’études #1 du 25 mars 2019

 

Christophe Hanna, L’Agence de notation comme dispositif artistique

 

Michel Feher, Tous notables ! De la recherche du profit à la quête du crédit

 

Valérie Pihet, Valuation Studies : état de l’art

 

Sabrina Alioui, Le rôle des agences de notation du point de vue des gestionnaires

Le fichier audio de cette conférence sera bientôt disponible en ligne.

 

Notes et propositions A partir de la Journée d’études #1 du 25 mars 2019

Natacha Guiller

Je souhaitais rassembler mes notes depuis la journée d’étude de l’Agence de Notation, mais tout cela reste un chaos que je peine à synthétiser. Déjà, tapuscrire…

Je commence par de la parenthèse (racontersavie), quelques évaluations vécues, à venir proches, comme des clins d’œil à ce qui potentiellement attendrait l’Agence :

Les 6-7 avril prochains, je vais faire des tests d’intelligence (rires), c’est une démarche tout à fait absurde, je le conçois, ces tests coûtent une fortune, je ne sais si ma mutuelle fera un geste. En parallèle, je m’entretiens avec divers et innombrables interlocuteurs de la Salpêtrière pour me faire diagnostiquer,  également très à la mode, mais je pense que je suis un brin autiste, mon cerveau s’agitant plus bizarrement que la moyenne, m’entraîne dans des conduites autodestructrices. Des résultats positifs ou l’inverse n’apporteront aucune solution, toutefois je disposerai de nouveaux mots-étiquettes pour des proches (lointains) porteurs de gènes dégénérationnels en commun. Tout ça pour dire que je m’enlise dans ces tests aussi/surtout pour nourrir ma curiosité personnelle et réutiliser ces protocoles ensuite, j’imagine ; je fais un test de QI, parce que je suis en mesure (semble-t-il) d’examiner l’analysant-e me diagnostiquant.

Convier l’Agence de Notation à ce genre d’évaluations, sinon très mystérieuses, aurait pu être amusant.

Idem pour la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), j’en bénéficie depuis quelques temps et j’ai reçu, par erreur de leur part, une épaisse liasse qui détaille les critères d’administration de cette invalidation (!). Je m’amuse à colorier le pourcentage de mon taux estimé de handicap (ils jaugent à partir d’un dossier papier), sur certaines parties de ma silhouette préalablement dessinée.

Tout autre univers, je viens de faire fermer (pour « travaux ») il y a quelques temp un U Express (très fréquenté, A-J. Chaton semblait y faire ses courses) après avoir évalué (via photographies amateures) l’état de leur étals (rayon bébé) par la DDPP. J’ai éprouvé un (rare) sentiment de pouvoir, en donnant l’alerte, immédiatement entendue, l’urgence d’application de la sentence… Je suis experte dans la traque aux périmés, la constatation d’insalubrité des lieux, mais cela ne m’a pas valu de reconnaissance remarquable pour l’instant, ou de potentielle carrière. La piste reste à creuser.

J’ai par ailleurs rédigé plusieurs lettres ouvertes à Monoprix, pour témoigner de l’applicabilité de leurs coupons réductions en caisses des magasins et de chéquiers maladressés. J’espère les lire dans les queues des caisses, justement.

J’ai aussi pas mal de contacts du réseau AP-HP, je connais un bon pourcentage des services hospitaliers parisiens en tant qu’usagère, et du secteur privé, aussi à Nantes et à la Roche sur Yon, si l’Agence veut prendre un peu l’air.

Vous l’aurez peut-être compris, mon dossier médical est en ligne, en open data, enfin, un fragment de la partie dont je dispose (ainsi que quelques pièces auto-hackées, son volume total est juste anti-écologique), je suis probable fichée dans le réseau, mais je peux peut-être servir d’entremetteuse pour l’Agence.

Je suis malgré tout un poil « universitaire » également, en octobre dernier, je passais une soutenance (après le mémoire fake et soutenance canular de l’année précédente) en arts sur le thème du dégoût. Contexte invraisemblable au centre Saint-Charles (École des Arts de la Sorbonne, « lol ») où le jury n’est autre que nos propres profs. Ces diplômes-emblème sont une belle supercherie, et le dossier a fini sur Dumas. J’ai aussi assisté mes profs en écoles d’arts appliqués quand ils constituaient les promotions suivantes, du grand n’importe quoi, la méthode.

Dernièrement, sur les scènes slam, pendant des sélections pour représenter la France, une jury était assise sur ma chaise. Je le lui ai dit, ce qui a de toute évidence orienté mes notes. Après coup, on m’a dit que la sélection était naturellement truquée d’avance, mais que ma prestation était très cool. Le volume d’applaudissement fait partie des critères, le timing, l’ancienneté aussi, à mon avis, bref, des protocoles inspirants.

Qu’est-ce qu’on fait au juste quand on note ?[1]

Des trucs qu’on pourrait penser noter :

  • Peut-on imaginer évaluer des objets désuets, disparus, des personnes mortes, ou qui viennent juste de mourir, des choses/individus en péril ?
  • Peut-on imaginer évaluer des projets fictifs, en cours de création, ou pas encore concrétisés ?

Quel-s bénéfice-s pour les instituions qui accueillent l’Agence de Notation ?

  • Faire valoir le 1% artistique ? Une approche de leur structure sous l’angle du monde de l’art, soit une ouverture du réseau sur ce champ, et de la visibilité. Une valorisation, en étant associé à la poésie, la sensibilité au beau.

Sinon, sur l’évaluation, j’ai pensé à Acide sulfurique, d’Amélie Nothomb (résumé wikipédia) :

« Le cadre de ce roman d’anticipation est un camp de concentration qui sert de décor à une émission de télé-réalité. On y filme des prisonniers, choisis au hasard parmi la population et enlevés par rafles. Les médias s’offusquent de l’horreur de l’émission, ce qui incite de plus en plus de gens à la regarder. “Concentration” arrive au paroxysme du scandale quand les producteurs décident d’accorder le choix des prisonniers tués au public. Les téléspectateurs votent en masse, de plus en plus de personnes regardent l’émission. »

 

Ensuite, beaucoup d’idées de lieux ont jailli, je ne sais toutefois pas distinguer vraiment ce qui relève du domaine public ou privé pour ces différentes institutions, donc je vais trier d’une manière tout à fait subjective, car en fait, selon ce qu’on évalue, les institutions changent de rubrique.

PISTES DE TERRAINS D’INTERVENTION

CULTURE

  • Critères de sélection à des coupes de slam
  • Critères de refus des maisons d’édition
  • Sélection du Prix Poésie RATP
  • Les lieux des expositions du Musée de l’Invisible : http://lemuseedelinvisible.org/language/fr/
  • Le Musée de cire
  • L’absence de trace/signature des œuvres de Tino Sehgal
  • L’école d’écriture Les Mots, Paris 5e: https://lesmots.co/
  • La Morgue (visite)
  • Les Catacombes (évaluation pendant la visite guidée)
  • Musée des Égouts de Paris
  • Le Pavillon de l’Eau
  • Le Muséum d’Histoire Naturelle et ses animaux empaillés
  • La Maison Deyrolle : https://www.deyrolle.com/
  • Le Jardin des Plantes
  • La salle d’attente de Fernand Laredo, rhumatologue (le mien) et collectionneur d’art

SANTE

  • Les algues vertes
  • Critères de la MDPH (reconnaissance de qualité de travailleur handicapé) : https://www.paris.fr/mdph
  • Statut du pair-aidant au sein d’une unité hospitalière
  • Le service téléphonique de prise de RDV/orientation, à Rothschild/La Salpêtrière, etc.
  • Le service de blanchisserie de la Clinique du Château de Garches
  • La surface de rédaction (A5) dans le cadre des Directives Anticipées (j’en ai un exemple personnel)
  • La durée d’éclairage automatique dans les toilettes d’une institution
  • Critères et méthode d’évaluation du test de QI,
  • Critères et méthodes d’évaluation du spectre autistique
  • Centre du Sommeil et de la Vigilance, Paris : http://www.sommeil-vigilance.fr/
  • Tests neuropsychologiques (mémoire, dépistage Alzheimer)
  • Questionnaires de satisfaction post-hospitalisation (j’en ai de nombreux exemples)
  • Fiabilité et coût des tests d’intolérances alimentaires du laboratoire Zamaria :

https://www.biogroup-lcd.fr/laboratoire-paris/laboratoire-zamaria

  • Services de soin pratiquant la transplantation microbiotique (clandestinement ou non)

EDUCATION

  • Modalités d’admission en écoles d’arts appliqués publiques, sur dossier
  • Les cours municipaux d’adultes : https://cma.paris.fr/
  • La validation (valeur) des diplôme à l’École des Arts de la Sorbonne
  • L’Arche, centre de formation d’hypnose, cours en accès libre :

http://www.arche-hypnose.com/recherche-et-developpement-hypnologie/

CITOYENNETE

  • Les cimetières pour animaux, à l’heure de l’extinction accélérée des espèces
  • L’Initiation aux gestes qui sauvent, post-attentats :

https://www.paris.fr/actualites/apprenez-les-gestes-qui-sauvent-avec-les-pompiers-de-paris-3266

  • Le service de contrôle de l’insalubrité, la DDPP :

http://www.leparisien.fr/espace-premium/essonne-91/un-restaurant-ferme-pour-insalubrite-01-09-2012-2145344.php

VIRTUEL

  • Eurêkoi, l’application, qui répond à toutes vos questions gratuitement en moins de 72 heures : https://www.eurekoi.org/
  • Évaluation de l’application/reconnaissance de chansons, en les chantant : https://www.midomi.com/
  • La mise en page du site web de la Maison des Artistes Paris
  • La mise en page du site web du Centre Geroges Pompidou
  • La navigation sur le darknet
  • Le principe de dossier médical partagé (DMP) : https://www.dmp.fr/
  • Grippe.net, l’évaluation en ligne de nos symptômes grippaux : https://www.grippenet.fr/
  • Les Sims, jeu de gestion PC

PRODUITS

  • Évaluation d’une œuvre ou d’un artiste étiqueté-e comme dépendant de l’Art Brut
  • Les coupons/programmes fidélité envoyés par la poste par l’enseigne Monoprix
  • Les sextoys
  • Les emballages des produits en magasin bio
  • La composition des collants pour femmes
  • L’Ami Louis, le restaurant le plus cher de Paris

[1]    Christophe Hanna

 

Compte-rendu (textes, photos et dessins) de la journée d’etudes du 25 mars 2019

Compte rendu établi par Nancy Murzilli, Valérie Pihet et Bérengère Voisin

avec les notes manuscrites de Natacha Guiller et les vidéos d’Amélie Ferrand et de Serena Cello

La journée d’études du 25 mars 2019 « Evaluation générale. L’Agence de notation #1 », ouverte au public, a réuni les participants autour du projet Évaluation générale, de 9h30 à 18h à l’Université Paris VIII.

Cette journée a été l’occasion d’une première réunion collective pour le lancement des travaux autour du projet “Evaluation générale. L’Agence de notation comme dispositif artistique” soutenu par l’EUR ArTeC, dans le cadre de l’appel à projet 2019, et réalisé en partenariat avec l’EA Litt Hist(s) Esth (U. Paris 8), EA Scènes du monde (U. Paris 8), UMR CRESPPA (Centre de recherches sociologiques et politiques CNRS – U. Paris 8 – U. Paris 10), Centre Pompidou, le Centquatre Paris, Éditions Questions théoriques et l’ARGEC (U. de Gênes).

Les collaborateurs du projet en présence étaient : Sabrina Alioui, Anne-Laure Blusseau, Elisa Bricco, Serena Cello, Natacha Guiller, Amélie Ferrrand, Christophe Hanna, Franck Leibovici, Isabelle Mayaud, Nancy Murzilli, Magali Nachtergael, Valérie Pihet, Olivier Quintyn, Bérengère Voisin, Joëlle Zask.

Les invités : Yves Citton, Michel Feher.

Les participants : étudiants du DIU ArTeC, doctorants d’ArTeC, artistes et chercheurs indépendants.

Nombre de personnes : 35.

Cette première réunion collective avait pour but de présenter les enjeux d’une généralisation de l’évaluation et de mettre en place des modalités de recherche et d’actions pour mener à bien le projet de recherche-création « Evaluation générale. L’Agence de Notation comme dispositif artistique » en fonction des compétences et des intérêts de chacun des collaborateurs.

 

Matinée

Nancy Murzilli et Christophe Hanna, présentation du projet et de l’Agence de Notation

Nancy Murzilli souligne que cette journée lance aussi les travaux autour du projet “Evaluation générale. L’Agence de notation comme dispositif artistique” soutenu par l’EUR ArTeC, dans le cadre de l’appel à projet 2019, et réalisé en partenariat avec l’EA Litt Hist(s) Esth (U. Paris 8), EA Scènes du monde (U. Paris 8), UMR CRESPPA (Centre de recherches sociologiques et politiques CNRS – U. Paris 8 – U. Paris 10), Centre Pompidou, le Centquatre Paris, Éditions Questions théoriques et l’ARGEC (U. de Gênes).

Elle remercie les personnes qui ont contribué à l’organisation de cette journée et annonce le programme de la journée qui se déroulera en deux temps :

– Le matin nous nous interrogerons sur la fonction des agences de notations dans les mutations actuelles de la société et sur ce que nous disent de la valeur, de la valuation et de l’évaluation les études sur l’évaluation.

– l’après-midi sera consacré à un atelier de travail où nous commencerons par essayer de construire une boîte à outils sur la question de la généralisation de l’évaluation. Les collaborateurs qui le souhaitent pourront, à partir de la lecture quelques textes, émettre des propositions en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulèvent à la fois l’aporie de la valeur et la frénésie de l’évaluation.

La fin de la journée sera dédiée à la recherche de terrains d’action et à des réflexions sur les dispositifs à mettre en oeuvre pour notre recherche-création.

– Le projet :

Après avoir évoqué la genèse du projet, elle précise que ce projet, en tant qu’il s’inscrit dans le programme de l’EUR ArTeC, répond à deux de ses versants :

– Le premier est celui de “la formation par la recherche”, où les étudiants sont invités à participer à des projets de recherche en cours. C’est pourquoi une partie de ce projet se développera dans un module du Master d’ArTeC à la rentrée 2019.

– Le second est celui de “la recherche-création”, qui nous intéresse plus directement aujourd’hui. La question de la recherche-création est une de celle qui doit nous préoccuper aujourd’hui notamment, car c’est l’un des défis sur lesquels repose ce projet : comment mener des recherches non pas “avec” l’art, mais “par” l’art ? Nos cadres et nos protocoles habituels de recherche, tant artistiques que scientifiques, en seront nécessairement ébranlés. C’est justement ce que nous souhaitons, mais tout est encore à inventer. Qu’est-ce vraiment que la recherche-création ? Quels en sont les enjeux? 

Le projet « Évaluation générale: l’agence de notation comme dispositif artistique » mise sur l’association d’artistes et de chercheurs dans le but d’enquêter et de fabriquer des outils alternatifs pour répondre à nos besoins sociaux d’évaluation. Il se donne pour objectif d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève l’accroissement sensible du marché de l’évaluation, et de contribuer ainsi à la réflexion sur des formes de socialités alternatives à celles dont le format est imposé aujourd’hui par l’institutionnalisation de chaînes d’interaction normées à l’échelle mondiale. Cela suppose un renversement de perspective qui replace le travail artistique et le pluralisme du travail scientifique, avec leurs acteurs spécifiques, dans des chaînes d’action et des réseaux de pratiques sociales qui se trouvent aujourd’hui accaparées par les seules disciplines économiques, gestionnaires et managériales.

Comme le remarquent Isabelle Bruno et Emmanuel Didier, “L’évaluation est tellement systématique aujourd’hui qu’elle tend à se confondre avec l’action elle-même”. L’instrumentation de l’Etat néolibéral consiste en une évaluation quantitative et comparative permanente de l’activité des agents, mis en compétition par une technologie que l’on peut appeler le benchmarking. Le constat d’un accroissement et d’une extension dangereux de l’évaluation à tous les domaines de la vie se retrouve chez de nombreux auteurs, entre autres, Michel Feher, Brian Massumi, Yves Citton et Anne Querrien, Danilo Martucelli, selon qui, les activités d’évaluation se répandent aujourd’hui « en métastase sur nos organisations et dans l’ordinaire de nos vies ». Cela touche aussi bien le travail des salariés que les entreprises, les institutions, la recherche, les compétences, les risques professionnels, clients, sanitaires, environnementaux. Or l’évaluation ne se contente pas d’appliquer des valeurs, elle participe activement à la formation de ces valeurs. Elle représente à la fois «ce à quoi nous tenons» et «ce qui nous tient», selon les mots de Bruno Latour. D’où un effet de tension interne, qui se renforce en temps de crise économique, politique, environnementale. Les pratiques d’évaluation relèvent d’un processus de rationalisation de nos sociétés, dans lequel les savoirs universitaires jouent souvent un rôle prépondérant. Depuis quelques décennies, elles se systématisent, se professionnalisent et tendent à se soumettre aux logiques instrumentalistes du néo-management, appliquées indifféremment aux entreprises, aux services d’État, aux universités, aux institutions culturelles, aux associations, etc. Les pratiques mises en place au nom de l’évaluation, sous l’hégémonie d’une conception néolibérale et écocidaire de la production sociale, (re)configurent activement et profondément les structures et les formes de nos médiations humaines. Ce sont tous nos rapports à nos milieux (naturels, sociaux, techniques, communicationnels) qui s’y trouvent redéfinis et réagencés.

Pour que l’évaluation puisse être envisagée comme constructive, et non seulement agitée comme une sanction ex post, il faudrait la resituer dans sa dimension expérientielle, que les pratiques artistiques peuvent souvent aborder plus finement que les disciplines scientifiques prévalant à l’université. Il importe de tenir compte de tout ce qui la constitue d’un point de vue pragmatique, sans en réduire la teneur aux moments institués. C’est ce que se proposent de faire les artistes et chercheurs associés à ce projet en confrontant leurs outils, leurs méthodes et leurs formes d’expression autour d’un enjeu commun, en inventant des dispositifs, des exercices, des technologies intellectuelles permettant une expérimentation réelle de certains problèmes publics qui jusqu’alors étaient sans formulation ni représentation. L’association d’artistes et de chercheurs vise à fabriquer des outils pour inventer des formes alternatives d’évaluation. Les pratiques d’évaluation se soumettent à des normes qui reconfigurent les rapports sociétaux. Il s’agit d’inventer des dispositifs permettant un réel investissement réflexif de problèmes publics.

Nancy Murzilli annonce l’ouverture d’un carnet de recherche (https://evalge.hypotheses.org) et les futurs événements actuellement programmés :

15 avril 2019, Intervention de l’Agence de notation lors de l’évaluation des projets de thèse des étudiants du DIU d’ArTeC, de 14h à 18h à l’Université Paris 8, salle G1 : L’Agence de notation notera le dispositif d’évaluation. Objectif : voir comment le dispositif de notation intervient sur la note et ce qu’on note vraiment. L’agence de Notation pose des questions de transparence.

– 13 mai 2019 : deuxième rencontre autour du projet “Evaluation générale”, dont le programme sera élaboré à l’issue de cette première journée.

11-15 septembre 2019, Festival Extra ! La littérature hors du livre au Centre Pompidou : L’Agence de notation évaluera ce qui n’est habituellement pas évalué au Centre Pompidou, comme par exemple : le bureau du président, la preview du vernissage d’une importante exposition, etc.)

– Mi-novembre : Une journée d’études viendra clôturer la première édition de ce projet.

 

Christophe Hanna a ensuite présenté le protocole et les enjeux d’une Agence de Notation comme dispositif artistique.

“Agence de Notation” désigne un dispositif de performances destiné à évaluer de façon spectaculaire et critique ce qui dans la réalité sociale ne s’évalue pas (encore). L’action de l’Agence de Notation s’inscrit dans le domaine de la poésie spectacle ou poésie performée. Le spectacle est ici utilisé comme une dynamique et pas seulement comme divertissement, il n’a rien de parodique. Il s’agit d’une Agence d’évaluation alternative de choses qu’on ne note jamais, dans des domaines pour lesquels il n’existe pas d’expertise instituée (le bureau du président du Centre Pompidou, une preview du vernissage d’une importante exposition, le dispositif de notation de projets d’étudiants, etc.).

D’où vient la compulsion à l’évaluation ?

Trois indices pour dénoncer le fonctionnement des évaluations :

  • La prédictibilité : les agences de notation ont-elles capables de prévoir ce qui va advenir?
  • L’impact sur la réalité des performances : les notations peuvent conduire au découragement, à l’impossibilité de se relever d’une situation de crise (pays endettés)
  • L’opacité de leurs actions. En découle-t-il des préconisations ? Problème de la transparence.

Qu’est-ce qu’on fait exactement quand on note ?

Les agences de notations sont souvent perçues comme des boîtes noires. La note fonctionne comme une image, tandis que les appréciations ne permettent pas de calculs.

L’évaluation repose très souvent sur des concepts flous, qui ne sont compréhensibles que par ostentation : autorité, élégance, qualité littéraire, charisme, solidité, etc. Tous les critères désignent des valeurs (floues) qui ne sont compréhensibles que dans le spectacle de leur apparence.

Une critique de l’évaluation permet de pointer les frontières de la notation, d’observer la démocratie à travers sa tambouille.

Finalité de l’Agence de Notation comme dispositif artistique :

– produire des dispositifs alternatifs à partir de poésie spectacle;

– noter des choses qu’on ne note jamais et de façon différente.

L’Agence de Notation se propose de produire un jury acceptable selon des critères ordinaires (parité, respect des diversités). Il sera constitué de personnes n’appartenant à aucun groupe d’expertise en rapport évident avec le sujet à noter. Les membres ne s’exprimeront qu’en leur nom. Ce jury observera en contexte ce qui lui sera proposé de noter. Ensuite, le jury se réunira en public et procédera à une notation. Il s’agira de faire saillir des prises de positions spontanées, des critères larvés, des blocages parfois dus à la structure même de l’Agence et à la façon dont le discours y circule. L’animateur questionnera chaque membre et élaborera avec lui (ce sera la partie la plus poétique de la performance) une appréciation personnelle qui sera bien sûr communiquée au principaux intéressés avec la note.

 

Puis, les trois intervenants suivants se sont interrogés sur la fonction des agences de notations dans les mutations actuelles de la société et sur ce que nous disent de la valeur, de la valuation et de l’évaluation les études sur l’évaluation.

Michel Feher, “Tous notables ! De la recherche du profit à la quête du crédit”

Discutant Yves Citton

Michel Feher a présenté la thèse, exposée dans son ouvrage Le temps des investis. Essai sur la nouvelle question sociale  (La Découverte, 2017), selon laquelle notre société est passée d’un capitalisme du profit (capitalisme néolibéralisé) a un capitalisme du crédit (capitalisme financiarisé).

L’évaluation des titres sur les marchés financiers n’est pas fonction de la « valeur » intrinsèque, mais est un indicateur de « popularité » par les autres investisseurs. On spécule sur l’avis des autres investisseurs. De ce fait, le revenu du titre importe peu. C’est la valeur du titre qui compte pas sa capacité à produire du revenu. Les marchés financiers sont des dispensateurs de notes. Il s’agit de générer des notes dont les paramètres d’évaluation changent simultanément et sans cesse. Le fait que le prix d’un titre augmente est le signe que c’est un bon projet. Le prix est donc lié aux rumeurs (boom et bust, yo-yo du marché). L’évaluation des titres sur les marchés financiers n’est pas fonction du futur que l’on anticipe, on n’investit pas pour le revenu futur d’une entreprise, mais pour l’opinion des investisseurs sur le titre. Ex du concours de beauté : il faut penser à celle que les autres électeurs penseront être la plus belle et pas ce que l’on en pense personnellement. La valeur du titre n’est pas fonction de négociations qui amènent à un prix d’équilibre mais de notes qui sont fonctions de spéculations qui changent tout le temps. Spéculation : le futur proche ne cesse de préempter le futur lointain.

Une entreprise capitaliste doit lever des fonds pour produire des marchandises et les vendre avec profit. Dans le capitalisme financiarisé on décide de ce que l’on va vendre pour lever des fonds. Le processus est inversé. Les entreprises rachètent leurs actions sur le marché secondaire pour faire monter les prix, car moins  il y a d’actions et plus elles sont chères. Ce qui compte n’est pas la valorisation du revenu mais l’augmentation du capital. Cela inverse le sens du capitalisme lui même.

Les Etats en empruntant se mettent aussi à la merci des marchés. Pour les états, même basculement : on passe à une primauté du crédit pour les Etats comme pour les entreprises. Les Etats se préoccupent essentiellement de la valeur de leur titre sur les marchés.

En effet, l’Etat va aider les entreprises à attirer les investisseurs. Or si c’est la logique à appliquer l’Etat perd beaucoup de revenus fiscaux et donc emprunte. Mais dès lors qu’on emprunte, on devient à la merci des marchés financiers. Ni l’entreprise, ni l’Etat ne pourront offrir ce qu’ils offraient avant, ce qui veut dire que les salariés ne pourront plus miser sur leur salaire et/ou retraite, mais qu’ils vont devoir investir sur leur capital personnel : développement du crédit privé, l’emprunt sera gagé sur la valeur du diplôme, l’emprunt sera gagé sur la valeur de la maison que l’on veut acheter, sur une réputation de fiabilité. Pour les individus, l’essentiel pour prospérer ou survivre c’est la valeur de leurs actifs. Les gens vont eux aussi de plus en plus miser sur la valeur de leurs actifs : compétences sur le marché du travail, développement du crédit privé. Au niveau du marché du travail, « l’uberisation » fait que les salariés sont totalement dépendants de leur réputation (capital réputationnel) et ceci va entrer en résonance avec les réseaux sociaux. La poursuite du crédit sur les réseaux sociaux les rend omnipotents. Les plateformes permettent de partager et de prendre part à certains groupes, certains réseaux qui vont vous valoriser, qui vont valoriser votre crédit. Et c’est la frontière entre le non économique et l’économique qui disparaît.

Comment résister au capitalisme financiarisé ?

Deux critiques du néo-libéralisme :

  • le néolibéralisme aurait corrodé toutes les solidarités : atomisation du monde qui ferait que le monde produit de l’individualisme et plus de solidarité sociale,
  • le néolibéralisme serait l’économisation du monde, une invasion de l’économique sur le non économique. Ce qui est désintéressé et sans prix n’existerait plus

Mais ces deux critiques ne s’appliquent pas au capitalisme financiarisé :

  • Si la poursuite du crédit est l’aboutissement, rappelons-nous que tout crédit moral ou financier est toujours offert par d’autres. L’idée d’isolement est en fait illusoire, mais cela signifie qu’il faut repenser aux formes de solidarité. Il faut que les solidarités se jouent dans ces accréditations ou discréditations. Accréditation et discrédit : jeux d’évaluation permanent.
  • Savoir si telle chose a une valeur économique ou non n’est plus tellement la question. On assiste plutôt à la fin de la pertinence de l’opposition entre l’économique et le non économique, de l’opposition entre la vie consacrée à l’intérêt et une autre part sans intérêt. On assiste à des rapports étranges entre le social et l’économique qui s’opposent à ceux du monde libéral victorien du XIXe s.

Ces deux différences peuvent ouvrir à des propositions riches du point de vue de la résistance au capitalisme financiarisé, à de nouvelles formes de solidarités. L’objectif est alors de peser sur l’allocation du crédit : Agences de notation alternatives se fondant sur des critères environnementaux ou sociaux qui vont jouer sur les nerfs des entrepreneurs = militantisme d’investis. Ex. #Metoo. Discréditer des conduites et réacréditer des vies menacées = mouvements spéculatifs.

Valérie Pihet, “Valuations Studies : état de l’art”

Discutant Olivier Quintyn

Valérie Pihet explique à quel point il est difficile d’établir un état de l’art exhaustif de la littérature touchant aux questions d’évaluation tant elle porte sur des objets et des sujets extrêmement variés. L’évaluation est par ailleurs un sujet étudié de multiples façons et abordé dans de nombreuses disciplines : sociologie, STS, management, anthropologie, histoire, économie, philosophie, études comptables, géographie, études littéraires etc.  Michèle Lamont a repéré huit différents types de littérature rien qu’en sociologie (sociologie culturelle, économique, des sciences, des organisations, des inégalités, des institutions, des politiques publiques, psychologie sociale).

Il n’existe pas moins d’une vingtaine de revues de langue anglaise comprenant le terme “evaluation” (American Journal of Evaluation, Research Evaluation, Evaluation and Program Planning, New directions for Evaluation, etc), et certainement le triple si on considère également les termes d’assessement, accounting, accountability, measurement et si on inclut les revues de statistiques. Une grande partie de ces revues sont apparues à partir des années 1970/80 et existent encore pour la plupart aujourd’hui. Ce sont principalement des revues professionnelles, le plus souvent centrées sur un domaine particulier: éducation, emploi, entreprises, programmes, santé, etc.

 

Ce n’est qu’à partir des années 2000, et surtout 2010, que nous voyons apparâitre l’usage de l’expression “evaluation studies” (ou “valuation studies”), avec une volonté de tenter de définir un champ propre d’études autour des questions d’évaluation qui soit résolument transdisciplinaire.  Bien qu’il y ait quelque chose d’absurde à vouloir qualifier un champ d’étude de l’évaluation tant elle est partout et qu’elle rencontre à peu près le champ entier des SHS, les principaux acteurs de ce tournant expriment néanmoins la nécéssité, voire l’urgence, de trouver des moyens de prendre en considération le “problème” de l’évaluation généralisée, notamment pas la mise en oeuvre d’un dialogue systématique entre les différents champs de recherche cités plus haut qui restent très cloisonnés.  Pour Cefai, Endress, Nicolae et Zimmermann, il semble plus intéressant de considérer les “evaluation studies” comme un focus de perspective transversal à toutes les sciences sociales à partir du moment où elles s’intéressent aux manières qu’ont les acteurs d’attribuer une signification à ce qu’ils font et aux transactions qu’ils opèrent avec les choses et les gens (la manière dont ils définissent, catégorisent, meusrent, comparent, valuent et évaluent les situations), plutôt que comme une sous-discipline de la sociologie.

Cet intérêt croissant pour l’étude de toutes les formes de valuation et d’évaluation n’est pas dénué d’un intérêt politique marqué, et souvent affiché, comme en témoignent, par exemple, le numéro spécial de Vacarmes, “Pour en finir avec l’évaluation” (2008) ou l’ouvrage collectif publié par Barbara Cassin et un collectif de chercheurs, “Derrière les grilles. Sortons du tout-évaluation” (2015). Michèle Lamont évoque également l’importance de penser des types d’institutions et des répertoires culturels capables de soutenir l’hétérarchie. Un autre courant, représenté notamment par Emmanuel Didier et Isabelle Bruno dans leur ouvrage collectif “Statactivisme”, nous engage à plutôt combattre les chiffres par les chiffres. Ils s’inscrivent dans la ligne, d’une part,  d’un nombre important de recherches menées en sociologie économique ces dernières années qui renouvellent l’étude et l’analyse de l’expérience économique à travers un prisme moral (Vatin); d’autre part, d’études quantitatives qui adoptent une approche réflexive sur ses propres opérations (Desrosières). Ces travaux ont permis aux chercheurs de se sensibiliser aux questions de mesure du social et de la construction sociale des chiffres.

Valérie Pihet choisit de concentrer son attention sur la revue Valuation Studies. Fondée en 2013 par deux chercheurs en sociologie économique et STS, Fabien Muniesa (Centre de Sociologie de l’Innovation, Ecole des Mines) et Claes-Fredrik Helgesson (Linköping University, Suède).

Pour le premier papier de la revue, ses deux initiatieurs ont demandé à un groupe de chercheurs, les 16 membres du comité scientifique et éditorial de la revue, quelles étaient pour eux les raisons de s’intéresser à l’évaluation. La raison la plus fréquemment énoncée est celle de la pertinente et de l’importance de traiter la question de l’évaluation de manière empirique devant les nombreux changements observés dans nos manières de produire et transformer valeur et valeurs, ainsi que les nombreuses controverses récentes sur les pratiques d’évaluation (éducation, recherche, économie etc). Ces chercheurs partagent également le constat d’un challenge théorique, les approches théoriques dominantes de la valeur étant hautement problématiques, tant en économie, qu’en sociologie et en marketing. Ils identifient trois défis: porter davantage attention aux dynamiques processuelles des évaluations, en opposition à une conception statique qui considère principalement la mise en oeuvre de valeurs données (Diane-Laure Arjalies); prendre en compte le caractère collectif, non linéaire et multidimensionnel des processus d’évaluation, plutôt que de se concentrer sur la traduction des systèmes de valeur dans un système métrique commun (Susi Geiger); travailler à une meilleure articulation entre l’analyse des valeurs morales et de la valeur économique (François Vatin). Michèle Lamont et Stefan Beljean insistent sur l’importance du développement d’une recherche théorique de l’évaluation afin de dépasser l’accumulation de cas et de fournir une représentation plus complète des processus d’évaluation. Enfin, ils voient dans l’étude de l’évaluation une opportunité pour de nouvelles approches méthodologiques et conceptuelles (rapprochements entre différents courant de pensées et différents objets d’études), mais surtout pour l’élaboration de perspectives théoriques et méthodologiques soutenant l’évaluation de projets qui aillent au-delà de l’application des outils économiques traditionnels.

Cette revue a pour objectif le débat et le dialogue sur l’activité d’évaluation comme pratique sociale, mais également d’explorer ces activités de manière empirique, théorique et méthodologique. L’évaluation désigne ici toute pratique sociale dans laquelle la valeur de quelque chose est établie, évaluée, négociée, provoquée, maintenue, construite et/ou contestée. L’intention de la revue est donc de s’intéresser aux agencements socio-techniques hautement complexes impliquant un grand nombre d’instruments et d’acteurs que performent ces pratiques de valuation, ainsi qu’aux produits de ces activités et des transformations qu’ils produisent dans l’ordre des valeurs. Traiter de l’évaluation comme une pratique sociale signifie traiter également le problème de la construction sociale : s’il y a un commun accord pour dire que la valeur est une construction sociale, la signification de « construction sociale » reste ambiguë et le débat sur cette question reste ouvert. Le sens de cette expression est souvent associé en sciences sociales à l’idée que quelque chose est le produit d’une croyance partagée : la valeur existe parce que les gens pensent qu’elle existe. Mais la valeur peut aussi être conçue comme le résultat d’une série d’activités dont le but est de rendre les choses évaluables. Un autre challenge consiste pour la revue dans l’exploration de la polysémie de la notion d’évaluation et les différences de polysémies dans différentes langues. Un dernier serait de traiter la flexibilité de la notion d’évaluation, faisant apparaitre ou non le registre économique.

Il semble difficile de ne pas voir dans la création de cette revue l’héritage de John Dewey, philosophe pragmatiste américain, notamment auteur d’un texte intitulé “Theory of valuation”, d’autant que les auteurs font partie des chercheurs qui témoignent de la résurgence, plus ou moins récente, d’un intérêt pour la philosophie pragmatiste. La version française du texte de Dewey a été plubliée en 2011 aux Empêcheurs de penser en rond avec une préface d’Alexandra Bidet, Louis Quéré et Gérôme Truc qui soulignent notre difficulté à définir de manière précise ce que sont les “valeurs” et voient dans le texte de Dewey, peu connu, et sa préoccupation de montrer que les “valeurs sont des choses qui se produisent dans le monde et que leur formation peut et doit être soumise aux méthodes de l’enquête” de nombreuses potentitalités à explorer (Bidet, Quéré, Truc, 2011, pp. 10-11). John Dewey utilise trois termes: “valuing” pour priser, chérir, estimer etc (prizing), “evaluation” pour la formation de jugements à propos des “valuings”  (appraising) et “valuation” qui englobe les deux notions précédentes. Les appréciations immédiates que constituent les valeurs en tant que faits et les appréciations évaluatives en tant que jugements ne constituent pas deux réalités distinctes mais sont au contraire étroitement articulées au sein des « valuations » qui peuvent également être observées empiriquement. Les membres du comité de la revue insistent également dans leur papier collectif sur la distinction entre “valuation” (processus de donner de la valeur) et “évaluation” (procuessus de “juger”). François Vatin introduit également une distinction entre “évaluation” (jugement de valeur) et “valorisation” (production de valeur”). Le dialogue sur la terminologie, et la traduction en français de “valuation” qui est repris tel quel pour le moment mais n’existe pas dans la langue française, reste ouvert. On peut supposer, mais cela n’est pas explicite, que les deux créateurs de la revue l’ont précisémment intitulée “Valuation Studies” et non “Evaluation Studies” en référence à Dewey afin de permettre cette ouverture vers l’expérimentation que Dewey appelait de ses voeux.

BIDET (A.), QUERE (L.), TRUC (G.), Ce à quoi nous tenons. Dewey et la formation des valeurs, in DEWEY (J.) (Eds.), La formation des valeurs, Paris, La Découverte, 2007, pp. 5-64.

CEFAI (D.), ENDRESS (M.), NICOLAE (S.), ZIMMERMANN (B.), Introduction: Special issue on Sociology of Valuation and Evaluation, in Human Sciences 38(1), 2015, pp. 1–12.

DEWEY (J.) (Eds.), La formation des valeurs, Paris, La Découverte, 2007.

HELGESSON (C-F.), MUNIESA (F.), For What It’s Worth : An Introduction to Valuation Studies, in Valuation Studies 1, 2013, pp. 1–10.

KJELBERG (H.), MALLARD (A.), ARJALIE’S (D-L.), ASPERS (P.), BELJEAN (S.), BIDET (A.), CORSIN (A.), DIDIER (E.), FOURCADE (M.), GEIGER (S.), HOEYER (K.), LAMONT (M.), MACKENZIE (D.), MAURER (B.), MOURITSEN (J.), SJÖGREN (E.), TRYGGESTAD (K.), VATIN (F.), WOOLGAR (S.), Valuation Studies ? Our Collective Two Cents, in Valuation Studies 1, 2013, pp. 11–30.

LAMONT (M.), Toward a Comparative Sociology of Valuation and Evaluation, in Annual Review of Sociology 38 (21), 2012, pp. 201-221.

VATIN (F.) dir., Evaluer et valoriser, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2013 (1ère édition 2009).

 

Sabrina Alioui, “Le rôle des agences de notation du point de vue des gestionnaires”

Discutante Bérengère Voisin

Présentation “Le rôle des agences de notation”, Sabrina Alioui

Existe-t-il des dispositifs d’évaluation qui co-construisent les critères d’évaluation ?

Il existe des agences qui évaluent par rapport à des critères afin de viser l’obtention ou pas d’une norme et délivrent des certifications. On peut se demander si n’enter pas en jeu des formes de cooptations ou des agences qui construisent des critères d’évaluation en fonction de ce qu’elles ont à accréditer.

Y a-t-il des modèles d’évaluation auxquelles se réfèrent les agences de notation?

Il n’y a pas de modèle unique, mais des échelles de notation. Il s’agit d’aboutir à une note ou une certification. Le fait d’en avoir ou pas se fait en fonction d’une évaluation par échelles. On évalue surtout des niveaux de risque. Puisqu’on ne peut pas prévoir on évalue des niveaux de risque.

Qui évalue les agences de notation ? L’opacité des méthodes de notation en font des boîtes noires qui garantissent leur indépendance.

 

Après-midi

L’après-midi a été consacré à un atelier de travail où, après un debriefing de la matinée, nous avons commencé par essayer de construire une boîte à outils sur la question de la généralisation de l’évaluation. À partir de la lecture de quelques textes, les collaborateurs ont émis des propositions en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulèvent à la fois l’aporie de la valeur et la frénésie de l’évaluation.

La fin de l’après midi a été dédié à la recherche de terrains d’action et à des réflexions sur les dispositifs à mettre en oeuvre pour notre recherche-création.

Présents: Sabrina Alioui, Vincent Bonnefille, Anne-Laure-Blusseau, Elisa Bricco, Serena Cello, Yves Citton, François Deck, Allan Deneuville, Amélie Ferrand, Christopher Gellert, Natacha Guiller, Christophe Hanna, Franck Leibovici, Isabelle Mayaud, Nancy Murzilli, Magali Nachtergael, Massimiliano Nicoli, Valérie Pihet, Olivier Quintyn, Gabriele Stera, Bérengère Voisin, Joëlle Zask.

Retour sur la matinée

La discussion se focalise sur la question de la valeur et de la solidarité de crédit évoquée par Michel Feher et sur le rapport de la valeur au présent et au futur. On se demande comment rendre effective cette solidarité de crédit. Peut-elle le devenir au moyen des réseaux sociaux ? Elle est quelque chose de l’ordre d’une économie de l’attention. La solidarité est une alternative à la fraternité mais aussi à l’interdépendance. La valeur doit-elle être, selon le modèle du capitalisme financier, associée au futur ou réintégrée au présent pour envisager de nouvelles formes de solidarités?

Christophe Hanna :

Prenons l’exemple de l’organisation de cette journée autour d’un projet commun, qui est d’abord né d’une rencontre entre quelques amis. Puis, on crée un événement sur une page Facebook, des gens “likent”, s’y intéressent, certains décident d’y participer, ils viennent et nous voici beaucoup plus nombreux, ici, en train de travailler ensemble. Souvent les objets d’internet ont pour but de se rencontrer, prenez Tinder, par exemple.

Joëlle Zask : il s’agit dévaluer donc peut-être de mettre en œuvre des critères de distinction entre des formes de solidarité qui consistent à liker ou ne pas liker et des formes de solidarité qui consistent à faire des choses ensemble. Ce n’est pas du tout les mêmes solidarités en jeu. Par exemple le mot d’interdépendance n’est pas une solidarité. Il y a des différences entre les solidarités mécaniques, organiques, la société, la communauté. On ne peut pas mettre toutes les solidarités dans le même panier. Imaginer des formes de solidarités pourrait relever d’un travail plastique par exemple. Le capitalisme financier crée de l’interdépendance qui a peu de choses à voir avec une solidarité, car on ne voit pas très bien en quoi elle enrichit chacun d’entre nous. La solidarité est une alternative à la fraternité, mais aussi à l’interdépendance. Exemple : étude des discussions autour de la fixation de la bannière “liberté, égalité, fraternité”. Discussion portait autour de l’intégration de la notion de solidarité qui venait préciser la liberté et l’égalité d’une manière très fine (voir J. Zask, Participer : Essai sur les formes démocratiques de la participation, Ed. Le Bord de l’eau, 2011).

Magali Nachtergael : Michel Feher a cité #Metoo, qui est un bon exemple intermédiaire, d’une prise de conscience d’une solidarité dans une forme adverse, même si l’agentivité directe de #Metoo n’est peut-être pas complètement quantifiable.

Yves Citton : on pourrait peut-être garder à l’arrière-fond de nos discussion la question de François Deck sur le futur ou le présent, car ce que Michel Feher nous a présenté comme nouvelle forme de capitalisme est toujours tourné vers le futur proche et, par rapport à cela, quelle est la valeur du présent ? Est-ce que la valeur financière n’est pas le présent mais plutôt des gestions d’avenir ? Et si on déplace notre intérêt sur le présent, est-ce que tout cela ne s’évapore pas ? Si on décale les valuations, on peut donc se demander en quoi la valeur serait forcément de l’avenir ou en quoi elle pourrait s’expérimenter au présent. Mais si c’est cela, alors c’est peut-être cela qui exclut du système et que nous pourrions essayer de réintégrer.

Joëlle Zask : Cela reprend d’ailleurs la distinction entre valuation et évaluation, parce que la valuation est au présent, justement.

Francois Deck : On est pris dans des conceptions qui nous dépassent, qui hypothèquent complètement le présent, parce qu’il y a une sorte d’injonction depuis la religion, en traversant le communisme et le capitalisme, qui fait que le furtur serait une valeur idéale, alors que le temps du mouvement, le temps de l’invention, c’est le temps du présent, dans sa capacité à convoquer les différentes temporalités, aussi bien le futur que le passé. C’est bien au présent qu’on se rend capable d’associer des événements qui ont eu lieu il y a trois minutes ou il y a vingt ans, et lorsqu’on pratique cela ensemble, on éveille une puissance d’agir, qui est une puissance au présent. Donc, à mon avis, la question est « qu’est-ce qu’on fait là aujourd’hui ? », peut-être pas tant à travers des idées, mais à travers ce qu’on est, et le crédit commun qu’on est capable de mettre entre nous. Et il y a beaucoup d’expériences autour de la table.

Olivier Quintyn : la notion de valence est une manière de sortir de la valeur économétrique et quantifiable et de la penser en terme de connexion à une situation. Ce qui renvoie justement à la question du présent. Elle représente la capacité à un moment « t » de s’associer et de se connecter de façon instrumentale. Donc, c’est peut-être aussi un terme qui permet de elle de changer notre rapport à l’art ou aux œuvres, pensé moins en termes de valorisation culturelle, dans une histoire de l’art monumentale, ou financière, dans un marché, qu’en termes d’action et de mode d’action possible, de connexion entre les pratiques, les situations ou des institutions. Il pose la valeur de l’art non en terme de marché, mais en terme de connexion, pour découpler l’art de la question de la valeur ou des valeurs en terme économétrique. La valence en termes de connectivité qu’en termes d’économétrie.

Yves Citton: C’est intéressant par rapport à ce que l’on disait sur les réseaux. Ce qui fait la valeur des réseaux, c’est la valence. C’est pas de la solidarité au sens de fraternité, mais c’est une sorte de connectivité potentielle, mais qui peut devenir effective.

Olivier Quintyn : Elle devient effective dans un contexte, une situation, un moment où on a besoin d’instruments. Le terme de valence vient de la chimie, il se définit comme les connexions possibles d’un atome avec d’autres, et de la grammaire, la valence d’un verbe est la possibilité de celui-ci de se connecter à des compléments. Valence comme critique d’une certaine forme de la valeur.

 

Lectures – Boîte à outils 

Lire les textes : https://evalge.hypotheses.org/category/travaux

Yves Citton :

Propose de mentionner un texte et d’essayer de traduire ce qu’il pourrait poser comme question pour notre Agence de notation. Il a individué 6 ou 7 critères auxquels on pourrait se sensibiliser quand on réfléchit à ces questions de notation.

 

  • Yann Moulier-Boutang “La revanche des externalités” :

Les externalités sont ce qui n’est pas intégré dans le prix d’une marchandise et qui pourtant a des effets, soit négatifs (pollution), soit positifs (des bienfaits induits dont on bénéficie sans rien faire, comme le chauffage de l’appartement du voisin).

Thèse: Nous vivons dans un moment où les externalités prennent de plus en plus d’importance. Les mécanismes de prix du capitalisme détruisent notre planète. Tout ce qu’on fait (manger, faire du tourisme) produit des externalités et nous vivons la revanche de ces externalités.

Question pour l’Agence de notation (AN) : en quoi le dispositif qu’on va mettre en place permet de rendre visible des externalités, telle externalité qui n’était pas incluse dans le prix de ce qui est considéré.

  • Aurélie Windels, “Retourner les armes, utiliser les ressorts du système financier pour le contrer”

Dans ce texte, elle passe en revue un certain nombre d’agences de notation alternatives, dont le levier est le capital de réputation. Par exemple, on va dénoncer une société parce qu’elle maltraite des ouvrières ou ds ouvriers au Bangladesh ; Addidas, s’est purifié de toute oppression humaine ou animale.

Thèse sous-jacente au texte de Moulier-Boutang : cette explosion de la finance, ce passage du néolibéralisme au capitalisme financier dont parlait Michel Feher ce matin, vient du fait qu’on n’a aucun moyen de déterminer la valeur (fragilité, interdépendance, complexité). On ne sait pas comment valoriser une grande entreprise, par exemple les actions d’Addidas, et on invente des dispositifs pour masquer cela et pour essayer de gérer cette absence de valeur. Soit on analyse de la finance comme incapacité, voire évaporation de ce qui pouvait ancrer une valeur dans quelque chose. On retrouve cela aussi chez Frédéric Lordon : il n’y a pas de valeur, il n’y a que des consensus ou des concentrations d’affects. Ce qui a de la valeur c’est ce sur quoi des affects se concentrent pour lui donner de la valeur.

Question pour l’AN : quels sont les concentrations d’affect que l’AN fait émerger, menace, nourrit ou ravit ? L’AN peut souligner la fragilité de ces affects communs qui font la valeur dans notre monde artificiel et complexe.

  • Chamayou, La société société ingouvernable

1)           Chap. “Parties prenantes” : histoire du néolibéralisme.

Les théories du management ont mis l’accent sur les parties prenantes : consommateurs, l’Etat, les employés, les autorités locales, les défenseurs de l’environnement qui sont des parties prenantes dans l’entreprise.

Thèse : Cette prise de conscience de l’existence de parties prenante fait naître l’idée d’un capitalisme qui deviendrait social. Mais selon Chamayou, il y a un double discours, éthique et en même temps stratégique car identifier des parties prenantes, permet de repérer quelles sont les parties prenantes dangereuses pour les investisseurs et de les neutraliser.

Question pour l’AN: comment fait-on apparaître des parties prenantes potentiellement dangereuses pour la reproduction ou l’augmentation du capital ?

2)           Chap. “Coût-bénéfice” : après les années 1970 et la création aux USA d’une réglementation pour protéger la santé des citoyens et l’environnement, une série de doctrines néolibérales a dénoncé la sur-régulation et a proposé comme contre-poison le principe des analyses coût-bénéfice : il faut mettre en balance les coûts des nuisances (externalités négatives) avec les bénéfices liés à la production (externalités positives). Chamayou montre que c’est une inversion du poids de la preuve, par exemple, dans une entreprise américaine 200 personnes sont mortes de leucémie en attendant de réussir à calculer le coût des nuisances qu’on a mis 10 ans à obtenir. Il montre comment ce raisonnement coût-bénéfice a dû mettre un prix à la vie humaine. Premier mode de calcul, les revenus futurs actualisés, qui considèrent que la valeur de votre vie est égale aux revenus futurs dont un décès précoce vous priverait. Il y aura donc une nette différence entre le prix de la vie d’un manager et celle d’un chômeur. Il y a aussi des vies déficitaires, un accident de la route qui tuerait un enfant gravement handicapé peut, selon cette méthodologie, produire un bénéfice net pour la société. Deuxième mode de calcul, le consentement à payer, fondé sur les évaluations par les individus eux-mêmes de ce bien que représente le fait d’être en vie. Ce sont les métiers à risques qui ont été utilisés pour faire ce calcul : on calcule le coût du travail de nuit sur la durée de la vie active d’un travailleur et c’est ce qui donnera le prix d’une vie humaine. En 2006, une vie statistique aux USA valait 1 266 000 $, alors qu’au Bangladesh, elle en valait 241 fois moins, à savoir 5 248 $. Les promoteurs de l’analyse coût-bénéfice ont lancé un défi à un organisme de réglementation en leur demandant de calculer eux-mêmes le prix d’une vie humaine de façon à savoir, par exemple, combien coûte à la société le fait que les gens aient des cancers. Et parce que ce défi ne pouvait pas être relevé, puisqu’on ne peut pas convertir en argent une vie humaine, on gagne à tous les coups.

Question à l’AN : quel défi pourrait formuler l’AN, par exemple, dites-nous combien coûte votre pollution et ensuite on vous dira si vous pouvez jusfitier le fait de la faire, comment nous pourrions retourner le poids de la preuve et jouer sur ces asymétries (on peut montrer certains coûts, on peut les caluler, mais on ne peut pas montrer certaines valeurs, on ne peut pas les calculer). Ce sont les défenseurs de l’accumulation du capital qui ont gagné, dans les cas présentés ici. Est-ce que l’AN pourrait effectuer un renversement de quel type e en s’adressant à qui ?

  • Rendy Martin, “Kowledege LDT. La logique sociale des dérivations financières”

Notion de métacapital. On croyait savoir ce qu’était le capital : ce que vous investissez dans une entreprise pour qu’elle puisse produire et que vous en retiriez du profit. Les produits dérivés sont un métacapital, qu’on articuler à ce qui a été dit sur les externalités ou l’affolement des valeurs. On est tellement démunis pour savoir ce que vaut quoi que ce soit qu’on va se baser sur des paris sur le futur, avec des obligations “catastrophe” qui font que si, par exemple, vous misez sur le fait qu’il n’y aura pas de un tremblement de terre important en Californie d’ici les 10 prochaines années (100 000 $), si cela arrive vous devrez donner 100 00 $, mais en attendant, vous recevez 300 $ par mois. (Olivier Quintyn : Cédric Durand appelle cela “capital fictif” car il y a de la préemption de la valeur qui n’est pas encore créée).

Question à l’AN : comment traduire ces histoires de dérivation. Les AN financière font comme si ce qu’elles notent étaient en rapport avec de la valeur. Mais ce qui se fait avec les produits dérivés est assez radicalement différent. Que signifierait alors pour nous de penser à ce niveau méta, à ce niveau de dérivation et pas de valeur elle-même ?

  • Antonio Casilli, En attendant les robots :

On pense traditionnellement la valeur en terme de quantité, plateformes où on échange des services. Grâce au smart contract, on peut court-circuiter les passages en terme de quantité et passer par la qualité.

Question à l’AN : quel type de smart contract peut-on essayer avec l’agence?

Recherche de terrains et réflexion sur les dispositifs à mettre en œuvre

Christophe Hanna :

Il est important que soient notées les choses qui n’ont pas de prix. Seules des externalités seront évaluées car le jury n’est expert de rien.

Les questions soulevées par Yves sont liées au choix des terrains. Par exemple, sur la question des des parties prenante, on pourrait noter un Conseil d’administration.

1)           Prise de contact: comment prendre contact et proposer une notation ?

2)           Performance: on est obligé de négocier pour la faire entrer dans l’espace, négociation continuelle.

Ne pas transiger sur le jury il faut éviter qu’il soit constitué de gens dépendants, intimidables.

Ne pas négliger l’impact qu’a dans l’esprit des notateurs l’idée qu’ils se font de l’effet de leur note : ils anticipent les vexations, la tristesse, etc. Et quand les personnes impliquées dans la note sont présents, c’est encore plus net. La co-présence est quelque chose de très fort. On y retrouve la question de la solidarité. Le problème qui se pose avec les agences de notation est la dimension affective, la connexion. Voir à ce titre le livre de Didier Samuel, Weill Nicolas, Les dessous du triple A: agences de notation : récit de l’intérieur.

La poésie peut avoir du poids, car ce qu’on y fait est intégrable dans une publication.  

Franck Leibovici: mais dans le milieu de la poésie les règles sont partagées, lorsqu’on se déplace sur le terrain des entreprises, c’est différent.

Christophe Hanna : Il faudra parvenir à convaincre que ce sont les mêmes règles.

Olivier Quintyn : Aurions nous intérêt à faire comme les Yes Men, faire passer l’AN pour une véritable AN et faire de l’audit sauvage?

Anne-Laure Blusseau : Nous pourrions proposer une contre-partie. Par exemple, une entreprise a besoin de presse. Il faudrait peut être penser à ce à quoi lui servirait une évaluation de l’Agence de notation.

Christophe Hanna : Les Yes Men proposent un art engagé. Ils attaquent des cibles précises d’avance considérés comme mauvaises. Dans une performance de l’Agence de notation nous ne savons pas d’avance ce qui va surgir. Il s’agit de dispositifs d’expériences dont on ignore tout d’avance.

Il faut envisager la construction d’un intérêt, d’un intéressement, rhétorique qui permet de le rendre compréhensible et partageable. Toutes les notes sont monnayables et de plus en plus.

Yves Citton : envisager quel serait leur intérêt négatif à ne pas participer, ce qu’ils ont à perdre en refusant l’évaluation.

Allan Deneuville : la question de la diffusion et la publication des résultats peut faire poids.

Christophe Hanna et Nancy Murzilli :  il y aura de la documentation publiée sur le site.

Franck Leibovici : est-ce que désinvisibiliser est bon pour tout ? Dans certains cas, il peut être important de ne pas rompre des équilibres précaires. 

Christophe Hanna : Nous pourrions considérer les critères énumérés par Yves à partir des lectures qu’il nous a proposées comme des critères à partir desquels évaluer ou pas quelque chose: externalités, concentrations d’affects, parties prenantes, estimation coût-bénéfices, métacapital,  . On pourrait réfléchir à multiplier des critères : si on peut pas faire apparaître au moins trois ou quatre choses, l’évaluation ne vaut pas la peine. Ces critères nous serviraient de canaliseurs et de boussole.

Magali Nachtergael : concernant les méthodes d’évaluation, le SWOT peut être un modèle intéressant. Il y a une forme poétique dans le swot lui-même.

Christophe Hanna: il faudra se faire accréditer, moyen de devenir incontournable.Gabriele Stera : On pourrait envisager des évaluations de petit format, par exemple, l’évaluation d’objets sur des usages imprévus.

Valérie Pihet : jouer avec les codes des réunions de consommateurs.

Christopher Gellert : évaluer des objets trouvés dans la rue, des déchets.

Yves Citton : les travaux de Franck Leibovici présentent eux aussi une forme d’évaluation alternative, par exemple dans son livre Bogoro.

Franck Leibovici : concernant les interlocuteurs ou les terrains : s’agit-il de faire du naming and shaming ou de fournir des outils d’émancipation ?

Christophe Hanna : Nous ne pouvons le savoir à l’avance, le dispositif est fait de telle manière qu’on ne sache pas à l’avance ce que l’on va obtenir.

Franck Leibovici : Pour être efficaces, il serait plus facile d’avoir un nombre d’interlocuteurs réduit.

La question des chemin d’accès est importante. Cartographier l’institution de façon à savoir où s’adresser pour obtenir une réponse rapide et satisfaisante.

Christophe Hanna : Il faut se demander ce que l’on tient pour significatif de l’institution. Cibler ce qu’on va évaluer. Il faut prendre en considération le temps de l’enquête afin de se lancer dans quelque chose de faisable.

Yves Citton :  voir par exemple les conseils municipaux, la Fondation de France, les bourses du CNL.

Natacha Guiller : (notes manuscrites)

Vincent Bonnefille : on pourrait inviter les gens du CNL, par exemple, et les regarder faire autre chose. Ex : jeux de team building.

Franck Leibovici : ou inviter les gens dans des journées pour qu’il deviennent porteur du projet au sein de leur entreprise ou institution. Une façon de fabriquer des alliés.

Franck Leibovici et Yves Citton : éviter la parodie tout en prenant de la distance par rapport à ce qui se fait dans les AN financières et extra-financières.

Franck Leibovici : nous devons considérer également le degré de concernement du jury. S’il n’est pas concerné le risque est la pitrerie ou la serendipité. Il faut trouver la raison pour laquelle ils se sentent concernés.

Christophe Hanna : la motivation à participer est déjà un bon critère de concernement.

Joëlle Zask : on juge d’affaires dont on n’a pas une connaissance immédiate. Il est intéressant à ce titre d’observer les premiers sondages participatifs dans les années 70. Il ne s’agit pas d’une parodie mais d’un déplacement de la question de l’évaluation.

 

Perspectives

  • Quels critères d’évaluation ? Partir des critères sélectionnés par Yves Citton ?
  • Quels terrains ? Champs ouverts au public (conseils municipaux, etc) ou champs au contraire très fermés (conseil d’administration, milieu de la santé).
  • Quelles modalités de prise de contact ? Approches successives ou approche frontale par réseau ? Par quel(s) circuit(s) ?
  • Quelles questions pourraient apparaître dans les interstices ? Sur quoi finalement veut-on mettre le doigt ?
  • N’évaluer/n’approcher que ce qui n’est jamais évalué ?
  • Comment accéder finement à ce qui existe déjà ? Faire venir témoigner un membre actif de ces agences de notation ?
  • Une seule forme d’action ? Ou plusieurs formes exploratoires pour en conclure dans un second temps à des chemins à privilégier ? Quelle(s) dimension(s) de l’action ? Des petites à inventer ?

Lundi 13 mai 2019. ÉVALUATION GÉNÉRALE. Effets de l’ÉVALUATION #2

Journée d’études “Évaluation générale. Effets de l’évaluation # 2″ 
Lundi 13 mai, 9h30-18h Université Paris 8, Salle des thèses Espace Deleuze (Bât. A 1er étage)

Deuxième journée d’études autour du projet “Évaluation générale. L’Agence de notation comme dispositif artistique”, où nous réfléchirons aux effets de l’évaluation à partir de 3 axes :
– les effets de la production de l’évaluation (pathologie ou érotique de la notation)
– les effets de la réception de l’évaluation (souffrance, toxicité, émulation)
– les effets du fonctionnement de l’évaluation (modalités de circulation de la note ou des préconisations, performativité de l’évaluation)

Le projet de recherche « Evaluation générale : l’Agence de Notation comme dispositif artistique » réunit un groupe d’artistes, éditeurs, théoriciens des arts, critiques littéraires, philosophes, sociologues, politologues et gestionnaires, en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève la généralisation de l’évaluation. Il se constitue autour de l’Agence de Notation, dispositif artistique et d’enquête appelé à intervenir en situations institutionnelles réelles afin de désinvisibiliser non seulement ce qu’est l’activité d’évaluation-notation mais aussi ses effets concrets immédiats. 

 
PROGRAMME
Matinée
– 9h30-9h45
Accueil des participants
 
– 9h45-10h
Projet « Évaluation générale » : point sur les activités et prochains événements
Nancy Murzilli, Bérengère Voisin (Université Paris 8 et LHE), Christophe Hanna (Ed. Questions Théoriques, LHE)
 
– 10h-10h30
Le SWOT d’« Évaluation générale. L’Agence de Notation comme dispositif artistique #1
Magali Nachtergael (Littérature et arts contemporains, Université Paris 13, Pléiade)
 
– 10h30-11h30
Agences de notation : problématiques juridiques
Akram El Mejri (Droit, Université Paris 8, CRDPDS) 
 
– 11h30-12h30
Statactivisme
Emmanuel Didier (Sociologie, CNRS, Centre Maurice Halbwachs)
 
Après-midi
– 14h-15h
Agent double : du recours au récit dans l’administration de l’anticipation
Frédéric Claisse (Sciences politiques et sociales, IWEPS)
 
15h-16h
“J’ai fait fermer U Express”. Réinjecter de l’évaluation dans la manutention ordinaire
Natacha Guiller (Poète et artiste)
 
16h-17h
Testeur : écrire ce que valent les marchandises d’Amazon
Christophe Hanna (Théorie littéraire, Ed. Questions théoriques, LHE)
 
17h-18h 
Discussion prospective sur les lignes directrices de la suite du projet « Évaluation générale »
 
Contact : Nancy Murzilli (nancy.murzilli@univ-paris8.fr)

Lundi 15 avril 2019, L’AGENCE de notation à l’Université Paris 8 (Salle des Theses Espace DEuleuze Bât. A)

Lundi 15 avril 2019, l’Agence de Notation, animée par Christophe Hanna, notera de 13h à 16h30 le dispositif d’évaluation des projets de recherche du DIU ArTeC. Elle performera ensuite sa notation de 16h30 à 18h30.

Ce sera l’occasion de voir à l’oeuvre une modalité d’intervention de la recherche-création sur la généralisation de l’évaluation. Cette séance est ouverte au public.

Adresse :
Université Paris 8
2 rue de la Liberté
93526 Saint-Denis
Salle des thèses Espace Deleuze – Bât. A, 1er étage

Commission d’évaluation :

  • Président : Christophe Hanna,
  • Secrétaire : Amélie Ferrand,
  • Jury : Sylvain Bernardi, Mathilde Cassard, Natacha Guiller, Gérard Pantanacei

“Agence de Notation” désigne un dispositif de performances destiné à évaluer de façon spectaculaire et critique ce qui dans la réalité sociale ne s’évalue pas (encore). Ce dispositif entre en résonance avec un syndrome contemporain, propre à toute société dont la dynamique repose sur le principe de la mise en concurrence : l’accroissement sensible du marché de l’évaluation, son extension à des zones inattendues, la grande variété des pratiques évaluatives auxquelles n’importe quel citoyen se trouve soumis ou invité à devenir l’acteur et le promoteur. Dans nos démocraties tout le monde n’est pas exposé pareillement à l’évaluation. L’évaluation-notation est donc non seulement un élément du système de valorisation, mais aussi un indicateur de la manière dont peuvent se mettre en place divers régimes d’inégalité. Le protocole d’”Agence de Notation” vise à exploiter des pulsions voire des “compétences” notationnelles et évaluatives devenues monnaie courante afin de traquer et d’investir des espaces protégés de l’évaluation, des zones d’ombres qu’aucune note n’éclaire, des cibles pour lesquelles n’existe encore aucune forme d’expertise instituée, et de les soumettre à une évaluation qui sera donc par nature d’un autre genre.

Événement co-organisé par Christophe Hanna et Nancy Murzilli avec le soutien d’ArTeC.

Programme complet du Colloque de présentation des projet de recherche du DIU ArTeC les 15 et 16 avril 2019

Lundi 25 mars 2019. Évaluation générale. L’Agence de Notation comme dispositif artistique # 1

Programme 

Lundi 25 mars  – Université Paris 8

Matin 9h-13h, Salle des thèses, Espace Deleuze, 1er étage bâtiment A

9h30
Présentation du projet Évaluation générale et de l’Agence de Notation
Nancy Murzilli et Christophe Hanna
10h
Tous notables ! De la recherche du profit à la quête du crédit
Michel Feher, discutant Yves Citton
11h30
Valuations Studies : état de l’art
Valérie Pihet, discutant Olivier Quintyn
12h15
Le rôle des agences de notation du point de vue des gestionnaires
Sabrina Alioui, discutante Bérengère Voisin

Après-midi 14-18h, Salle G1, bâtiment G

14h-17h
Atelier de travail
Construction d’une boîte à outils en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève l’accroissement sensible du marché de l’évaluation, à travers des lectures, dont on extraira des thèses, hypothèses ou propositions.

Voir les lectures proposées 

17h-18h
Recherche de terrains et réflexion sur les dispositifs à mettre en œuvre pour mener une recherche-création sur l’évaluation générale.

Télécharger le programme

Le projet

Présentation du projet 

Les organisations publiques et privées s’appuient toujours plus sur des acteurs extérieurs pour éclairer leurs décisions. L’externalisation de l’expertise dans des agences de notation en fait aujourd’hui la forme privilégiée de l’expertise et un mode de gouvernance spécifique au sein des politiques publiques et des entreprises. Le projet « Évaluation générale: l’agence de notation comme dispositif artistique » mise sur l’association d’artistes et de chercheurs dans le but d’enquêter et de fabriquer des outils alternatifs pour répondre à nos besoins sociaux d’évaluation*. Il s’efforcera ainsi de répondre à des problèmes publics, en contribuant à la mise en place de socialités alternatives à celles dont le format est imposé aujourd’hui par l’institutionnalisation de chaînes d’interaction normées à l’échelle mondiale. Cela suppose un renversement de perspective qui replace le travail artistique et le pluralisme du travail scientifique, avec leurs acteurs spécifiques, dans des chaînes d’action et des réseaux de pratiques sociales qui se trouvent aujourd’hui accaparées, sur-simplifiées et mutilées par les seules disciplines économiques, gestionnaires et managériales.

Les activités d’évaluation se répandent aujourd’hui « en métastase sur nos organisations et dans l’ordinaire de nos vies » (Martucelli). Cela touche aussi bien le travail des salariés que les entreprises, les institutions, la recherche, les compétences, les risques professionnels, clients, sanitaires, environnementaux. Or l’évaluation ne se contente pas d’appliquer des valeurs, elle participe activement à la formation de ces valeurs. Elle représente à la fois «ce à quoi nous tenons» et «ce qui nous tient» (Latour, Hache), d’où un effet de tension interne, qui se renforce en temps de crise économique, politique, environnementale. Les pratiques d’évaluation relèvent d’un processus de rationalisation de nos sociétés, dans lequel les savoirs universitaires jouent souvent un rôle prépondérant. Depuis quelques décennies, elles se systématisent, se professionnalisent et tendent à se soumettre aux logiques instrumentalistes du néo-management, appliquées indifféremment aux entreprises, aux services d’État, aux universités, aux institutions culturelles, aux associations, etc.

Pour que l’évaluation puisse être envisagée comme constructive, et non seulement agitée comme une sanction ex post, il faut la resituer dans sa dimension expérientielle, que les pratiques artistiques peuvent souvent aborder plus finement que les disciplines scientifiques prévalant à l’université. Il importe de tenir compte de tout ce qui la constitue d’un point de vue pragmatique, sans en réduire la teneur aux moments institués, mais en l’envisageant dans tous les moments d’interactions entre les protagonistes impliqués dans les expériences collectives observées (Dewey). C’est ce que se proposent de faire les artistes et chercheurs associés à ce projet en confrontant leurs outils, leurs méthodes et leurs formes d’expression autour d’un enjeu commun, en inventant des dispositifs, des exercices, des technologies intellectuelles permettant une expérimentation réelle de certains problèmes publics qui jusqu’alors étaient sans formulation ni représentation. Ce projet fait le pari que c’est en testant, en activant, en corrélant des agirs sociaux au sein de dispositifs artistiques qui font entrer en collision des espaces sociaux et institutionnels hétérogènes, que pourront émerger de de nouveaux savoirs, nouveaux moyens d’interagir, de nouvelles formes de collaboration institutionnelles, de nouveaux milieux d’action, de nouveaux publics, des socialités inédites et alternatives.

La question de l’évaluation prend la dimension d’un véritable problème social dans le domaine du travail, où elle se heurte à la question de la reconnaissance (Honneth, Dejours), mais aussi à notre rapport avec la matérialité (Latour), touchant des domaines aussi variés que la sociologie du travail, le management, la psychologie, la pédagogie, la sociologie des objets. Les pratiques mises en place au nom de l’évaluation, sous l’hégémonie d’une conception néolibérale et écocidaire de la production sociale, (re)configurent activement et profondément les structures et les formes de nos médiations humaines. Ce sont tous nos rapports à nos milieux (naturels, sociaux, techniques, communicationnels) qui s’y trouvent redéfinis et réagencés.

Ces travaux sur l’évaluation auront bien entendu une résonance particulière dans le cadre d’institutions d’enseignement attribuant des «notes» à leurs étudiants. Les dispositifs pédagogiques seront l’occasion d’observer et de réfléchir aux proximités et aux divergences entre les évaluations/notations scolaires et les évaluations/notations financières.

L’Agence de Notation

“Agence de Notation” désigne un dispositif de performances destiné à évaluer de façon spectaculaire et critique ce qui dans la réalité sociale ne s’évalue pas (encore).

Ce dispositif tire son énergie et son intérêt du fait qu’il entre en résonance avec un syndrome bien contemporain, propre à toute société dont la dynamique repose sur le principe de la mise en concurrence : l’accroissement sensible du marché de l’évaluation, son extension à des zones inattendues, la grande variété des pratiques évaluatives auxquelles n’importe quel citoyen se trouve soumis ou invité à devenir l’acteur et le promoteur.

Cependant, et ce point a été un élément déterminant pour l’élaboration de ce dispositif et l’orientation des enquêtes qu’il peut amorcer, dans nos démocraties tout le monde n’est pas exposé pareillement à l’évaluation : certains jouent leur carrière sur des notes qu’ils reçoivent continuellement, d’autres ne sont jamais notés ou rarement, et les notes qu’on leur met n’ont que peu d’effet sur leur devenir. L’évaluation-notation est donc non seulement un élément du système de valorisation, mais aussi un indicateur de la manière dont peuvent se mettre en place divers régimes d’inégalité.

Le protocole d’”Agence de Notation” ne consiste ni à introduire dans les galeries, les musées, les lieux de poésie, des fictions d’évaluations telles qu’elles se mènent dans la vie sociale, comme des bilans annuels de performances ou des entretiens d’embauches, en les parodiant ou en les scénarisant, ni à essayer d’esthétiser ou d’artifier la réalité des pratiques évaluatives existantes sur leurs terrains propres. Son ambition spécifique vise plutôt à exploiter des pulsions voire des “compétences” notationnelles et évaluatives devenues monnaie courante afin de traquer et d’investir des espaces protégés de l’évaluation, des zones d’ombres qu’aucune note n’éclaire, des cibles pour lesquelles n’existe encore aucune forme d’expertise instituée, et de les soumettre à une évaluation qui sera donc par nature d’un autre genre.

À partir des matériaux rassemblés, il s’agira d’inventer un dispositif de traitement qui permettra une redescription, une reformulation et une nouvelle représentation du problème exploré, instituant (désinstituant/réinstituant) ainsi de nouveaux usages. De tels dispositifs prendront appui sur des situations et des normes d’évaluation existantes pour imaginer d’autres formes d’évaluation, d’autres systèmes de notation, y mettre en évidence ou en détourner les jeux de langage, en déplacer le sens, les court-circuiter et en inventer de nouveaux en vue d’expérimenter d’autres formes de socialité à même de trouver des solutions inédites aux problèmes publics que soulève l’évaluation. La dimension poétique de ce travail prendra pour pivot la notion de « notation », à la fois saisie sélective de fragments de réalité, dispositif d’écriture-transcription et attribution de valeur au sein d’une échelle graduée.

Dans la phase 2019 du projet, l’objectif de l’ «Agence de notation» sera, entre autres, d’enquêter sur le Centre Pompidou en investissant ses lieux pour en fournir une évaluation. Les travaux seront menés dans une démarche de formation par la recherche-création, dans laquelle seront impliqués les doctorants et masterants des équipes partenaires et de l’EUR ArTeC.

 

*Une première version de l’Agence de notation a été présentée par Christophe Hanna en 2018 au Festival PAN! de Limoges.

L'Agence de Notation comme dispositif artistique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search