“ J’ai fait fermer U Express ”

“J’ai fait fermer U express”
Réinjecter de l’évaluation dans la manutention ordinaire
Archives augmentées de la présentation du lundi 13 mai 2019 : Évaluation générale. Effets de l’évaluation #2
L’Agence de Notation, ArTeC, Université Paris 8

natacha guiller (sng), Tickets d’ ins[is]tance sur les chiottes, 2018-2019

Il m’arrive de faire mes courses sur le chemin de mes errances, quand celles-ci s’inscrivent dans des rues à supérettes. Je traîne pas mal dans le XXe, puisque j’y vis depuis 2 ans. La rue des Pyrénées est assaisonnée de cafés et de commerçants poissonniers, primeurs et autres sculpteurs de gluten. Elle grouille souvent de gens porteurs de cabas chargés.

13 mars 2019 : Je suis rentrée dans U express, par la rue Orfila. Je zone dans les rayons, je m’y perds régulièrement. Ce magasin est très bizarrement agencé, avec deux entrées depuis deux rues différentes (Orfila/Pyrénées). Je m’oriente par voie d’élimination jusqu’au rayon d’alimentation pour bébé. Je souhaite acheter ce genre de denrées, qui constitue mes repas officiels depuis quelques années.

Avis consommateurs #1

natacha guiller (sng), Le barouf des boîtes Lactalis, 2018

Je fais une première parenthèse à ce propos :
après avoir écumé (sic) 16 années de coexistence avec des problèmes de bouffe, je dispose d’un tube digestif défaillant. Ce qu’il digère est limité, très limité, c’est assez facile à résumer :
– de l’eau (tiède), de la compote, de la purée (composée à bon pourcentage d’eau et de la bouillie de légumes, certains légumes seulement : haricots verts et carottes), du soja. 

  • En 2015, J’effectue un test d’intolérances alimentaires sur les quais de Versailles, plus de 200 aliments testés (environ 6 pages) pour plus de 100 euros, sur prise de sang one shot.(doc.)
  • En 2016, Je passe un an chez KUATÉ (laboratoire), à me faire scratcher les fesses pour mener l’enquête d’hôtes suspectés, aussi à rapporter des pots de confiture réinvestis, en dehors des périodes de fêtes. (visuel, éventuellement)
  • Mes diverses analyses sont expédiées via le Dr. Berthelot en Suisse ou en Belgique à l’étude, conditionnées dans des kits réfrigérés, via la fameuse Peugeot Cloacae B29 que je lui dessine (au Dr. Berthelot). 
natacha guiller (sng), Peugeot B29, 2016
  • Tous mes diagnostics liés au tube sont doublement conservés dans les archives du duo artistique ART ORIENTÉ OBJET.

Parenthèse encore plus inutile (à supprimer)
Je réalise en 2016 un panneau d’autocollants panini des étiquettes de remboursement destinées aux personnes cœliaques pour l’AFDIAG, en espérant ainsi faire valoir le 1% artistique de l’association des personnes allergiques au gluten, sans succès.

natacha guiller (sng), Tableau AFDIAG : aliments sans gluten, ≥ 3500 g < 5800 g, en France, LPPR, tarif responsabilité : (en chair ou enchère) €, 2017-2019, 89 x 59 cm
  • En 2017, je propose un dispositif inédit et validé par l’institution pour une énième hospit’, où je ne m’alimente plus autrement que par un tube sng1, soit une période un peu plus « j’étais tranquille, j’étais pénarde » à Montsouris, avec ma sonde et mes permissions quotidiennes in the city, je quitte l’établissement avec un TDAH, l’aîné de Renaud acolyte de cellule quitte définitivement ce monde un peu plus tard2.

Memorandum / fin de parenthèse)
Certaines personnes ici présentes, douées d’une mémoire des repas sous forme de buffet collectif (la cène de l’Agence), feront peut-être le lien, à ce moment précis de mon exposé – aussi si elles y étaient conviées et manifestement assistantes – à la journée d’Évaluation Générale originelle, ainsi qu’à cette fameuse scène où les intervenants sont mêlés aux écoutants autour de tables rassemblées pour créer le banquet-break de demi-journée, commandé et composé d’amuse-gueules sur le pouce, également à une personne se sustentant en retrait, assise sur l’une des tables laissées libres de droit d’y siéger le temps du déjeuner, autonome en termes de nourritures, a priori en provenance d’autre-s source-s que le butin de victuailles collectif, (cf. sac à dos), fin de la parenthèse.

Je manipule et inspecte les produits du rayon bébé du U express, quand soudain, horrifiée, je m’aperçois que la pellicule de carton qui enrobe classiquement par paire deux coupelles en plastique ou en verre, par transparence hyper-pigmentées, de couleur vive (légumes chromatiquement louches), ne profite pas de sa surface intégrale. Un angle de contour du packaging est manquant. À y regarder de plus près, l’encart est rongé, grignoté – une ligne ondulée qui pourrait évoquer celle des dents de quelqu’un-e ou d’un objet dessinant cette même onde à vagues – marque l’asymétrie de l’empaquetage. Quelqu’un-e a de toute évidence mangé le carton imprimé, laissant le produit originalement voué à être mangé, intact. Je repose le produit dans le rayon pour chercher un duplicata plus en profondeur, non mutilé par l’inconnu-e. J’en diagnostique un second, visiblement victime du même traitement, atteint toutefois à un autre angle de sa structure globale. J’examine comme cela de longues minutes les packaging Blédina© du rayon bébé du U express, pour constater, le ventre acquiesçant, un saccage généralisé du-dit rayon, par un-e malotru-e non intimidé-e par le carton comme met de fortune. Vous imaginez bien que le ou les coupable-s n’aur-a-ont pas payé les frais de ses/leurs accès d’angle cartonneux. Je dégaine un appareil téléphonique doté d’une application photographique pour immortaliser de quelques clichés témoins cette étrange fringale sans signature.

J’émets quand même déjà quelques hypothèses quant au/à la potentiel-le grignotant-e. Le détail des étals sur quoi reposent les petits pots pour nourrisson offre en effet quelques indices traduits par des grains de riz brun, déplacés de leur rayon d’origine, des féculents. Mer… fichtre alors ! c’est bien de cela dont il s’agit. Les bestioles à longues dents ont profité de la pause repas pour semer, tel le Petit Poucet, leur itinéraire d’entre les rayonnages d’alimentation premier âge. Je glane au compte-goutte quelques denrées décentes pour bébé, sinon dans des rayons plus secure, avant de me diriger en caisse, livide et nauséeuse. Coup de théâtre de la caissière qui m’offre » – inédit – en plus de mes courses un lot de deux petits pots pour progéniture. Je passe de blanche à rouge, et, voyant ma tête, elle s’interroge, moi aussi : pourquoi ce don ? Soit-disant une sur-commande et des briquettes à liquider. Le carton d’offrande est sale, abîmé, je murmure un poil sidérée que « ce qui trafique là dedans » n’est pas très normal et quitte le magasin en furie.

Avis consommateurs #2

En rentrant chez moi, je décide de passer par Facebook pour questionner la communauté sur quoi faire en pareille situation. Je dépose donc les photos prises juste avant en ligne et décris ma découverte. Un membre de mon réseau, lequel réagit normalement au quart de tour à ce genre d’enquête, flirtant avec la loi, la fraude, le scandale public, m’indique immédiatement la ddpp3.



Je renchéris que leurs services n’ont jamais donné grand chose dans le cadre de mes lancements d’alerte, mais je rédige toutefois un mail avec les photos à leur adresse électronique, sans grand espoir, et que j’envoie dans l’après-midi même.


Je fais ici une deuxième parenthèse pour préciser que l’an dernier, en 2018, j’ai alerté la ddpp d’une supérette indienne insalubre : Votre Marché, qui avait élu son domicile mafieux à deux pas de chez moi. Une illustration personnelle décrit l’état des produits mis en vente, notamment ceux rangés dans des congélateurs et frigos à portes ouvertes.


Le Marché en question n’a pas donné lieu à sa propre fermeture, il continue ses activités insalubres de vente de denrées avariées, à fort taux de glace sous le plastique d’emballage surgelé. L’encens y crame en permanence, et des effets personnels reposent et obstruent l’accès aux produits en vente, fin de la parenthèse seconde.
Le lendemain, je reçois à mi-journée un coup de téléphone « appel masqué », je réponds, c’est Nicolas Barco, au bout du fil. Un mec qui bosse à la ddpp et qui reçoit ce genre de notifications pour ensuite aller faire ses rondes d’inspection aux adresses sollicitées dans les messages reçus. Il m’annonce qu’il est passé à U express à la réception de mon mail, qu’il a constaté l’état du rayon alimentaire des bébés et que le magasin va fermer sur le champ pour se remettre à niveau en termes d’hygiène : « Vous devrez aller faire vos courses ailleurs, le temps qu’il faut. » J’évoque au passage le cas de l’épicerie indienne, il me raconte qu’il a longtemps vécu dans le quartier, ne se souvient pas avoir reçu mon message d’alerte l’an passé, et me conseille de lui renvoyer à son adresse mail personnelle de boulot, qu’il ira y jeter un œil, puis faire l’état des lieux quand il aura le temps.

Drôle de sentiment en raccrochant le téléphone. J’ai l’impression d’avoir fait une connerie, de dénoncer les autres, était-ce bien nécessaire ? Est-ce que je ne mets pas des gens dans l’embarras ? Je ressens toutefois une forme de pouvoir sur autrui, dans un domaine auquel je ne m’attendais pas. J’envoie dans la foulée le mail pour la supérette indienne à l’adresse cible de Nicolas Bardo.

natacha guiller (sng), SNG lanceuse d’alerte, 2019

Quelques temps plus tard, je passe devant U express et découvre cette affichette sur la vitre du magasin (lequel est allumé de l’intérieur, mais fermé au public) :
« Le magasin est fermé pour travaux jusqu’au lundi 18 mars ».

Deux jours de fermeture ont été préconisés pour purger l’établissement.
Sur Facebook, on me conseille de la mettre en veilleuse, de ne pas revenir dès lundi inspecter la fin des travaux. Je laisse ainsi l’affaire dans un coin de ma tête. La ddpp ne réagit pas non plus pour l’autre supérette.

 

29 mars 2019 : Un jour où il fait bon se déplacer à pied, je passe par la rue des Pyrénées, avant de rejoindre le centre de la ville, je m’arrête à U express car j’ai de l’avance et pas mon dîner en poche. Je me ballade pour atterrir au rayon bébé que j’explore minutieusement. À première vue, rien ne me choque. J’inspecte les lots de compotes et de légumes bouillis à l’eau. Je décèle néanmoins très vite des cartons grignotés, bien plus au fond du rayon, les lots ont simplement été déplacés comme des pions.

Les déjections semblent passées à l’éponge, mais les produits atteints à l’emballage diminué toujours en vente, malgré la menace de la ddpp. Je dégaine mon appareil téléphonique porteur d’une application photographique pour capturer la visite « post travaux » et illustrer « l’arnaque à l’étalage ». Je décide de pousser l’enquête vers d’autres rayons stratégiques, potentiellement attirants pour notre coupable masqué-e : les fruits secs, à tout hasard. Je tâtonne dans l’espace du magasin, au passage rangé sans aucune logique évidente. Je photographie le rayon des noix et fruits secs, bien garni en crottes de rongeurs, tandis qu’un membre du personnel m’observe en train d’examiner, d’inspecter leur magasin et de tirer des preuves numériques. Il ne dit rien, avant pour moi d’envisager quitter l’établissement, à nouveau, les mains vides.

Nous sommes alors au tout début du mois d’avril, en rentrant chez moi, j’envoie un nouveau mail à la ddpp, adjoint de photos témoins légendées « après les travaux », directement sur l’adresse électronique de Nicolas Bardo, pour accélérer le processus de constatation et d’action directe, aussi en lui signifiant qu’il semble que son intervention et ses directives ont été un peu prises à la légère par le personnel du U express. Je re-poste de récentes photos dans la continuité du fil de la discussion-enquête Facebook, lesquelles ne susciteront cette fois aucune réaction, pas même de l’intéressé de mon réseau, anciennement issu des « service secrets ».

Les jours passent à présent, sans retour ou signe de vie de la ddpp, d’appel de Nicolas Bardo pour m’annoncer qu’il s’est déplacé pour s’assurer des dégâts et qu’il va faire remédier à l’état de leur magasin ses responsables. Je passe parfois devant U express, rue des Pyrénées, dont les portes sont normalement ouvertes aux clients potentiels. Je renvoie un mail à la ddpp, sur l’adresse générale, sans retour. Le réflexe de traque m’habite partout dans d’autres supérettes, comme un rôle que j’incarne de manière systématique, je fais mon boulot quand je zone entre des rayons de supermarchés, établissements au sein desquels je commence à m’imaginer déambuler en poste, portant un badge justifiant mes investigations/inspections d’hygiène, pour le bien des consommateurs. Je mets tout en œuvre pour constituer une pièce d’identité factice afin de m’entraîner de manière de plus en plus crédible au cœur des lieux-dits de vente de marchandises alimentaires à surveiller au grain.

natacha guiller (sng), Traqueuse de périmés, 2019

29 avril 2019 : J’ai fait une ronde hier, passant par la rue des Pyrénées, à U express, faire un mini-état des lieux. Certains rayons sont vides (c’est plus simple), mais pas pour autant propres. Suivant les conseils des consommateurs sur Google, j’ai bifurqué vers Carrefour City, et là, au-delà de la propreté manifeste de l’établissement (par procédé de comparaison directe au magasin que je viens de quitter), je suis distraite par ou un tas de lumières clignotantes (hors périodes de fêtes religieuses, nous savons lesquelles), soit méchamment défaillantes, qui plus est vis à vis de mes propres propensions épileptiques. Par convulsion, je pense qu’il faudrait évaluer la chose, mais ne peux m’y engager sur le moment, sans témoin et complice pour me récupérer (la bave, l’atterrissage fracassé au sol, etc.). Mais bon, là je dérive vers une nouvelle évaluation qui m’éloigne de celle qui nous intéresse.


La situation stagne, sans issue.

natacha guiller (sng), Blédiland, 2018

Avis des consommateurs #3

 
Suite à la lecture de cette micro-nouvelle, je suis très inquiète, enfin une question me taraude quant à l’état de santé du bébé à naître (l’histoire a lieu en 2017). Je me demande comment a été nourri cet enfant et toutes les problématiques pouvant en découler. J’envisage de contacter Laure Nataf sur cet événement, qui a eu lieu – ou pas – à U express Pyrénées/Orfila, et surtout sur la suite des événements (l’enfant est-il né, toujours vivant, etc.). 

natacha guiller (sng), Élevage parasitaire en petits pots, 2016-2019

 

Tentative de schéma à propos du Mythe du carton*


Je tente un schéma d’analyse de l’attrait au carton, mais rien de très emballant ou de convaincant n’en ressort. Le mythe est laissé en suspens.

Je fais ici une dernière parenthèse pour évoquer des clichés pris chez Auchan, (énorme supermarché sur deux étages, à l’entrée de la ville de Bagnolet), sur lesquels on distingue des souris (vivant) dans les présentoirs d’amandes premier prix, ainsi que des moineaux (vivants) qui vadrouillent dans le rayon d’alimentation pour bébé, soit une ouverture sur la diversité de la faune supérette et grande surface, dépassée la frontière mégalople. 

10 juillet 2019Nicolas Bardo m’adresse par voie électronique une missive de signalement et d’intervention de la ddpp dans un Franprix au 3 boulevard Davout, Paris XXe, suite à mon signalement, lequel n’a jamais eu lieu. Je n’ai jamais signalé de Franprix pour les questions d’insalubrité, ce que je m’empresse de lui répondre par mail, sans retour de sa part. J’imprime ce document officiel et note d’aller visiter le magasin dénoncé.

dimanche 21 juillet 2019, 17h15 : Je décide d’aller visiter le magasin Franprix où la ddpp est intervenue quelques jours plus tôt, un dimanche après-midi. J’entre et fais le tour d’inspection de la supérette, quelques achats, je demande au caissier à mon passage s’il y a eu des travaux ici. Au vu de la queue, il contacte sa supérieure par téléphone, me la passe, elle finit par descendre et nous entamons une discussion dans les rayons du Franprix. Il y est question des travaux qui ont effectivement eu lieu il y a peu mais elle n’est pas trop au courant car ne bosse que le weekend. Pendant 6 jours, ils ont nettoyé à fond toute la surface du magasin, l’étage, même. Elle me parle d’un problème de souris dont tout le monde a connaissance (même les clients), aussi du licenciement d’une vendeuse pour vol, qui pourrait être à l’origine du signalement (elle avait menacé de se venger). Elle me parle de sa sœur, qui travaille dans un autre Franprix, de la mort d’une directrice là-bas, qui piquait aussi. Elle me montre les pièges à souris (carton englué de colle avec des fruits secs, probablement de la marque Franprix).

On ne sait pas bien qui a dénoncé quoi. Le directeur ou superviseur est en vacances mais revient dès lundi, elle me conseille vivement de le rencontrer car il m’expliquera mieux qu’elle. Je m’assois par terre et photographie les pièges. Le magasin est selon moi plutôt propre, mais ancien, la vendeuse m’explique que l’intégralité du sol doit être changée depuis des lustres, elle me montre et me lit ses SMS rédigés depuis des semaines, adressés au directeur, au superviseur, pour intervenir pour les souris, les éclairages du congélateur, le sol, etc. Des messages laissés sans réponse, idem pour les appels téléphoniques. Quand des professionnels débarquent, ils déclarent que tout va bien dans le magasin. Pourtant, la porte d’entrée coulissante semble poser problème, car toutes les souris du quartier peuvent aller-venir à leur guise. L’appartement au-dessus du magasin est aussi, semble-t-il à l’origine des fuites d’eau qui impactent directement Franprix. La salariée est un peu triste pour sa collègue qui a quand même passé 2 heures en garde à vue pour ces histoires de vols journaliers dans la supérette où elle bossait depuis 7 ans, elle continue de lui envoyer des message (la personne virée, à présent fichée chez Franprix), et mon interlocutrice me dit qu’elle est la personne la plus honnête qui soit, et qu’elle encourage ses collègues et même sa grande sœur à faire de même. Ne rien sortir du magasin sans payer, sinon manger directement entre les murs. J’écoute et enregistre ses dires, ses confidences, elle se livre à moi comme à une vieille amie. Je n’aurai à présenter aucun titre, ni même sortir la lettre de la ddpp pour obtenir toutes ces informations, j’ai simplement annoncé en amorce que je faisais des enquêtes poétiques. Le signalement aura dans tous les cas permis au magasin « en chantier » de se doter d’un four à poulet rôti et d’actualiser la machine à jus, ce dont l’employée se réjouit.

mercredi 14 août 2019
Je reçois un deuxième mail de Nicolas Bardo et une lettre officielle qui stipule que la ddpp est bien passée évaluer Votre Marché, au 166 rue de Bagnolet, cela dit, leur décision demeure très obscure.

 

 

mercredi 21 août 2019
Je renvoie un mail à Nicolas Bardo, force est de constater que Votre Marché est ouvert normalement, et que les conditions d’hygiène sont toujours aussi spectaculairement indécentes.

Monsieur Bardo,

Je vous remercie pour votre mail du 14 août 2019, justifiant d’une intervention de la ddpp dans le magasin « Votre Marché », situé au 166 rue de Bagnolet et que j’avais signalé à plusieurs reprises depuis 2018. Votre courrier en pièce jointe reste toutefois très obscur quant aux mesures et décisions prises par la ddpp face à l’état scandaleux de cette supérette située à quelques mètres de chez moi.
Je constate – quoi qu’il en soit – que la boutique fonctionne normalement.

J’insiste sur les risques sanitaires encourus par tout un client ou touriste mal informé, et devant la nonchalance des épiciers qui tiennent cette échoppe de fortune, sans même connaître – semble-t-il – les règles d’hygiène à respecter quand on décide de tenir un commerce de proximité. Pour moi-même travailler dans la recherche autour de l’alimentation et la grande consommation, les symptomatiques et maladies associées à ce que nous mangeons en 2019 (lesquelles vont crescendo vers le désastre), je ne peux demeurer neutre en constatant que de tels traitements des produits – notamment frais et surgelés, mais même les produits « secs » sont impactés par les variations extrêmes de température opérées dans ce local inadapté – et les multiples répercussions qu’ils auront, dans la mesure où ils sont en vente libre et donc prêts à être consommés par un tiers client.

D’autre part, je suis passée, suite à votre avant-dernier mail, à Franprix, au 3 boulevard Davout, pour observer l’état d’hygiène de ce magasin (dont je n’avais jamais visité les locaux), et j’ai pu récolter le témoignage des personnels sur leurs problématiques passées et actuelles, ainsi que les réelles mesures prises pour y remédier ; j’ai trouvé l’équipe plutôt saine et de bonne volonté, le magasin – si assez vieux – relativement propre.

Si la ddpp décide de ne pas prendre en charge le dossier remémoré plus haut, je me verrai dans l’obligation de trouver d’autres structures éclairées pour réagir face à cette indigeste situation.
Bien cordialement,

Natacha Guiller

samedi 7 septembre 2019

Monsieur Barco, bonjour,

Afin d’alimenter mon dernier message de vigilance, vis-à -vis d’une supérette de quartier affranchie des conditions d’hygiène de la mise en vente de ses marchandises, je vous transmets quelques clichés représentatifs de l’ambiance et organisation des produits et effets personnels des responsables du commerce.

Je tiens d’autant plus à sonner les cloches du scandale sanitaire à l’heure de la reprise scolaire, et la gravitation de tous ces petits adolescents qui, au-delà d’achats illicites de produits alcoolisés ou autre, se fournissent en confiseries et biscuits de première nécessité, probablement par là même perturbent leur microbiote sans même se comporter en dehors de la réglementation parentale ou de la législation adaptée à leur stature mineure, mais bien par l’ingestion de produits avariés ou détériorés par des conditions climatiques extrêmes et inadaptées, une négligence de l’entretien et de la conservation de ces denrées, malgré leur pellicule protectrice aux normes tout à fait défiée par les gérants de “Votre Marché”.

Dans l’attente de votre relais de surveillance.

Bien cordialement,
Natacha Guiller

samedi 26 octobre 2019
Courrier publicitaire du magasin U express (Pyrénées/Orfila), qui m’est adressé en tant que cliente fidélisée de l’enseigne.


mardi 29 octobre 2019
(des formes de vie cloaques)

1 Sonde naso-gastrique
2  La teinte grise du texte marque une dérive plus marquée vers l’autobiographie gratuite
3  Direction Départementale de la Protection des Populations

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.