Tous les articles par Nancy Murzilli

Lundi 13 mai 2019. ÉVALUATION GÉNÉRALE. Effets de l’ÉVALUATION #2

Journée d’études “Évaluation générale. Effets de l’évaluation # 2″ 
Lundi 13 mai, 9h30-18h Université Paris 8, Salle des thèses Espace Deleuze (Bât. A 1er étage)

Deuxième journée d’études autour du projet “Évaluation générale. L’Agence de notation comme dispositif artistique”, où nous réfléchirons aux effets de l’évaluation à partir de 3 axes :
– les effets de la production de l’évaluation (pathologie ou érotique de la notation)
– les effets de la réception de l’évaluation (souffrance, toxicité, émulation)
– les effets du fonctionnement de l’évaluation (modalités de circulation de la note ou des préconisations, performativité de l’évaluation)

Le projet de recherche « Evaluation générale : l’Agence de Notation comme dispositif artistique » réunit un groupe d’artistes, éditeurs, théoriciens des arts, critiques littéraires, philosophes, sociologues, politologues et gestionnaires, en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève la généralisation de l’évaluation. Il se constitue autour de l’Agence de Notation, dispositif artistique et d’enquête appelé à intervenir en situations institutionnelles réelles afin de désinvisibiliser non seulement ce qu’est l’activité d’évaluation-notation mais aussi ses effets concrets immédiats. 

 
PROGRAMME
Matinée
– 9h30-9h45
Accueil des participants
 
– 9h45-10h
Projet « Évaluation générale » : point sur les activités et prochains événements
Nancy Murzilli, Bérengère Voisin (Université Paris 8 et LHE), Christophe Hanna (Ed. Questions Théoriques, LHE)
 
– 10h-10h30
Le SWOT d’« Évaluation générale. L’Agence de Notation comme dispositif artistique #1
Magali Nachtergael (Littérature et arts contemporains, Université Paris 13, Pléiade)
 
– 10h30-11h30
Agences de notation : problématiques juridiques
Akram El Mejri (Droit, Université Paris 8, CRDPDS) 
 
– 11h30-12h30
Statactivisme
Emmanuel Didier (Sociologie, CNRS, Centre Maurice Halbwachs)
 
Après-midi
– 14h-15h
Agent double : du recours au récit dans l’administration de l’anticipation
Frédéric Claisse (Sciences politiques et sociales, IWEPS)
 
15h-16h
“J’ai fait fermer U Express”. Réinjecter de l’évaluation dans la manutention ordinaire
Natacha Guiller (Poète et artiste)
 
16h-17h
Testeur : écrire ce que valent les marchandises d’Amazon
Christophe Hanna (Théorie littéraire, Ed. Questions théoriques, LHE)
 
17h-18h 
Discussion prospective sur les lignes directrices de la suite du projet « Évaluation générale »
 
Contact : Nancy Murzilli (nancy.murzilli@univ-paris8.fr)

Lundi 15 avril 2019, L’AGENCE de notation à l’Université Paris 8 (Salle des Theses Espace DEuleuze Bât. A)

Lundi 15 avril 2019, l’Agence de Notation, animée par Christophe Hanna, notera de 13h à 16h30 le dispositif d’évaluation des projets de recherche du DIU ArTeC. Elle performera ensuite sa notation de 16h30 à 18h30.

Ce sera l’occasion de voir à l’oeuvre une modalité d’intervention de la recherche-création sur la généralisation de l’évaluation. Cette séance est ouverte au public.

Adresse :
Université Paris 8
2 rue de la Liberté
93526 Saint-Denis
Salle des thèses Espace Deleuze – Bât. A, 1er étage

Commission d’évaluation :

  • Président : Christophe Hanna,
  • Secrétaire : Amélie Ferrand,
  • Jury : Sylvain Bernardi, Mathilde Cassard, Natacha Guiller, Gérard Pantanacei

“Agence de Notation” désigne un dispositif de performances destiné à évaluer de façon spectaculaire et critique ce qui dans la réalité sociale ne s’évalue pas (encore). Ce dispositif entre en résonance avec un syndrome contemporain, propre à toute société dont la dynamique repose sur le principe de la mise en concurrence : l’accroissement sensible du marché de l’évaluation, son extension à des zones inattendues, la grande variété des pratiques évaluatives auxquelles n’importe quel citoyen se trouve soumis ou invité à devenir l’acteur et le promoteur. Dans nos démocraties tout le monde n’est pas exposé pareillement à l’évaluation. L’évaluation-notation est donc non seulement un élément du système de valorisation, mais aussi un indicateur de la manière dont peuvent se mettre en place divers régimes d’inégalité. Le protocole d’”Agence de Notation” vise à exploiter des pulsions voire des “compétences” notationnelles et évaluatives devenues monnaie courante afin de traquer et d’investir des espaces protégés de l’évaluation, des zones d’ombres qu’aucune note n’éclaire, des cibles pour lesquelles n’existe encore aucune forme d’expertise instituée, et de les soumettre à une évaluation qui sera donc par nature d’un autre genre.

Événement co-organisé par Christophe Hanna et Nancy Murzilli avec le soutien d’ArTeC.

Programme complet du Colloque de présentation des projet de recherche du DIU ArTeC les 15 et 16 avril 2019

Lundi 25 mars 2019. Évaluation générale. L’Agence de Notation comme dispositif artistique # 1

Programme 

Lundi 25 mars  – Université Paris 8

Matin 9h-13h, Salle des thèses, Espace Deleuze, 1er étage bâtiment A

9h30
Présentation du projet Évaluation générale et de l’Agence de Notation
Nancy Murzilli et Christophe Hanna
10h
Tous notables ! De la recherche du profit à la quête du crédit
Michel Feher, discutant Yves Citton
11h30
Valuations Studies : état de l’art
Valérie Pihet, discutant Olivier Quintyn
12h15
Le rôle des agences de notation du point de vue des gestionnaires
Sabrina Alioui, discutante Bérengère Voisin

Après-midi 14-18h, Salle G1, bâtiment G

14h-17h
Atelier de travail
Construction d’une boîte à outils en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève l’accroissement sensible du marché de l’évaluation, à travers des lectures, dont on extraira des thèses, hypothèses ou propositions.

Voir les lectures proposées 

17h-18h
Recherche de terrains et réflexion sur les dispositifs à mettre en œuvre pour mener une recherche-création sur l’évaluation générale.

Télécharger le programme

Le projet

Présentation du projet 

Les organisations publiques et privées s’appuient toujours plus sur des acteurs extérieurs pour éclairer leurs décisions. L’externalisation de l’expertise dans des agences de notation en fait aujourd’hui la forme privilégiée de l’expertise et un mode de gouvernance spécifique au sein des politiques publiques et des entreprises. Le projet « Évaluation générale: l’agence de notation comme dispositif artistique » mise sur l’association d’artistes et de chercheurs dans le but d’enquêter et de fabriquer des outils alternatifs pour répondre à nos besoins sociaux d’évaluation*. Il s’efforcera ainsi de répondre à des problèmes publics, en contribuant à la mise en place de socialités alternatives à celles dont le format est imposé aujourd’hui par l’institutionnalisation de chaînes d’interaction normées à l’échelle mondiale. Cela suppose un renversement de perspective qui replace le travail artistique et le pluralisme du travail scientifique, avec leurs acteurs spécifiques, dans des chaînes d’action et des réseaux de pratiques sociales qui se trouvent aujourd’hui accaparées, sur-simplifiées et mutilées par les seules disciplines économiques, gestionnaires et managériales.

Les activités d’évaluation se répandent aujourd’hui « en métastase sur nos organisations et dans l’ordinaire de nos vies » (Martucelli). Cela touche aussi bien le travail des salariés que les entreprises, les institutions, la recherche, les compétences, les risques professionnels, clients, sanitaires, environnementaux. Or l’évaluation ne se contente pas d’appliquer des valeurs, elle participe activement à la formation de ces valeurs. Elle représente à la fois «ce à quoi nous tenons» et «ce qui nous tient» (Latour, Hache), d’où un effet de tension interne, qui se renforce en temps de crise économique, politique, environnementale. Les pratiques d’évaluation relèvent d’un processus de rationalisation de nos sociétés, dans lequel les savoirs universitaires jouent souvent un rôle prépondérant. Depuis quelques décennies, elles se systématisent, se professionnalisent et tendent à se soumettre aux logiques instrumentalistes du néo-management, appliquées indifféremment aux entreprises, aux services d’État, aux universités, aux institutions culturelles, aux associations, etc.

Pour que l’évaluation puisse être envisagée comme constructive, et non seulement agitée comme une sanction ex post, il faut la resituer dans sa dimension expérientielle, que les pratiques artistiques peuvent souvent aborder plus finement que les disciplines scientifiques prévalant à l’université. Il importe de tenir compte de tout ce qui la constitue d’un point de vue pragmatique, sans en réduire la teneur aux moments institués, mais en l’envisageant dans tous les moments d’interactions entre les protagonistes impliqués dans les expériences collectives observées (Dewey). C’est ce que se proposent de faire les artistes et chercheurs associés à ce projet en confrontant leurs outils, leurs méthodes et leurs formes d’expression autour d’un enjeu commun, en inventant des dispositifs, des exercices, des technologies intellectuelles permettant une expérimentation réelle de certains problèmes publics qui jusqu’alors étaient sans formulation ni représentation. Ce projet fait le pari que c’est en testant, en activant, en corrélant des agirs sociaux au sein de dispositifs artistiques qui font entrer en collision des espaces sociaux et institutionnels hétérogènes, que pourront émerger de de nouveaux savoirs, nouveaux moyens d’interagir, de nouvelles formes de collaboration institutionnelles, de nouveaux milieux d’action, de nouveaux publics, des socialités inédites et alternatives.

La question de l’évaluation prend la dimension d’un véritable problème social dans le domaine du travail, où elle se heurte à la question de la reconnaissance (Honneth, Dejours), mais aussi à notre rapport avec la matérialité (Latour), touchant des domaines aussi variés que la sociologie du travail, le management, la psychologie, la pédagogie, la sociologie des objets. Les pratiques mises en place au nom de l’évaluation, sous l’hégémonie d’une conception néolibérale et écocidaire de la production sociale, (re)configurent activement et profondément les structures et les formes de nos médiations humaines. Ce sont tous nos rapports à nos milieux (naturels, sociaux, techniques, communicationnels) qui s’y trouvent redéfinis et réagencés.

Ces travaux sur l’évaluation auront bien entendu une résonance particulière dans le cadre d’institutions d’enseignement attribuant des «notes» à leurs étudiants. Les dispositifs pédagogiques seront l’occasion d’observer et de réfléchir aux proximités et aux divergences entre les évaluations/notations scolaires et les évaluations/notations financières.

L’Agence de Notation

“Agence de Notation” désigne un dispositif de performances destiné à évaluer de façon spectaculaire et critique ce qui dans la réalité sociale ne s’évalue pas (encore).

Ce dispositif tire son énergie et son intérêt du fait qu’il entre en résonance avec un syndrome bien contemporain, propre à toute société dont la dynamique repose sur le principe de la mise en concurrence : l’accroissement sensible du marché de l’évaluation, son extension à des zones inattendues, la grande variété des pratiques évaluatives auxquelles n’importe quel citoyen se trouve soumis ou invité à devenir l’acteur et le promoteur.

Cependant, et ce point a été un élément déterminant pour l’élaboration de ce dispositif et l’orientation des enquêtes qu’il peut amorcer, dans nos démocraties tout le monde n’est pas exposé pareillement à l’évaluation : certains jouent leur carrière sur des notes qu’ils reçoivent continuellement, d’autres ne sont jamais notés ou rarement, et les notes qu’on leur met n’ont que peu d’effet sur leur devenir. L’évaluation-notation est donc non seulement un élément du système de valorisation, mais aussi un indicateur de la manière dont peuvent se mettre en place divers régimes d’inégalité.

Le protocole d’”Agence de Notation” ne consiste ni à introduire dans les galeries, les musées, les lieux de poésie, des fictions d’évaluations telles qu’elles se mènent dans la vie sociale, comme des bilans annuels de performances ou des entretiens d’embauches, en les parodiant ou en les scénarisant, ni à essayer d’esthétiser ou d’artifier la réalité des pratiques évaluatives existantes sur leurs terrains propres. Son ambition spécifique vise plutôt à exploiter des pulsions voire des “compétences” notationnelles et évaluatives devenues monnaie courante afin de traquer et d’investir des espaces protégés de l’évaluation, des zones d’ombres qu’aucune note n’éclaire, des cibles pour lesquelles n’existe encore aucune forme d’expertise instituée, et de les soumettre à une évaluation qui sera donc par nature d’un autre genre.

À partir des matériaux rassemblés, il s’agira d’inventer un dispositif de traitement qui permettra une redescription, une reformulation et une nouvelle représentation du problème exploré, instituant (désinstituant/réinstituant) ainsi de nouveaux usages. De tels dispositifs prendront appui sur des situations et des normes d’évaluation existantes pour imaginer d’autres formes d’évaluation, d’autres systèmes de notation, y mettre en évidence ou en détourner les jeux de langage, en déplacer le sens, les court-circuiter et en inventer de nouveaux en vue d’expérimenter d’autres formes de socialité à même de trouver des solutions inédites aux problèmes publics que soulève l’évaluation. La dimension poétique de ce travail prendra pour pivot la notion de « notation », à la fois saisie sélective de fragments de réalité, dispositif d’écriture-transcription et attribution de valeur au sein d’une échelle graduée.

Dans la phase 2019 du projet, l’objectif de l’ «Agence de notation» sera, entre autres, d’enquêter sur le Centre Pompidou en investissant ses lieux pour en fournir une évaluation. Les travaux seront menés dans une démarche de formation par la recherche-création, dans laquelle seront impliqués les doctorants et masterants des équipes partenaires et de l’EUR ArTeC.

 

*Une première version de l’Agence de notation a été présentée par Christophe Hanna en 2018 au Festival PAN! de Limoges.

Eléments bibliographiques

Évaluation et agences de notation

Balandier G. (dir.), Ce qu’évaluer voudrait dire, Cahiers internationaux de sociologie, 2010, n° 128-129.

Boltanski Luc, Thévenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, 1991.

Boltanski Luc, Esquerre Arnaud, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Gallimard, 2017.

Brenneis Don, « Reforming Promise », in Documents. Artifacts of Modern Knowledge, Annelise Riles (dir.), The University of Michigan Press, 2006.

Bruno I., et al., Statactivisme, Comment lutter avec des nombres, La Découverte, 2014.

Bruno I., Didier E., Benchmarking : l’État sous pression statistique, La Découverte, 2013.

Bonacci L., Fourt X., Bureau d’études (collectif), URL : http//:bureaudetudes.org.

Cassin Barbara (dir.), Derrière les grilles. Sortons du tout-évaluation, Mille et une nuits, 2014.

Citton Yves et Querrien Anne, “Art et valuation. Fabrication, diffusion et mesure de la valeur”, Multitudes,  2014/3 (n°57), M57-Citton-Querrien-ArtEtValuation

Degos Jean-Guy, Ben Hmiden Oussama, Henchiri Jamel E., « Les agences de notation financières. Naissance et évolution d’un oligopole controversé », Revue française de gestion 2012/8 (N° 227), pages 45 à 65, https://www.cairn.info/revue-francaise-de-gestion-2012-8-page-45.htm

Dejours Christophe, L’Évaluation du travail à l’épreuve du réel. Critique des fondements de l’évaluation, INRA, 2003, https://www.cairn.info/l-evaluation-du-travail-a-l-epreuve-du-reel–9782759224609.htm

Dewey John, La Formation des valeurs, La Découverte, 2011.

Didier E., En quoi consiste l’Amérique ? Les statistiques, le New Deal et la Démocratie, Paris, La Découverte, 2009.

Didier Samuel, Weill Nicolas, Les dessous du triple A: agences de notation : récit de l’intérieur, Omniscience, 2012.

Feher, Michel, Le temps des investis. Essai sur la nouvelle question sociale, La Découverte, 2017.

Gadrey Jean et Jany-Catrice Florence, Les nouveaux indicateurs de richesse, La Découverte, 2016, https://www.cairn.info/les-nouveaux-indicateurs-de-richesse–9782707190635-page-9.htm

Gaillard Norbert, Les Agences de notation, La Découverte, 2010, https://www.cairn.info/les-agences-de-notation–9782707158307.htm#  

Gardella E., Levergne C., « Problèmes publics, évaluation et militantisme », Tracés, n° 9, 2009.

Hanna, Christophe, Argent, Ed. Amsterdam, 2018.

Heinich, Nathalie, Des valeurs. Une approche sociologique, Gallimard, 2017.

Honneth A., La société du mépris, La Découverte, 2008.

Honneth A., La Lutte pour la reconnaissance, folio Gallimard 2013.

Jacob S., Génard J.-L., Expertise et action publique, Université de Bruxelles, 2004.

Jany-Catrice Florence, “Quand mesurer devient maladif”, Revue Projet 2012/6 (n° 331), https://www.cairn.info/revue-projet-2012-6-page-6.htm

Kjelberg H., et al., « Valuation Studies? Our Collective Two Cents », Valuation Studies, 1(1), 2013.

Koller T., Goedhart M., Wessels D., Valuation: Measuring and Managing the Value of Companies, McKinsey & Company Inc., 2010.

Krippner Greta R. , “Bearing risks and being watched”, Public Books,  26 février 2019, http://research.gold.ac.uk/25906/

Lamont Michèle, Mallard G., Peer Evaluation in the Social Sciences and Humanities Compared : The United States, the United Kingdom, and France, rapport réalisé pour le Social Sciences and Humanities Research Council of Canada, Ottawa, 2005.

Lamont Michèle, The Evaluation of Systematic Qualitative Research in the Social Sciences, National Science Foundation, 2008.

Lamont Michèle, How Professors Think. Inside the Curious World of Academic Judgment, Harvard University Press, 2009.

Lamont Michèle, « Toward a Comparative Sociology of Valuation and Evaluation », Annual Review of Sociology 38 (21), 2012.

Latour Bruno, Enquête sur les modes d’existence : Une anthropologie des modernes, La Découverte, 2012.

Martin Randy, “La logique sociale de la dérivation financière”, Multitudes, 2018/2 (n° 71), MARTIN-LogiqueSocialeDerivationsFinancieres-M71-2018

Massumi Brian, « Réévaluer la valeur pour sortir du capitalisme », in Multitudes 2018/2 (n° 71).

Ouroussoff Alexandra, Triple A. Une anthropologue dans les agences de notation, Paris, Belin, 2013.

Moulin R., De la valeur de l’art, Flammarion, 1995.

Perret B., L’Évaluation des politiques publiques, La Découverte, 2014.

Renault Emmanuel, Mépris social, Le Passant, 2001.

Rosamond Emily,  “Le capital de tempérament : les Actions à impact social et la financiarisation du comportement”. Mouvements, n°97, 2019, https://www.publicbooks.org/bearing-risks-and-being-watched/

Simonet, François, « L’évaluation : objet de standardisation des pratiques sociales », Cités, 2009/1 (n° 37), https://www.cairn.info/revue-cites-2009-1-page-91.htm#

Strathern M., Audit Cultures: Anthropological Studies in Accountability, Ethics, and the Academy, Routledge, 2000.

Strathern M., « Bullet-proofing : A Tale from the United Kingdom », in Documents. Artifacts of Modern Knowledge, Annelise Riles (dir.), The University of Michigan Press, 2006.

Zarka Yves (dir.), L’idéologie de l’évaluation, Cités,  2009/1 (n° 37), https://www.cairn.info/revue-cites-2009-1.htm

Gouvernement et gouvernance

Alioui, Sabrina, L’impact de la gouvernance sur le niveau de divulgation d’information des grandes sociétés cotées françaises, thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Védrine et de Robert Teller, 2011.

Baschet Jérôme, Adieux au capitalisme. Autonomie, société du bien vivre et multiplicité des mondes, La Découverte, 2014, 
http://widget.editis.com/ladecouverte/9782707177230/#page/41/mode/1up

Chamayou Grégoire, La société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire, La fabrique, 2018.

Dardot P., Laval C., La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, La découverte, 2010.

Dewey John, Le public et ses problèmes, Éditions Farrago/Université de Pau, 2003.

Lascoumes P., Le Gales P., Gouverner par les instruments, Sciences Po, 2005.

Latour Bruno, Où atterrir ? Comment s’orienter en politique, La Découverte, 2017.

Zask Joëlle, Participer : Essai sur les formes démocratiques de la participation, Ed. Le Bord de l’eau, 2011.

Art, politique, action

Citton, Yves, Médiarchie, Seuil, 2017.

Collectif, Toi aussi tu as des armes. Poésie & politique, La fabrique, 2011.

Cometti J.-P., Art, modes d’emploi. Esquisse d’une philosophie de l’usage, La lettre volée, 2000.

Cometti Jean-Pierre, Matteucci G. dir., Après l’art comme expérience. Esthétique et politique aujourd’hui à la lumière de John Dewey, Questions théoriques, 2017.

Dewey John, L’art comme expérience, Farrago/Publications de l’université de Pau, 2005.

Gell Alfred, L’Art et ses agents, une théorie anthropologique, Presses du réel, 2009.

Goodman Nelson [1984], L’art en théorie et en action, L’éclat, 1996.

Hanna, Christophe, Poésie action directe, Ed. Al Dante, 2003.

Hanna, Christophe, Nos dispositifs poétiques, Questions théoriques, 2010.

Imhoff A., Quiros K., de Toledo C., Les Potentiels du temps. Art et politique, Manuela, 2016.

Jeanpierre Laurent, Florian Nicodème et Pierre Saint-Germier, «Possibilités réelles», Tracés. Revue de Sciences humaines, 24 | 2013, http://journals.openedition.org/traces/5614

Joas Hans, La créativité de l’agir, Cerf, 1999.

Leibovici Franck, des documents poétiques, Questions théoriques, 2007.

Leibovici Franck, (des formes de vie) une écologie des pratiques artistiques, Questions théoriques, 2007.

Lemoine, S., Ouardi, S., Artivisme : art, action politique et résistance culturelle, Alternatives, 2010.

Quintyn O., Dispositifs/Dislocations, Ed. Al Dante/Questions théoriques, 2007.

Quintyn Olivier, Implémentations/Implantations : pragmatisme et théorie critique. Essais sur l’art et la philosophie de l’art, Questions théoriques, 2017.

Rosenthal, Olivia, Ruffel, Lionel (dir), La Littérature exposée 2. Littérature. vol. II, n° 192, 2018.

Ruffel, L., Brouhaha, les mondes du contemporain, Verdier, 2016.

Shusterman R., Pragmatic Aesthetics. Living beauty, Rethinking art, Blackwell, 1992.

Recherche-création

Becker Howard, Comment parler de la société ? Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, La Découverte, 2009.

ChapmanOwen  & Sawchuk Kim, “Research-Creation: Intervention, Analysis and “Family Resemblances”, Canadian Journal of Communication Vol 37 (2012) 5-26, https://www.cjc-online.ca/index.php/journal/article/view/2489/2766

Delacourt S., Schneller K., Théodoropoulou V., Le chercheur et ses doubles, B42, 2016.

Dewey John, Logique : la théorie de l’enquête, PUF, 1967.

Gilbert, A. dir., Publishing as Artistic Practice, Sternberg Press, 2016.

Goodman Nelson [1968], Manière de faire des mondes, Jacqueline Chambon, 1992.

Huyghe Pierre-Damien , Contre-temps. De la recherche et de ses enjeux : arts, architecture, design, B42, 2017, https://journals.openedition.org/critiquedart/27382

Landy Joshua, How to do things with fictions, Oxford University Press, 2012.

Manning Erin, Massumi Brian, Pensée en acte. Vingt propositions pour la recherche-création, Yves Citton (éd.), Presses du réel, 2018.

LECTURES POUR L’ATELIER DE TRAVAIL DU 25 MARS 2019

Lectures proposées 

par Yves Citton :

par Michel Feher :

par Christophe Hanna :

par Nancy Murzilli :

par Magali Nachtergael :

  • Éric Loret, Petit manuel critique, Les Prairies Ordinaires , 2015, loret

 

Évaluation générale

Sous l’effet du néolibéralisme et de la révolution numérique, les activités d’évaluation s’emballent, se généralisent, s’érotisent, deviennent frénétiques et paradoxales. Le projet de recherche « Evaluation générale : l’Agence de Notation comme dispositif artistique », financé par l’EUR ArTeC (ComUE UPL), réunit un groupe d’artistes, éditeurs, théoriciens des arts, critiques littéraires, philosophes, sociologues, politologues et spécialistes en sciences de gestion, en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève la généralisation de l’évaluation. Il se constitue autour de l’« Agence de Notation », dispositif artistique et d’enquête appelé à intervenir en situations institutionnelles réelles afin de désinvisibiliser non seulement ce qu’est l’activité d’évaluation-notation mais aussi ses effets concrets immédiats. Ce carnet collaboratif se veut un espace d’échange, de ressources et une vitrine des actions de ce groupe de recherche-création.