Compte-rendu détaillé en textes, photos et dessins de la journée d’etudes du 25 mars 2019

Compte rendu établi par Nancy Murzilli, Valérie Pihet et Bérengère Voisin

avec les notes manuscrites de Natacha Guiller et les vidéos d’Amélie Ferrand et de Serena Cello

La journée d’études du 25 mars 2019 « Evaluation générale. L’Agence de notation #1 », ouverte au public, a réuni les participants autour du projet Évaluation générale, de 9h30 à 18h à l’Université Paris VIII.

Cette journée a été l’occasion d’une première réunion collective pour le lancement des travaux autour du projet “Evaluation générale. L’Agence de notation comme dispositif artistique” soutenu par l’EUR ArTeC, dans le cadre de l’appel à projet 2019, et réalisé en partenariat avec l’EA Litt Hist(s) Esth (U. Paris 8), EA Scènes du monde (U. Paris 8), UMR CRESPPA (Centre de recherches sociologiques et politiques CNRS – U. Paris 8 – U. Paris 10), Centre Pompidou, le Centquatre Paris, Éditions Questions théoriques et l’ARGEC (U. de Gênes).

Les collaborateurs du projet en présence étaient : Sabrina Alioui, Anne-Laure Blusseau, Elisa Bricco, Serena Cello, Natacha Guiller, Amélie Ferrrand, Christophe Hanna, Franck Leibovici, Isabelle Mayaud, Nancy Murzilli, Magali Nachtergael, Valérie Pihet, Olivier Quintyn, Bérengère Voisin, Joëlle Zask.

Les invités : Yves Citton, Michel Feher.

Les participants : étudiants du DIU ArTeC, doctorants d’ArTeC, artistes et chercheurs indépendants.

Nombre de personnes : 35.

Cette première réunion collective avait pour but de présenter les enjeux d’une généralisation de l’évaluation et de mettre en place des modalités de recherche et d’actions pour mener à bien le projet de recherche-création « Evaluation générale. L’Agence de Notation comme dispositif artistique » en fonction des compétences et des intérêts de chacun des collaborateurs.

 

Matinée

Nancy Murzilli et Christophe Hanna, présentation du projet et de l’Agence de Notation

Nancy Murzilli souligne que cette journée lance aussi les travaux autour du projet “Evaluation générale. L’Agence de notation comme dispositif artistique” soutenu par l’EUR ArTeC, dans le cadre de l’appel à projet 2019, et réalisé en partenariat avec l’EA Litt Hist(s) Esth (U. Paris 8), EA Scènes du monde (U. Paris 8), UMR CRESPPA (Centre de recherches sociologiques et politiques CNRS – U. Paris 8 – U. Paris 10), Centre Pompidou, le Centquatre Paris, Éditions Questions théoriques et l’ARGEC (U. de Gênes).

Elle remercie les personnes qui ont contribué à l’organisation de cette journée et annonce le programme de la journée qui se déroulera en deux temps :

– Le matin nous nous interrogerons sur la fonction des agences de notations dans les mutations actuelles de la société et sur ce que nous disent de la valeur, de la valuation et de l’évaluation les études sur l’évaluation.

– l’après-midi sera consacré à un atelier de travail où nous commencerons par essayer de construire une boîte à outils sur la question de la généralisation de l’évaluation. Les collaborateurs qui le souhaitent pourront, à partir de la lecture quelques textes, émettre des propositions en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulèvent à la fois l’aporie de la valeur et la frénésie de l’évaluation.

La fin de la journée sera dédiée à la recherche de terrains d’action et à des réflexions sur les dispositifs à mettre en oeuvre pour notre recherche-création.

– Le projet :

Après avoir évoqué la genèse du projet, elle précise que ce projet, en tant qu’il s’inscrit dans le programme de l’EUR ArTeC, répond à deux de ses versants :

– Le premier est celui de “la formation par la recherche”, où les étudiants sont invités à participer à des projets de recherche en cours. C’est pourquoi une partie de ce projet se développera dans un module du Master d’ArTeC à la rentrée 2019.

– Le second est celui de “la recherche-création”, qui nous intéresse plus directement aujourd’hui. La question de la recherche-création est une de celle qui doit nous préoccuper aujourd’hui notamment, car c’est l’un des défis sur lesquels repose ce projet : comment mener des recherches non pas “avec” l’art, mais “par” l’art ? Nos cadres et nos protocoles habituels de recherche, tant artistiques que scientifiques, en seront nécessairement ébranlés. C’est justement ce que nous souhaitons, mais tout est encore à inventer. Qu’est-ce vraiment que la recherche-création ? Quels en sont les enjeux? 

Le projet « Évaluation générale: l’agence de notation comme dispositif artistique » mise sur l’association d’artistes et de chercheurs dans le but d’enquêter et de fabriquer des outils alternatifs pour répondre à nos besoins sociaux d’évaluation. Il se donne pour objectif d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulève l’accroissement sensible du marché de l’évaluation, et de contribuer ainsi à la réflexion sur des formes de socialités alternatives à celles dont le format est imposé aujourd’hui par l’institutionnalisation de chaînes d’interaction normées à l’échelle mondiale. Cela suppose un renversement de perspective qui replace le travail artistique et le pluralisme du travail scientifique, avec leurs acteurs spécifiques, dans des chaînes d’action et des réseaux de pratiques sociales qui se trouvent aujourd’hui accaparées par les seules disciplines économiques, gestionnaires et managériales.

Comme le remarquent Isabelle Bruno et Emmanuel Didier, “L’évaluation est tellement systématique aujourd’hui qu’elle tend à se confondre avec l’action elle-même”. L’instrumentation de l’Etat néolibéral consiste en une évaluation quantitative et comparative permanente de l’activité des agents, mis en compétition par une technologie que l’on peut appeler le benchmarking. Le constat d’un accroissement et d’une extension dangereux de l’évaluation à tous les domaines de la vie se retrouve chez de nombreux auteurs, entre autres, Michel Feher, Brian Massumi, Yves Citton et Anne Querrien, Danilo Martucelli, selon qui, les activités d’évaluation se répandent aujourd’hui « en métastase sur nos organisations et dans l’ordinaire de nos vies ». Cela touche aussi bien le travail des salariés que les entreprises, les institutions, la recherche, les compétences, les risques professionnels, clients, sanitaires, environnementaux. Or l’évaluation ne se contente pas d’appliquer des valeurs, elle participe activement à la formation de ces valeurs. Elle représente à la fois «ce à quoi nous tenons» et «ce qui nous tient», selon les mots de Bruno Latour. D’où un effet de tension interne, qui se renforce en temps de crise économique, politique, environnementale. Les pratiques d’évaluation relèvent d’un processus de rationalisation de nos sociétés, dans lequel les savoirs universitaires jouent souvent un rôle prépondérant. Depuis quelques décennies, elles se systématisent, se professionnalisent et tendent à se soumettre aux logiques instrumentalistes du néo-management, appliquées indifféremment aux entreprises, aux services d’État, aux universités, aux institutions culturelles, aux associations, etc. Les pratiques mises en place au nom de l’évaluation, sous l’hégémonie d’une conception néolibérale et écocidaire de la production sociale, (re)configurent activement et profondément les structures et les formes de nos médiations humaines. Ce sont tous nos rapports à nos milieux (naturels, sociaux, techniques, communicationnels) qui s’y trouvent redéfinis et réagencés.

Pour que l’évaluation puisse être envisagée comme constructive, et non seulement agitée comme une sanction ex post, il faudrait la resituer dans sa dimension expérientielle, que les pratiques artistiques peuvent souvent aborder plus finement que les disciplines scientifiques prévalant à l’université. Il importe de tenir compte de tout ce qui la constitue d’un point de vue pragmatique, sans en réduire la teneur aux moments institués. C’est ce que se proposent de faire les artistes et chercheurs associés à ce projet en confrontant leurs outils, leurs méthodes et leurs formes d’expression autour d’un enjeu commun, en inventant des dispositifs, des exercices, des technologies intellectuelles permettant une expérimentation réelle de certains problèmes publics qui jusqu’alors étaient sans formulation ni représentation. L’association d’artistes et de chercheurs vise à fabriquer des outils pour inventer des formes alternatives d’évaluation. Les pratiques d’évaluation se soumettent à des normes qui reconfigurent les rapports sociétaux. Il s’agit d’inventer des dispositifs permettant un réel investissement réflexif de problèmes publics.

Nancy Murzilli annonce l’ouverture d’un carnet de recherche (https://evalge.hypotheses.org) et les futurs événements actuellement programmés :

15 avril 2019, Intervention de l’Agence de notation lors de l’évaluation des projets de thèse des étudiants du DIU d’ArTeC, de 14h à 18h à l’Université Paris 8, salle G1 : L’Agence de notation notera le dispositif d’évaluation. Objectif : voir comment le dispositif de notation intervient sur la note et ce qu’on note vraiment. L’agence de Notation pose des questions de transparence.

– 13 mai 2019 : deuxième rencontre autour du projet “Evaluation générale”, dont le programme sera élaboré à l’issue de cette première journée.

11-15 septembre 2019, Festival Extra ! La littérature hors du livre au Centre Pompidou : L’Agence de notation évaluera ce qui n’est habituellement pas évalué au Centre Pompidou, comme par exemple : le bureau du président, la preview du vernissage d’une importante exposition, etc.)

– Mi-novembre : Une journée d’études viendra clôturer la première édition de ce projet.

 

Christophe Hanna a ensuite présenté le protocole et les enjeux d’une Agence de Notation comme dispositif artistique.

“Agence de Notation” désigne un dispositif de performances destiné à évaluer de façon spectaculaire et critique ce qui dans la réalité sociale ne s’évalue pas (encore). L’action de l’Agence de Notation s’inscrit dans le domaine de la poésie spectacle ou poésie performée. Le spectacle est ici utilisé comme une dynamique et pas seulement comme divertissement, il n’a rien de parodique. Il s’agit d’une Agence d’évaluation alternative de choses qu’on ne note jamais, dans des domaines pour lesquels il n’existe pas d’expertise instituée (le bureau du président du Centre Pompidou, une preview du vernissage d’une importante exposition, le dispositif de notation de projets d’étudiants, etc.).

D’où vient la compulsion à l’évaluation ?

Trois indices pour dénoncer le fonctionnement des évaluations :

  • La prédictibilité : les agences de notation ont-elles capables de prévoir ce qui va advenir?
  • L’impact sur la réalité des performances : les notations peuvent conduire au découragement, à l’impossibilité de se relever d’une situation de crise (pays endettés)
  • L’opacité de leurs actions. En découle-t-il des préconisations ? Problème de la transparence.

Qu’est-ce qu’on fait exactement quand on note ?

Les agences de notations sont souvent perçues comme des boîtes noires. La note fonctionne comme une image, tandis que les appréciations ne permettent pas de calculs.

L’évaluation repose très souvent sur des concepts flous, qui ne sont compréhensibles que par ostentation : autorité, élégance, qualité littéraire, charisme, solidité, etc. Tous les critères désignent des valeurs (floues) qui ne sont compréhensibles que dans le spectacle de leur apparence.

Une critique de l’évaluation permet de pointer les frontières de la notation, d’observer la démocratie à travers sa tambouille.

Finalité de l’Agence de Notation comme dispositif artistique :

– produire des dispositifs alternatifs à partir de poésie spectacle;

– noter des choses qu’on ne note jamais et de façon différente.

L’Agence de Notation se propose de produire un jury acceptable selon des critères ordinaires (parité, respect des diversités). Il sera constitué de personnes n’appartenant à aucun groupe d’expertise en rapport évident avec le sujet à noter. Les membres ne s’exprimeront qu’en leur nom. Ce jury observera en contexte ce qui lui sera proposé de noter. Ensuite, le jury se réunira en public et procédera à une notation. Il s’agira de faire saillir des prises de positions spontanées, des critères larvés, des blocages parfois dus à la structure même de l’Agence et à la façon dont le discours y circule. L’animateur questionnera chaque membre et élaborera avec lui (ce sera la partie la plus poétique de la performance) une appréciation personnelle qui sera bien sûr communiquée au principaux intéressés avec la note.

 

Puis, les trois intervenants suivants se sont interrogés sur la fonction des agences de notations dans les mutations actuelles de la société et sur ce que nous disent de la valeur, de la valuation et de l’évaluation les études sur l’évaluation.

Michel Feher, “Tous notables ! De la recherche du profit à la quête du crédit”

Discutant Yves Citton

Michel Feher a présenté la thèse, exposée dans son ouvrage Le temps des investis. Essai sur la nouvelle question sociale  (La Découverte, 2017), selon laquelle notre société est passée d’un capitalisme du profit (capitalisme néolibéralisé) a un capitalisme du crédit (capitalisme financiarisé).

L’évaluation des titres sur les marchés financiers n’est pas fonction de la « valeur » intrinsèque, mais est un indicateur de « popularité » par les autres investisseurs. On spécule sur l’avis des autres investisseurs. De ce fait, le revenu du titre importe peu. C’est la valeur du titre qui compte pas sa capacité à produire du revenu. Les marchés financiers sont des dispensateurs de notes. Il s’agit de générer des notes dont les paramètres d’évaluation changent simultanément et sans cesse. Le fait que le prix d’un titre augmente est le signe que c’est un bon projet. Le prix est donc lié aux rumeurs (boom et bust, yo-yo du marché). L’évaluation des titres sur les marchés financiers n’est pas fonction du futur que l’on anticipe, on n’investit pas pour le revenu futur d’une entreprise, mais pour l’opinion des investisseurs sur le titre. Ex du concours de beauté : il faut penser à celle que les autres électeurs penseront être la plus belle et pas ce que l’on en pense personnellement. La valeur du titre n’est pas fonction de négociations qui amènent à un prix d’équilibre mais de notes qui sont fonctions de spéculations qui changent tout le temps. Spéculation : le futur proche ne cesse de préempter le futur lointain.

Une entreprise capitaliste doit lever des fonds pour produire des marchandises et les vendre avec profit. Dans le capitalisme financiarisé on décide de ce que l’on va vendre pour lever des fonds. Le processus est inversé. Les entreprises rachètent leurs actions sur le marché secondaire pour faire monter les prix, car moins  il y a d’actions et plus elles sont chères. Ce qui compte n’est pas la valorisation du revenu mais l’augmentation du capital. Cela inverse le sens du capitalisme lui même.

Les Etats en empruntant se mettent aussi à la merci des marchés. Pour les états, même basculement : on passe à une primauté du crédit pour les Etats comme pour les entreprises. Les Etats se préoccupent essentiellement de la valeur de leur titre sur les marchés.

En effet, l’Etat va aider les entreprises à attirer les investisseurs. Or si c’est la logique à appliquer l’Etat perd beaucoup de revenus fiscaux et donc emprunte. Mais dès lors qu’on emprunte, on devient à la merci des marchés financiers. Ni l’entreprise, ni l’Etat ne pourront offrir ce qu’ils offraient avant, ce qui veut dire que les salariés ne pourront plus miser sur leur salaire et/ou retraite, mais qu’ils vont devoir investir sur leur capital personnel : développement du crédit privé, l’emprunt sera gagé sur la valeur du diplôme, l’emprunt sera gagé sur la valeur de la maison que l’on veut acheter, sur une réputation de fiabilité. Pour les individus, l’essentiel pour prospérer ou survivre c’est la valeur de leurs actifs. Les gens vont eux aussi de plus en plus miser sur la valeur de leurs actifs : compétences sur le marché du travail, développement du crédit privé. Au niveau du marché du travail, « l’uberisation » fait que les salariés sont totalement dépendants de leur réputation (capital réputationnel) et ceci va entrer en résonance avec les réseaux sociaux. La poursuite du crédit sur les réseaux sociaux les rend omnipotents. Les plateformes permettent de partager et de prendre part à certains groupes, certains réseaux qui vont vous valoriser, qui vont valoriser votre crédit. Et c’est la frontière entre le non économique et l’économique qui disparaît.

Comment résister au capitalisme financiarisé ?

Deux critiques du néo-libéralisme :

  • le néolibéralisme aurait corrodé toutes les solidarités : atomisation du monde qui ferait que le monde produit de l’individualisme et plus de solidarité sociale,
  • le néolibéralisme serait l’économisation du monde, une invasion de l’économique sur le non économique. Ce qui est désintéressé et sans prix n’existerait plus

Mais ces deux critiques ne s’appliquent pas au capitalisme financiarisé :

  • Si la poursuite du crédit est l’aboutissement, rappelons-nous que tout crédit moral ou financier est toujours offert par d’autres. L’idée d’isolement est en fait illusoire, mais cela signifie qu’il faut repenser aux formes de solidarité. Il faut que les solidarités se jouent dans ces accréditations ou discréditations. Accréditation et discrédit : jeux d’évaluation permanent.
  • Savoir si telle chose a une valeur économique ou non n’est plus tellement la question. On assiste plutôt à la fin de la pertinence de l’opposition entre l’économique et le non économique, de l’opposition entre la vie consacrée à l’intérêt et une autre part sans intérêt. On assiste à des rapports étranges entre le social et l’économique qui s’opposent à ceux du monde libéral victorien du XIXe s.

Ces deux différences peuvent ouvrir à des propositions riches du point de vue de la résistance au capitalisme financiarisé, à de nouvelles formes de solidarités. L’objectif est alors de peser sur l’allocation du crédit : Agences de notation alternatives se fondant sur des critères environnementaux ou sociaux qui vont jouer sur les nerfs des entrepreneurs = militantisme d’investis. Ex. #Metoo. Discréditer des conduites et réacréditer des vies menacées = mouvements spéculatifs.

Valérie Pihet, “Valuations Studies : état de l’art”

Discutant Olivier Quintyn

Valérie Pihet explique à quel point il est difficile d’établir un état de l’art exhaustif de la littérature touchant aux questions d’évaluation tant elle porte sur des objets et des sujets extrêmement variés. L’évaluation est par ailleurs un sujet étudié de multiples façons et abordé dans de nombreuses disciplines : sociologie, STS, management, anthropologie, histoire, économie, philosophie, études comptables, géographie, études littéraires etc.  Michèle Lamont a repéré huit différents types de littérature rien qu’en sociologie (sociologie culturelle, économique, des sciences, des organisations, des inégalités, des institutions, des politiques publiques, psychologie sociale).

Il n’existe pas moins d’une vingtaine de revues de langue anglaise comprenant le terme “evaluation” (American Journal of Evaluation, Research Evaluation, Evaluation and Program Planning, New directions for Evaluation, etc), et certainement le triple si on considère également les termes d’assessement, accounting, accountability, measurement et si on inclut les revues de statistiques. Une grande partie de ces revues sont apparues à partir des années 1970/80 et existent encore pour la plupart aujourd’hui. Ce sont principalement des revues professionnelles, le plus souvent centrées sur un domaine particulier: éducation, emploi, entreprises, programmes, santé, etc.

 

Ce n’est qu’à partir des années 2000, et surtout 2010, que nous voyons apparâitre l’usage de l’expression “evaluation studies” (ou “valuation studies”), avec une volonté de tenter de définir un champ propre d’études autour des questions d’évaluation qui soit résolument transdisciplinaire.  Bien qu’il y ait quelque chose d’absurde à vouloir qualifier un champ d’étude de l’évaluation tant elle est partout et qu’elle rencontre à peu près le champ entier des SHS, les principaux acteurs de ce tournant expriment néanmoins la nécéssité, voire l’urgence, de trouver des moyens de prendre en considération le “problème” de l’évaluation généralisée, notamment pas la mise en oeuvre d’un dialogue systématique entre les différents champs de recherche cités plus haut qui restent très cloisonnés.  Pour Cefai, Endress, Nicolae et Zimmermann, il semble plus intéressant de considérer les “evaluation studies” comme un focus de perspective transversal à toutes les sciences sociales à partir du moment où elles s’intéressent aux manières qu’ont les acteurs d’attribuer une signification à ce qu’ils font et aux transactions qu’ils opèrent avec les choses et les gens (la manière dont ils définissent, catégorisent, meusrent, comparent, valuent et évaluent les situations), plutôt que comme une sous-discipline de la sociologie.

Cet intérêt croissant pour l’étude de toutes les formes de valuation et d’évaluation n’est pas dénué d’un intérêt politique marqué, et souvent affiché, comme en témoignent, par exemple, le numéro spécial de Vacarmes, “Pour en finir avec l’évaluation” (2008) ou l’ouvrage collectif publié par Barbara Cassin et un collectif de chercheurs, “Derrière les grilles. Sortons du tout-évaluation” (2015). Michèle Lamont évoque également l’importance de penser des types d’institutions et des répertoires culturels capables de soutenir l’hétérarchie. Un autre courant, représenté notamment par Emmanuel Didier et Isabelle Bruno dans leur ouvrage collectif “Statactivisme”, nous engage à plutôt combattre les chiffres par les chiffres. Ils s’inscrivent dans la ligne, d’une part,  d’un nombre important de recherches menées en sociologie économique ces dernières années qui renouvellent l’étude et l’analyse de l’expérience économique à travers un prisme moral (Vatin); d’autre part, d’études quantitatives qui adoptent une approche réflexive sur ses propres opérations (Desrosières). Ces travaux ont permis aux chercheurs de se sensibiliser aux questions de mesure du social et de la construction sociale des chiffres.

Valérie Pihet choisit de concentrer son attention sur la revue Valuation Studies. Fondée en 2013 par deux chercheurs en sociologie économique et STS, Fabien Muniesa (Centre de Sociologie de l’Innovation, Ecole des Mines) et Claes-Fredrik Helgesson (Linköping University, Suède).

Pour le premier papier de la revue, ses deux initiatieurs ont demandé à un groupe de chercheurs, les 16 membres du comité scientifique et éditorial de la revue, quelles étaient pour eux les raisons de s’intéresser à l’évaluation. La raison la plus fréquemment énoncée est celle de la pertinente et de l’importance de traiter la question de l’évaluation de manière empirique devant les nombreux changements observés dans nos manières de produire et transformer valeur et valeurs, ainsi que les nombreuses controverses récentes sur les pratiques d’évaluation (éducation, recherche, économie etc). Ces chercheurs partagent également le constat d’un challenge théorique, les approches théoriques dominantes de la valeur étant hautement problématiques, tant en économie, qu’en sociologie et en marketing. Ils identifient trois défis: porter davantage attention aux dynamiques processuelles des évaluations, en opposition à une conception statique qui considère principalement la mise en oeuvre de valeurs données (Diane-Laure Arjalies); prendre en compte le caractère collectif, non linéaire et multidimensionnel des processus d’évaluation, plutôt que de se concentrer sur la traduction des systèmes de valeur dans un système métrique commun (Susi Geiger); travailler à une meilleure articulation entre l’analyse des valeurs morales et de la valeur économique (François Vatin). Michèle Lamont et Stefan Beljean insistent sur l’importance du développement d’une recherche théorique de l’évaluation afin de dépasser l’accumulation de cas et de fournir une représentation plus complète des processus d’évaluation. Enfin, ils voient dans l’étude de l’évaluation une opportunité pour de nouvelles approches méthodologiques et conceptuelles (rapprochements entre différents courant de pensées et différents objets d’études), mais surtout pour l’élaboration de perspectives théoriques et méthodologiques soutenant l’évaluation de projets qui aillent au-delà de l’application des outils économiques traditionnels.

Cette revue a pour objectif le débat et le dialogue sur l’activité d’évaluation comme pratique sociale, mais également d’explorer ces activités de manière empirique, théorique et méthodologique. L’évaluation désigne ici toute pratique sociale dans laquelle la valeur de quelque chose est établie, évaluée, négociée, provoquée, maintenue, construite et/ou contestée. L’intention de la revue est donc de s’intéresser aux agencements socio-techniques hautement complexes impliquant un grand nombre d’instruments et d’acteurs que performent ces pratiques de valuation, ainsi qu’aux produits de ces activités et des transformations qu’ils produisent dans l’ordre des valeurs. Traiter de l’évaluation comme une pratique sociale signifie traiter également le problème de la construction sociale : s’il y a un commun accord pour dire que la valeur est une construction sociale, la signification de « construction sociale » reste ambiguë et le débat sur cette question reste ouvert. Le sens de cette expression est souvent associé en sciences sociales à l’idée que quelque chose est le produit d’une croyance partagée : la valeur existe parce que les gens pensent qu’elle existe. Mais la valeur peut aussi être conçue comme le résultat d’une série d’activités dont le but est de rendre les choses évaluables. Un autre challenge consiste pour la revue dans l’exploration de la polysémie de la notion d’évaluation et les différences de polysémies dans différentes langues. Un dernier serait de traiter la flexibilité de la notion d’évaluation, faisant apparaitre ou non le registre économique.

Il semble difficile de ne pas voir dans la création de cette revue l’héritage de John Dewey, philosophe pragmatiste américain, notamment auteur d’un texte intitulé “Theory of valuation”, d’autant que les auteurs font partie des chercheurs qui témoignent de la résurgence, plus ou moins récente, d’un intérêt pour la philosophie pragmatiste. La version française du texte de Dewey a été plubliée en 2011 aux Empêcheurs de penser en rond avec une préface d’Alexandra Bidet, Louis Quéré et Gérôme Truc qui soulignent notre difficulté à définir de manière précise ce que sont les “valeurs” et voient dans le texte de Dewey, peu connu, et sa préoccupation de montrer que les “valeurs sont des choses qui se produisent dans le monde et que leur formation peut et doit être soumise aux méthodes de l’enquête” de nombreuses potentitalités à explorer (Bidet, Quéré, Truc, 2011, pp. 10-11). John Dewey utilise trois termes: “valuing” pour priser, chérir, estimer etc (prizing), “evaluation” pour la formation de jugements à propos des “valuings”  (appraising) et “valuation” qui englobe les deux notions précédentes. Les appréciations immédiates que constituent les valeurs en tant que faits et les appréciations évaluatives en tant que jugements ne constituent pas deux réalités distinctes mais sont au contraire étroitement articulées au sein des « valuations » qui peuvent également être observées empiriquement. Les membres du comité de la revue insistent également dans leur papier collectif sur la distinction entre “valuation” (processus de donner de la valeur) et “évaluation” (procuessus de “juger”). François Vatin introduit également une distinction entre “évaluation” (jugement de valeur) et “valorisation” (production de valeur”). Le dialogue sur la terminologie, et la traduction en français de “valuation” qui est repris tel quel pour le moment mais n’existe pas dans la langue française, reste ouvert. On peut supposer, mais cela n’est pas explicite, que les deux créateurs de la revue l’ont précisémment intitulée “Valuation Studies” et non “Evaluation Studies” en référence à Dewey afin de permettre cette ouverture vers l’expérimentation que Dewey appelait de ses voeux.

BIDET (A.), QUERE (L.), TRUC (G.), Ce à quoi nous tenons. Dewey et la formation des valeurs, in DEWEY (J.) (Eds.), La formation des valeurs, Paris, La Découverte, 2007, pp. 5-64.

CEFAI (D.), ENDRESS (M.), NICOLAE (S.), ZIMMERMANN (B.), Introduction: Special issue on Sociology of Valuation and Evaluation, in Human Sciences 38(1), 2015, pp. 1–12.

DEWEY (J.) (Eds.), La formation des valeurs, Paris, La Découverte, 2007.

HELGESSON (C-F.), MUNIESA (F.), For What It’s Worth : An Introduction to Valuation Studies, in Valuation Studies 1, 2013, pp. 1–10.

KJELBERG (H.), MALLARD (A.), ARJALIE’S (D-L.), ASPERS (P.), BELJEAN (S.), BIDET (A.), CORSIN (A.), DIDIER (E.), FOURCADE (M.), GEIGER (S.), HOEYER (K.), LAMONT (M.), MACKENZIE (D.), MAURER (B.), MOURITSEN (J.), SJÖGREN (E.), TRYGGESTAD (K.), VATIN (F.), WOOLGAR (S.), Valuation Studies ? Our Collective Two Cents, in Valuation Studies 1, 2013, pp. 11–30.

LAMONT (M.), Toward a Comparative Sociology of Valuation and Evaluation, in Annual Review of Sociology 38 (21), 2012, pp. 201-221.

VATIN (F.) dir., Evaluer et valoriser, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2013 (1ère édition 2009).

 

Sabrina Alioui, “Le rôle des agences de notation du point de vue des gestionnaires”

Discutante Bérengère Voisin

Présentation “Le rôle des agences de notation”, Sabrina Alioui

Existe-t-il des dispositifs d’évaluation qui co-construisent les critères d’évaluation ?

Il existe des agences qui évaluent par rapport à des critères afin de viser l’obtention ou pas d’une norme et délivrent des certifications. On peut se demander si n’enter pas en jeu des formes de cooptations ou des agences qui construisent des critères d’évaluation en fonction de ce qu’elles ont à accréditer.

Y a-t-il des modèles d’évaluation auxquelles se réfèrent les agences de notation?

Il n’y a pas de modèle unique, mais des échelles de notation. Il s’agit d’aboutir à une note ou une certification. Le fait d’en avoir ou pas se fait en fonction d’une évaluation par échelles. On évalue surtout des niveaux de risque. Puisqu’on ne peut pas prévoir on évalue des niveaux de risque.

Qui évalue les agences de notation ? L’opacité des méthodes de notation en font des boîtes noires qui garantissent leur indépendance.

 

Après-midi

L’après-midi a été consacré à un atelier de travail où, après un debriefing de la matinée, nous avons commencé par essayer de construire une boîte à outils sur la question de la généralisation de l’évaluation. À partir de la lecture de quelques textes, les collaborateurs ont émis des propositions en vue d’explorer et de comprendre les problèmes publics spécifiques que soulèvent à la fois l’aporie de la valeur et la frénésie de l’évaluation.

La fin de l’après midi a été dédié à la recherche de terrains d’action et à des réflexions sur les dispositifs à mettre en oeuvre pour notre recherche-création.

Présents: Sabrina Alioui, Vincent Bonnefille, Anne-Laure-Blusseau, Elisa Bricco, Serena Cello, Yves Citton, François Deck, Allan Deneuville, Amélie Ferrand, Christopher Gellert, Natacha Guiller, Christophe Hanna, Franck Leibovici, Isabelle Mayaud, Nancy Murzilli, Magali Nachtergael, Massimiliano Nicoli, Valérie Pihet, Olivier Quintyn, Gabriele Stera, Bérengère Voisin, Joëlle Zask.

Retour sur la matinée

La discussion se focalise sur la question de la valeur et de la solidarité de crédit évoquée par Michel Feher et sur le rapport de la valeur au présent et au futur. On se demande comment rendre effective cette solidarité de crédit. Peut-elle le devenir au moyen des réseaux sociaux ? Elle est quelque chose de l’ordre d’une économie de l’attention. La solidarité est une alternative à la fraternité mais aussi à l’interdépendance. La valeur doit-elle être, selon le modèle du capitalisme financier, associée au futur ou réintégrée au présent pour envisager de nouvelles formes de solidarités?

Christophe Hanna :

Prenons l’exemple de l’organisation de cette journée autour d’un projet commun, qui est d’abord né d’une rencontre entre quelques amis. Puis, on crée un événement sur une page Facebook, des gens “likent”, s’y intéressent, certains décident d’y participer, ils viennent et nous voici beaucoup plus nombreux, ici, en train de travailler ensemble. Souvent les objets d’internet ont pour but de se rencontrer, prenez Tinder, par exemple.

Joëlle Zask : il s’agit dévaluer donc peut-être de mettre en œuvre des critères de distinction entre des formes de solidarité qui consistent à liker ou ne pas liker et des formes de solidarité qui consistent à faire des choses ensemble. Ce n’est pas du tout les mêmes solidarités en jeu. Par exemple le mot d’interdépendance n’est pas une solidarité. Il y a des différences entre les solidarités mécaniques, organiques, la société, la communauté. On ne peut pas mettre toutes les solidarités dans le même panier. Imaginer des formes de solidarités pourrait relever d’un travail plastique par exemple. Le capitalisme financier crée de l’interdépendance qui a peu de choses à voir avec une solidarité, car on ne voit pas très bien en quoi elle enrichit chacun d’entre nous. La solidarité est une alternative à la fraternité, mais aussi à l’interdépendance. Exemple : étude des discussions autour de la fixation de la bannière “liberté, égalité, fraternité”. Discussion portait autour de l’intégration de la notion de solidarité qui venait préciser la liberté et l’égalité d’une manière très fine (voir J. Zask, Participer : Essai sur les formes démocratiques de la participation, Ed. Le Bord de l’eau, 2011).

Magali Nachtergael : Michel Feher a cité #Metoo, qui est un bon exemple intermédiaire, d’une prise de conscience d’une solidarité dans une forme adverse, même si l’agentivité directe de #Metoo n’est peut-être pas complètement quantifiable.

Yves Citton : on pourrait peut-être garder à l’arrière-fond de nos discussion la question de François Deck sur le futur ou le présent, car ce que Michel Feher nous a présenté comme nouvelle forme de capitalisme est toujours tourné vers le futur proche et, par rapport à cela, quelle est la valeur du présent ? Est-ce que la valeur financière n’est pas le présent mais plutôt des gestions d’avenir ? Et si on déplace notre intérêt sur le présent, est-ce que tout cela ne s’évapore pas ? Si on décale les valuations, on peut donc se demander en quoi la valeur serait forcément de l’avenir ou en quoi elle pourrait s’expérimenter au présent. Mais si c’est cela, alors c’est peut-être cela qui exclut du système et que nous pourrions essayer de réintégrer.

Joëlle Zask : Cela reprend d’ailleurs la distinction entre valuation et évaluation, parce que la valuation est au présent, justement.

Francois Deck : On est pris dans des conceptions qui nous dépassent, qui hypothèquent complètement le présent, parce qu’il y a une sorte d’injonction depuis la religion, en traversant le communisme et le capitalisme, qui fait que le furtur serait une valeur idéale, alors que le temps du mouvement, le temps de l’invention, c’est le temps du présent, dans sa capacité à convoquer les différentes temporalités, aussi bien le futur que le passé. C’est bien au présent qu’on se rend capable d’associer des événements qui ont eu lieu il y a trois minutes ou il y a vingt ans, et lorsqu’on pratique cela ensemble, on éveille une puissance d’agir, qui est une puissance au présent. Donc, à mon avis, la question est « qu’est-ce qu’on fait là aujourd’hui ? », peut-être pas tant à travers des idées, mais à travers ce qu’on est, et le crédit commun qu’on est capable de mettre entre nous. Et il y a beaucoup d’expériences autour de la table.

Olivier Quintyn : la notion de valence est une manière de sortir de la valeur économétrique et quantifiable et de la penser en terme de connexion à une situation. Ce qui renvoie justement à la question du présent. Elle représente la capacité à un moment « t » de s’associer et de se connecter de façon instrumentale. Donc, c’est peut-être aussi un terme qui permet de elle de changer notre rapport à l’art ou aux œuvres, pensé moins en termes de valorisation culturelle, dans une histoire de l’art monumentale, ou financière, dans un marché, qu’en termes d’action et de mode d’action possible, de connexion entre les pratiques, les situations ou des institutions. Il pose la valeur de l’art non en terme de marché, mais en terme de connexion, pour découpler l’art de la question de la valeur ou des valeurs en terme économétrique. La valence en termes de connectivité qu’en termes d’économétrie.

Yves Citton: C’est intéressant par rapport à ce que l’on disait sur les réseaux. Ce qui fait la valeur des réseaux, c’est la valence. C’est pas de la solidarité au sens de fraternité, mais c’est une sorte de connectivité potentielle, mais qui peut devenir effective.

Olivier Quintyn : Elle devient effective dans un contexte, une situation, un moment où on a besoin d’instruments. Le terme de valence vient de la chimie, il se définit comme les connexions possibles d’un atome avec d’autres, et de la grammaire, la valence d’un verbe est la possibilité de celui-ci de se connecter à des compléments. Valence comme critique d’une certaine forme de la valeur.

 

Lectures – Boîte à outils 

Lire les textes : https://evalge.hypotheses.org/category/travaux

Yves Citton :

Propose de mentionner un texte et d’essayer de traduire ce qu’il pourrait poser comme question pour notre Agence de notation. Il a individué 6 ou 7 critères auxquels on pourrait se sensibiliser quand on réfléchit à ces questions de notation.

 

  • Yann Moulier-Boutang “La revanche des externalités” :

Les externalités sont ce qui n’est pas intégré dans le prix d’une marchandise et qui pourtant a des effets, soit négatifs (pollution), soit positifs (des bienfaits induits dont on bénéficie sans rien faire, comme le chauffage de l’appartement du voisin).

Thèse: Nous vivons dans un moment où les externalités prennent de plus en plus d’importance. Les mécanismes de prix du capitalisme détruisent notre planète. Tout ce qu’on fait (manger, faire du tourisme) produit des externalités et nous vivons la revanche de ces externalités.

Question pour l’Agence de notation (AN) : en quoi le dispositif qu’on va mettre en place permet de rendre visible des externalités, telle externalité qui n’était pas incluse dans le prix de ce qui est considéré.

  • Aurélie Windels, “Retourner les armes, utiliser les ressorts du système financier pour le contrer”

Dans ce texte, elle passe en revue un certain nombre d’agences de notation alternatives, dont le levier est le capital de réputation. Par exemple, on va dénoncer une société parce qu’elle maltraite des ouvrières ou ds ouvriers au Bangladesh ; Addidas, s’est purifié de toute oppression humaine ou animale.

Thèse sous-jacente au texte de Moulier-Boutang : cette explosion de la finance, ce passage du néolibéralisme au capitalisme financier dont parlait Michel Feher ce matin, vient du fait qu’on n’a aucun moyen de déterminer la valeur (fragilité, interdépendance, complexité). On ne sait pas comment valoriser une grande entreprise, par exemple les actions d’Addidas, et on invente des dispositifs pour masquer cela et pour essayer de gérer cette absence de valeur. Soit on analyse de la finance comme incapacité, voire évaporation de ce qui pouvait ancrer une valeur dans quelque chose. On retrouve cela aussi chez Frédéric Lordon : il n’y a pas de valeur, il n’y a que des consensus ou des concentrations d’affects. Ce qui a de la valeur c’est ce sur quoi des affects se concentrent pour lui donner de la valeur.

Question pour l’AN : quels sont les concentrations d’affect que l’AN fait émerger, menace, nourrit ou ravit ? L’AN peut souligner la fragilité de ces affects communs qui font la valeur dans notre monde artificiel et complexe.

  • Chamayou, La société société ingouvernable

1)           Chap. “Parties prenantes” : histoire du néolibéralisme.

Les théories du management ont mis l’accent sur les parties prenantes : consommateurs, l’Etat, les employés, les autorités locales, les défenseurs de l’environnement qui sont des parties prenantes dans l’entreprise.

Thèse : Cette prise de conscience de l’existence de parties prenante fait naître l’idée d’un capitalisme qui deviendrait social. Mais selon Chamayou, il y a un double discours, éthique et en même temps stratégique car identifier des parties prenantes, permet de repérer quelles sont les parties prenantes dangereuses pour les investisseurs et de les neutraliser.

Question pour l’AN: comment fait-on apparaître des parties prenantes potentiellement dangereuses pour la reproduction ou l’augmentation du capital ?

2)           Chap. “Coût-bénéfice” : après les années 1970 et la création aux USA d’une réglementation pour protéger la santé des citoyens et l’environnement, une série de doctrines néolibérales a dénoncé la sur-régulation et a proposé comme contre-poison le principe des analyses coût-bénéfice : il faut mettre en balance les coûts des nuisances (externalités négatives) avec les bénéfices liés à la production (externalités positives). Chamayou montre que c’est une inversion du poids de la preuve, par exemple, dans une entreprise américaine 200 personnes sont mortes de leucémie en attendant de réussir à calculer le coût des nuisances qu’on a mis 10 ans à obtenir. Il montre comment ce raisonnement coût-bénéfice a dû mettre un prix à la vie humaine. Premier mode de calcul, les revenus futurs actualisés, qui considèrent que la valeur de votre vie est égale aux revenus futurs dont un décès précoce vous priverait. Il y aura donc une nette différence entre le prix de la vie d’un manager et celle d’un chômeur. Il y a aussi des vies déficitaires, un accident de la route qui tuerait un enfant gravement handicapé peut, selon cette méthodologie, produire un bénéfice net pour la société. Deuxième mode de calcul, le consentement à payer, fondé sur les évaluations par les individus eux-mêmes de ce bien que représente le fait d’être en vie. Ce sont les métiers à risques qui ont été utilisés pour faire ce calcul : on calcule le coût du travail de nuit sur la durée de la vie active d’un travailleur et c’est ce qui donnera le prix d’une vie humaine. En 2006, une vie statistique aux USA valait 1 266 000 $, alors qu’au Bangladesh, elle en valait 241 fois moins, à savoir 5 248 $. Les promoteurs de l’analyse coût-bénéfice ont lancé un défi à un organisme de réglementation en leur demandant de calculer eux-mêmes le prix d’une vie humaine de façon à savoir, par exemple, combien coûte à la société le fait que les gens aient des cancers. Et parce que ce défi ne pouvait pas être relevé, puisqu’on ne peut pas convertir en argent une vie humaine, on gagne à tous les coups.

Question à l’AN : quel défi pourrait formuler l’AN, par exemple, dites-nous combien coûte votre pollution et ensuite on vous dira si vous pouvez jusfitier le fait de la faire, comment nous pourrions retourner le poids de la preuve et jouer sur ces asymétries (on peut montrer certains coûts, on peut les caluler, mais on ne peut pas montrer certaines valeurs, on ne peut pas les calculer). Ce sont les défenseurs de l’accumulation du capital qui ont gagné, dans les cas présentés ici. Est-ce que l’AN pourrait effectuer un renversement de quel type e en s’adressant à qui ?

  • Rendy Martin, “Kowledege LDT. La logique sociale des dérivations financières”

Notion de métacapital. On croyait savoir ce qu’était le capital : ce que vous investissez dans une entreprise pour qu’elle puisse produire et que vous en retiriez du profit. Les produits dérivés sont un métacapital, qu’on articuler à ce qui a été dit sur les externalités ou l’affolement des valeurs. On est tellement démunis pour savoir ce que vaut quoi que ce soit qu’on va se baser sur des paris sur le futur, avec des obligations “catastrophe” qui font que si, par exemple, vous misez sur le fait qu’il n’y aura pas de un tremblement de terre important en Californie d’ici les 10 prochaines années (100 000 $), si cela arrive vous devrez donner 100 00 $, mais en attendant, vous recevez 300 $ par mois. (Olivier Quintyn : Cédric Durand appelle cela “capital fictif” car il y a de la préemption de la valeur qui n’est pas encore créée).

Question à l’AN : comment traduire ces histoires de dérivation. Les AN financière font comme si ce qu’elles notent étaient en rapport avec de la valeur. Mais ce qui se fait avec les produits dérivés est assez radicalement différent. Que signifierait alors pour nous de penser à ce niveau méta, à ce niveau de dérivation et pas de valeur elle-même ?

  • Antonio Casilli, En attendant les robots :

On pense traditionnellement la valeur en terme de quantité, plateformes où on échange des services. Grâce au smart contract, on peut court-circuiter les passages en terme de quantité et passer par la qualité.

Question à l’AN : quel type de smart contract peut-on essayer avec l’agence?

Recherche de terrains et réflexion sur les dispositifs à mettre en œuvre

Christophe Hanna :

Il est important que soient notées les choses qui n’ont pas de prix. Seules des externalités seront évaluées car le jury n’est expert de rien.

Les questions soulevées par Yves sont liées au choix des terrains. Par exemple, sur la question des des parties prenante, on pourrait noter un Conseil d’administration.

1)           Prise de contact: comment prendre contact et proposer une notation ?

2)           Performance: on est obligé de négocier pour la faire entrer dans l’espace, négociation continuelle.

Ne pas transiger sur le jury il faut éviter qu’il soit constitué de gens dépendants, intimidables.

Ne pas négliger l’impact qu’a dans l’esprit des notateurs l’idée qu’ils se font de l’effet de leur note : ils anticipent les vexations, la tristesse, etc. Et quand les personnes impliquées dans la note sont présents, c’est encore plus net. La co-présence est quelque chose de très fort. On y retrouve la question de la solidarité. Le problème qui se pose avec les agences de notation est la dimension affective, la connexion. Voir à ce titre le livre de Didier Samuel, Weill Nicolas, Les dessous du triple A: agences de notation : récit de l’intérieur.

La poésie peut avoir du poids, car ce qu’on y fait est intégrable dans une publication.  

Franck Leibovici: mais dans le milieu de la poésie les règles sont partagées, lorsqu’on se déplace sur le terrain des entreprises, c’est différent.

Christophe Hanna : Il faudra parvenir à convaincre que ce sont les mêmes règles.

Olivier Quintyn : Aurions nous intérêt à faire comme les Yes Men, faire passer l’AN pour une véritable AN et faire de l’audit sauvage?

Anne-Laure Blusseau : Nous pourrions proposer une contre-partie. Par exemple, une entreprise a besoin de presse. Il faudrait peut être penser à ce à quoi lui servirait une évaluation de l’Agence de notation.

Christophe Hanna : Les Yes Men proposent un art engagé. Ils attaquent des cibles précises d’avance considérés comme mauvaises. Dans une performance de l’Agence de notation nous ne savons pas d’avance ce qui va surgir. Il s’agit de dispositifs d’expériences dont on ignore tout d’avance.

Il faut envisager la construction d’un intérêt, d’un intéressement, rhétorique qui permet de le rendre compréhensible et partageable. Toutes les notes sont monnayables et de plus en plus.

Yves Citton : envisager quel serait leur intérêt négatif à ne pas participer, ce qu’ils ont à perdre en refusant l’évaluation.

Allan Deneuville : la question de la diffusion et la publication des résultats peut faire poids.

Christophe Hanna et Nancy Murzilli :  il y aura de la documentation publiée sur le site.

Franck Leibovici : est-ce que désinvisibiliser est bon pour tout ? Dans certains cas, il peut être important de ne pas rompre des équilibres précaires. 

Christophe Hanna : Nous pourrions considérer les critères énumérés par Yves à partir des lectures qu’il nous a proposées comme des critères à partir desquels évaluer ou pas quelque chose: externalités, concentrations d’affects, parties prenantes, estimation coût-bénéfices, métacapital,  . On pourrait réfléchir à multiplier des critères : si on peut pas faire apparaître au moins trois ou quatre choses, l’évaluation ne vaut pas la peine. Ces critères nous serviraient de canaliseurs et de boussole.

Magali Nachtergael : concernant les méthodes d’évaluation, le SWOT peut être un modèle intéressant. Il y a une forme poétique dans le swot lui-même.

Christophe Hanna: il faudra se faire accréditer, moyen de devenir incontournable.Gabriele Stera : On pourrait envisager des évaluations de petit format, par exemple, l’évaluation d’objets sur des usages imprévus.

Valérie Pihet : jouer avec les codes des réunions de consommateurs.

Christopher Gellert : évaluer des objets trouvés dans la rue, des déchets.

Yves Citton : les travaux de Franck Leibovici présentent eux aussi une forme d’évaluation alternative, par exemple dans son livre Bogoro.

Franck Leibovici : concernant les interlocuteurs ou les terrains : s’agit-il de faire du naming and shaming ou de fournir des outils d’émancipation ?

Christophe Hanna : Nous ne pouvons le savoir à l’avance, le dispositif est fait de telle manière qu’on ne sache pas à l’avance ce que l’on va obtenir.

Franck Leibovici : Pour être efficaces, il serait plus facile d’avoir un nombre d’interlocuteurs réduit.

La question des chemin d’accès est importante. Cartographier l’institution de façon à savoir où s’adresser pour obtenir une réponse rapide et satisfaisante.

Christophe Hanna : Il faut se demander ce que l’on tient pour significatif de l’institution. Cibler ce qu’on va évaluer. Il faut prendre en considération le temps de l’enquête afin de se lancer dans quelque chose de faisable.

Yves Citton :  voir par exemple les conseils municipaux, la Fondation de France, les bourses du CNL.

Natacha Guiller : (notes manuscrites)

Vincent Bonnefille : on pourrait inviter les gens du CNL, par exemple, et les regarder faire autre chose. Ex : jeux de team building.

Franck Leibovici : ou inviter les gens dans des journées pour qu’il deviennent porteur du projet au sein de leur entreprise ou institution. Une façon de fabriquer des alliés.

Franck Leibovici et Yves Citton : éviter la parodie tout en prenant de la distance par rapport à ce qui se fait dans les AN financières et extra-financières.

Franck Leibovici : nous devons considérer également le degré de concernement du jury. S’il n’est pas concerné le risque est la pitrerie ou la serendipité. Il faut trouver la raison pour laquelle ils se sentent concernés.

Christophe Hanna : la motivation à participer est déjà un bon critère de concernement.

Joëlle Zask : on juge d’affaires dont on n’a pas une connaissance immédiate. Il est intéressant à ce titre d’observer les premiers sondages participatifs dans les années 70. Il ne s’agit pas d’une parodie mais d’un déplacement de la question de l’évaluation.

 

Perspectives

  • Quels critères d’évaluation ? Partir des critères sélectionnés par Yves Citton ?
  • Quels terrains ? Champs ouverts au public (conseils municipaux, etc) ou champs au contraire très fermés (conseil d’administration, milieu de la santé).
  • Quelles modalités de prise de contact ? Approches successives ou approche frontale par réseau ? Par quel(s) circuit(s) ?
  • Quelles questions pourraient apparaître dans les interstices ? Sur quoi finalement veut-on mettre le doigt ?
  • N’évaluer/n’approcher que ce qui n’est jamais évalué ?
  • Comment accéder finement à ce qui existe déjà ? Faire venir témoigner un membre actif de ces agences de notation ?
  • Une seule forme d’action ? Ou plusieurs formes exploratoires pour en conclure dans un second temps à des chemins à privilégier ? Quelle(s) dimension(s) de l’action ? Des petites à inventer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.