Le projet

Présentation du projet 

Les organisations publiques et privées s’appuient toujours plus sur des acteurs extérieurs pour éclairer leurs décisions. L’externalisation de l’expertise dans des agences de notation en fait aujourd’hui la forme privilégiée de l’expertise et un mode de gouvernance spécifique au sein des politiques publiques et des entreprises. Le projet « Évaluation générale: l’agence de notation comme dispositif artistique » mise sur l’association d’artistes et de chercheurs dans le but d’enquêter et de fabriquer des outils alternatifs pour répondre à nos besoins sociaux d’évaluation*. Il s’efforcera ainsi de répondre à des problèmes publics, en contribuant à la mise en place de socialités alternatives à celles dont le format est imposé aujourd’hui par l’institutionnalisation de chaînes d’interaction normées à l’échelle mondiale. Cela suppose un renversement de perspective qui replace le travail artistique et le pluralisme du travail scientifique, avec leurs acteurs spécifiques, dans des chaînes d’action et des réseaux de pratiques sociales qui se trouvent aujourd’hui accaparées, sur-simplifiées et mutilées par les seules disciplines économiques, gestionnaires et managériales.

Les activités d’évaluation se répandent aujourd’hui « en métastase sur nos organisations et dans l’ordinaire de nos vies » (Martucelli). Cela touche aussi bien le travail des salariés que les entreprises, les institutions, la recherche, les compétences, les risques professionnels, clients, sanitaires, environnementaux. Or l’évaluation ne se contente pas d’appliquer des valeurs, elle participe activement à la formation de ces valeurs. Elle représente à la fois «ce à quoi nous tenons» et «ce qui nous tient» (Latour, Hache), d’où un effet de tension interne, qui se renforce en temps de crise économique, politique, environnementale. Les pratiques d’évaluation relèvent d’un processus de rationalisation de nos sociétés, dans lequel les savoirs universitaires jouent souvent un rôle prépondérant. Depuis quelques décennies, elles se systématisent, se professionnalisent et tendent à se soumettre aux logiques instrumentalistes du néo-management, appliquées indifféremment aux entreprises, aux services d’État, aux universités, aux institutions culturelles, aux associations, etc.

Pour que l’évaluation puisse être envisagée comme constructive, et non seulement agitée comme une sanction ex post, il faut la resituer dans sa dimension expérientielle, que les pratiques artistiques peuvent souvent aborder plus finement que les disciplines scientifiques prévalant à l’université. Il importe de tenir compte de tout ce qui la constitue d’un point de vue pragmatique, sans en réduire la teneur aux moments institués, mais en l’envisageant dans tous les moments d’interactions entre les protagonistes impliqués dans les expériences collectives observées (Dewey). C’est ce que se proposent de faire les artistes et chercheurs associés à ce projet en confrontant leurs outils, leurs méthodes et leurs formes d’expression autour d’un enjeu commun, en inventant des dispositifs, des exercices, des technologies intellectuelles permettant une expérimentation réelle de certains problèmes publics qui jusqu’alors étaient sans formulation ni représentation. Ce projet fait le pari que c’est en testant, en activant, en corrélant des agirs sociaux au sein de dispositifs artistiques qui font entrer en collision des espaces sociaux et institutionnels hétérogènes, que pourront émerger de de nouveaux savoirs, nouveaux moyens d’interagir, de nouvelles formes de collaboration institutionnelles, de nouveaux milieux d’action, de nouveaux publics, des socialités inédites et alternatives.

La question de l’évaluation prend la dimension d’un véritable problème social dans le domaine du travail, où elle se heurte à la question de la reconnaissance (Honneth, Dejours), mais aussi à notre rapport avec la matérialité (Latour), touchant des domaines aussi variés que la sociologie du travail, le management, la psychologie, la pédagogie, la sociologie des objets. Les pratiques mises en place au nom de l’évaluation, sous l’hégémonie d’une conception néolibérale et écocidaire de la production sociale, (re)configurent activement et profondément les structures et les formes de nos médiations humaines. Ce sont tous nos rapports à nos milieux (naturels, sociaux, techniques, communicationnels) qui s’y trouvent redéfinis et réagencés.

Ces travaux sur l’évaluation auront bien entendu une résonance particulière dans le cadre d’institutions d’enseignement attribuant des «notes» à leurs étudiants. Les dispositifs pédagogiques seront l’occasion d’observer et de réfléchir aux proximités et aux divergences entre les évaluations/notations scolaires et les évaluations/notations financières.

L’Agence de Notation

“Agence de Notation” désigne un dispositif de performances destiné à évaluer de façon spectaculaire et critique ce qui dans la réalité sociale ne s’évalue pas (encore).

Ce dispositif tire son énergie et son intérêt du fait qu’il entre en résonance avec un syndrome bien contemporain, propre à toute société dont la dynamique repose sur le principe de la mise en concurrence : l’accroissement sensible du marché de l’évaluation, son extension à des zones inattendues, la grande variété des pratiques évaluatives auxquelles n’importe quel citoyen se trouve soumis ou invité à devenir l’acteur et le promoteur.

Cependant, et ce point a été un élément déterminant pour l’élaboration de ce dispositif et l’orientation des enquêtes qu’il peut amorcer, dans nos démocraties tout le monde n’est pas exposé pareillement à l’évaluation : certains jouent leur carrière sur des notes qu’ils reçoivent continuellement, d’autres ne sont jamais notés ou rarement, et les notes qu’on leur met n’ont que peu d’effet sur leur devenir. L’évaluation-notation est donc non seulement un élément du système de valorisation, mais aussi un indicateur de la manière dont peuvent se mettre en place divers régimes d’inégalité.

Le protocole d’”Agence de Notation” ne consiste ni à introduire dans les galeries, les musées, les lieux de poésie, des fictions d’évaluations telles qu’elles se mènent dans la vie sociale, comme des bilans annuels de performances ou des entretiens d’embauches, en les parodiant ou en les scénarisant, ni à essayer d’esthétiser ou d’artifier la réalité des pratiques évaluatives existantes sur leurs terrains propres. Son ambition spécifique vise plutôt à exploiter des pulsions voire des “compétences” notationnelles et évaluatives devenues monnaie courante afin de traquer et d’investir des espaces protégés de l’évaluation, des zones d’ombres qu’aucune note n’éclaire, des cibles pour lesquelles n’existe encore aucune forme d’expertise instituée, et de les soumettre à une évaluation qui sera donc par nature d’un autre genre.

À partir des matériaux rassemblés, il s’agira d’inventer un dispositif de traitement qui permettra une redescription, une reformulation et une nouvelle représentation du problème exploré, instituant (désinstituant/réinstituant) ainsi de nouveaux usages. De tels dispositifs prendront appui sur des situations et des normes d’évaluation existantes pour imaginer d’autres formes d’évaluation, d’autres systèmes de notation, y mettre en évidence ou en détourner les jeux de langage, en déplacer le sens, les court-circuiter et en inventer de nouveaux en vue d’expérimenter d’autres formes de socialité à même de trouver des solutions inédites aux problèmes publics que soulève l’évaluation. La dimension poétique de ce travail prendra pour pivot la notion de « notation », à la fois saisie sélective de fragments de réalité, dispositif d’écriture-transcription et attribution de valeur au sein d’une échelle graduée.

Dans la phase 2019 du projet, l’objectif de l’ «Agence de notation» sera, entre autres, d’enquêter sur le Centre Pompidou en investissant ses lieux pour en fournir une évaluation. Les travaux seront menés dans une démarche de formation par la recherche-création, dans laquelle seront impliqués les doctorants et masterants des équipes partenaires et de l’EUR ArTeC.

 

*Une première version de l’Agence de notation a été présentée par Christophe Hanna en 2018 au Festival PAN! de Limoges.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.